Accéder au contenu principal

Top Albums 1991

1991, le rock indépendant était à l'époque marqué par trois grands courants : le shoegaze, la twee pop et le grunge. 2013, rien n'a fondamentalement changé. My Bloody Valentine est enfin revenu aux affaires, porté par le revival d'un mouvement qu'ils ont en grande partie aidé à faire connaître. Les Pastels, sans qui le mythique label Sarah Records n'aurait sans doute jamais vu le jour, ressortent du bois après près de quinze ans d'absence pour ce qui est leur meilleur disque. Les Pixies, Sebadoh, Mudhoney, Soundgarden et j'en passe ont récemment refait surface, ressortant pour l'occasion les anciennes chemises de bûcheron et autres jeans à trou. Bref, le rock comme la vie est un éternel recommencement. J'ai mis beaucoup de temps à faire ce classement, parce qu'au final, je me suis rendu compte que peu de disques pourtant largement plébiscités trouvent grâce à mes oreilles. Je pourrais citer le fameux "Nevermind", "Screamadelica", "Spiderland", "Laughing Stock", "Blue Lines", rien de tout ça me transporte. Voici donc un top 10 mélangeant les albums au succès considérables à d'autres très confidentiels. J'espère que chacun y trouvera au moins son compte...

10- The Bats - Fear Of God
Les Bats sont les REM de Nouvelle Zélande, éminent groupe du mythique label indépendant du coin, Flying Nun Records, sur lequel on retrouve The Clean - précédent groupe de Robert Scott - The Chills, The Verlaines ou encore Chris Knox. "Fear Of God" est une jolie collection de folk songs, le meilleur du "Dunedin Sound".

9- The Little Rabbits - Dans les Faux Puits Rouges et Gris
Premier disque plein de fraîcheur d'un sympathique collectif nantais amateur de pop songs atypiques, en témoigne leur belle reprise de "Karen", titre de jeunesse des Go-Betweens. On y retrouve un certain Katerine sur le morceau éponyme. Même si les paroles comme l'inspiration sont anglaises, cette façon décalée d'envisager la pop est belle et bien de chez nous. Un album charnière.

8- REM - Out Of Time
Album injustement mésestimé du combo de Athens, sous prétexte que c'est celui qui s'est le mieux vendu grâce à l'inattendu succès radiophonique de "Losing My Religion". Avec "Out Of Time", REM est sorti de l'ombre, il faut dire que leur musique s'éloigne enfin du carcan folk dans laquelle elle restait cloîtrée. Il préfigure de leur album le plus ouvert, "Automatic For The People".

7- Heavenly - Heavenly Vs. Satan
Ce groupe est né des cendres d'une autre formation toute aussi injustement méconnue, Tallulah Gosh. Ils sont signés chez Sarah Records et leur musique est pile poil dans l'esprit du label : une pop naïve aux guitares carillonnantes faisant la part belle aux mélodies. Leurs disques sont aujourd'hui quasi introuvables, faisant de leurs heureux propriétaires, des gens riches à tout point de vue.

6- U2 - Achtung Baby
Cela m'écorche un peu la bouche de le dire, mais "Achtung Baby" est un grand disque de rock, l'un des seuls de la bande de l'insupportable Bono qui justifie leur succès planétaire. Mais quand on a des pointures comme Brian Eno et Daniel Lanois à la production, ça aide.


5- Jean-Louis Murat - Le Manteau de Pluie
Peu importe si cette musique paraît aujourd'hui démodée, trop connotée eighties, avec ses claviers cheap, Murat n'a jamais aligné une collection aussi réussie de chansons romantiques, langoureuses et mélancoliques. Le Murat première période, pas encore sûr de lui, est celui que je préfère.


4- St Christopher - Man, I Could Scream
"Man, I Could Scream", oui, sans aucun doute, en se rendant compte de l'intolérable indifférence dont on fait encore preuve à l'égard de St Christopher. On pense à un Morrissey moins goguenard, dans la tradition Sarah Records, ce disque est une merveille de douceur et de légèreté.


3- The Mabuses - Mabuses
Là encore, un groupe qui n'a pas rencontré son public, trop ignoré à mon goût. Les Mabuses, du nom du fameux docteur de Fritz Lang, de l'excellent Kim Fahy, ont oeuvré en marge, à leur rythme : seulement trois disques en plus de vingt ans d'existence. C'est un certain JP Nataf, fan de la première heure, qui les a sorti du tunnel pour venir enregistrer "Mabused!" en 2007 : gage évident de qualité.

2- Pixies - Trompe Le Monde
Dernier disque en date des Pixies , même si un nouvel EP vient de sortir il y a quelques semaines, "Trompe Le Monde" est le dernier souvenir qu'on aurait aimé garder d'eux. Hargneux, mélodique et contenant quelques unes de leurs meilleurs chansons, comme "Alec Eiffel" ou l'éternel "Motorway To Roswell", il annonçait les débuts solos de Franck Black, moment fugace où son inspiration était encore à son zénith.

1- My Bloody Valentine - Loveless
Depuis plus de vingt ans, beaucoup ont essayé de reproduire le son de "Loveless". Il aura fallu attendre 2013 pour qu'on puisse enfin entendre une descendance à ce classique. Mais, comme par hasard, cette suite ne pouvait être que l'oeuvre du groupe lui-même. Comme si rien ne s'était passé dans l'intervalle, Kevin Shields est revenu parmi nous confirmer son style inimitable.

1991 by Vincent on Grooveshark

Commentaires

  1. Grand fan de MBV, je n'ai jamais pu me faire à Loveless. Chiant et cotonneux.

    Par contre en 1 The Mabuses. Un album insensé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etonnant d'être fan de MBV et de ne pas aimer "Loveless"...

      Supprimer
    2. Ce qui m'intéressait chez eux ce sont leurs pures mélodies pop sursaturées.
      Loveless n'a pas cette urgence. Trop pensé, trop figé.

      Reste Soon tout de même qui demeure excellent.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je m'attendais pas à ce que les Mabuses fassent l'unanimité.

      Supprimer
  3. Que de bons choix !
    J'en ajoute 5 de plus, importants pour moi cette année là :
    Slint - Spiderland
    Massive Attack - Blue Lines
    Teenage Fanclub - Bandwagonesque
    Dinosaur Jr - Green Mind
    Mudhoney - Every Good Boy Deserves Fudge

    Et oui aussi pour The Mabuses, groupe et album vraiment originaux !
    Quant à Loveless, c'est pour moi un ovni tendre et râpeux, aussi éreintant que réconfortant. Il reste à mon sens sans ascendance ni descendance - et c'est tant mieux ! - et l'album publié cette année n'y change rien.

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi il manque surtout Steady Diet of Nothing de Fugazi mais je suis bien content de retrouver les Little Rabbits... Loveless est également en première position chez moi.

    RépondreSupprimer
  5. Excellente sélecta, et surprenante de surcroît avec ces disques dit "mineurs" ou d'autres que je connais peu (ou pas pour Heavenly). Mention spéciale à The Mabuses !!!
    Ma sélecta perso :
    3 CHEFS D’ŒUVRES
    Slowdive - Just For A Day
    Talk Talk - Laughing Stock
    The Field Mice - For Keeps

    ET DE TRÈS GRANDS DISQUES
    Primal Scream – Screamadelica
    Moose – XYZ
    Pale Saints - In Ribbons
    Red House Painters - Down Colorful Hill
    The Feelies - Time For A Witness
    Spacemen 3 – Recurring
    Pixies – Trompe Le Monde
    En gros, des albums qui ont très bien vieillis.
    A +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…