Accéder au contenu principal

Lenny Kravitz - Mama Said (1991)



Thème du jour : TEEN TITAN - Un disque usé jusqu’à la corde étant ado!

Je triche un peu car je ne l'ai pas écouté tant que ça, ce disque. En fait, je me suis rapidement aperçu que passés les quelques singles connus, le reste ne valait pas tripette. Mais Lenny fut pendant quelques temps un modèle pour moi. On en a besoin quand on est ado. Le modèle du beau gosse, cool, au look branché, qui faisait une musique de beau gosse, inspirée par les plus grands de John Lennon à Jimi Hendrix. A l'époque, on faisait déjà des tops avec mon frère aîné. Tous les samedis soirs, il y avait le classement de nos chansons préférées, juste avant le top, le vrai, le TOP 50 de Marc Toesca à la télé - oui, oui, on a les références qu'on peut. Et Lenny était régulièrement bien placé dans les choix familiaux. "It Ain't Over Till It's Over" est restée plusieurs semaines en première position, comme "Stand By My Woman". En plus, c'est pas pour cafter mais Charlu a dit du bien de son disque suivant, "Are You Gonna Go My Way?" dernièrement. ça m'a surpris, parce que quand même, Kra-vitz. C'est donc de sa faute si je vous en parle aujourd'hui - oui, oui, je sais, c'est facile de rejeter la faute sur les autres. A la réécoute, surtout des paroles particulièrement cruches (dans la lignée de l'insupportable geignard et "beautiful, it's true" de James Blunt) on se dit que c'était quand même de la musique pour ado. Sur "Mama Said", on entend aussi la guitare de Slash, célèbre membre des pas vraiment regrettés Guns'n'Roses, autre formation favorite des jeunes des années 90. Oui, oui, je reviens de loin.

Commentaires

  1. Ce disque je l'adore, ce type a du souffrir un max de ces accusations répétitives de plagiat sur ses premiers albums (les meilleurs), mais avec le temps on a un peu oublié cela, et la qualité de sa musique reprend de la tenue. Un très bon choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me disais aussi : que si je les avais tant aimé étant ado, c'est que ses premiers disques en valaient la peine. Et à la réécoute, pas vraiment, en fait. Je ne suis pas nostalgique de mon adolescence, en fait ;-)

      Supprimer
  2. Passage obligé des ados de l'époque sans doute ! Je suis quand même pas mécontent d'avoir été trop jeune. Hin hin hin.

    RépondreSupprimer
  3. Pas si obligé que ça, quand même... j'ai fait l'impasse... Je préférais hendrix ou carrément du Jazz mais j'ai toujours eu du mal avec la soul... Pas mon monde...

    RépondreSupprimer
  4. bim, juste après pour moi, plus "abouti" .. ah merde, j'étais plus ado en 93 !! quoique ;D

    RépondreSupprimer
  5. Hello.
    Bien vu ça, balancer le mec Blunt pour faire passer la pilule Kravitz !
    Bien vu aussi le rappel de l'impact des musiciens qu'on écoute dans nos choix vestimentaires, c'est intemporel et pas près de s'arrêter.
    Le "problème" avec Kravitz n'est pas le plagiat stricto-sensu mais l'impression d'avoir déjà entendu çà ailleurs (en mieux?)...
    EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et que c'était au final pas si bien que ça... Tout le monde peut se tromper.

      Supprimer
  6. Oooooh Kravitz ici ! Eh ben entre ça et Crimson, même avec les commentaires pour nuancer, je suis très surpris que tu sortes autant de ton cadre habituel ! Surpris en bien, ça fait plaisir.
    Bon par contre Kravitz en lui-même je déteste, je suis allergique à sa voix, et puis sa musique ne me touche pas beaucoup, j'ai l'impression que c'est une succession d'arrangements bateau pour accompagner la voix plus qu'autre chose. Mais je ne suis pas objectif car il m'horripile, donc surtout que personne ne tienne compte de mon avis.
    En revanche j'aime vraiment bien celles qu'il a écrites pour Vanessa Paradis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu as raison, c'est très pénible, en fait, Lenny Kravitz. Mais le thème n'impliquait pas forcément de parler de quelque chose qu'on aimait encore, non ?

      Supprimer
    2. Ah non du tout ! Ca se sent trèèèès bien que tu n'aimes plus, que ce soit dans l'article ou en commentaires, rassures-toi ! :)
      C'est courageux d'aller fouiller dans tes casseroles de ta part ! Et encore, c'est pas honteux.
      Ceci dit, je connais des gens qui ont plutôt bon goût par ailleurs et disent beaucoup de bien de certains Kravitz. Je veux dire par là que ça n'est pas non plus ce qu'on fait de pire.

      Supprimer
  7. Oh ben ça va! Dans les casseroles musicales datant de l'adolescence, je ne suis pas la seule à en subir encore le "mauvais" goût!!

    RépondreSupprimer
  8. Le mec est adroit et connait ses classiques, mais je ne l'ai jamais entendu ajouter quoique ce soit au schmilblick!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas vraiment ce gars, à part les quelques hits qui l'ont propulsé en tête des hit-parades. Je sais surtout qu'il a produit un excellent album avec ma chérie, Vanessa Paradis.

    RépondreSupprimer
  10. Aïe, Kravitz je peux pas. Y a des gens comme ça, c'est pas la peine d'insister c'est allergique. J'ai le même problème avec Prince mais tout va bien je ne me soigne pas.
    Enfin, chacun sa croix hein.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…