Accéder au contenu principal

Lenny Kravitz - Mama Said (1991)



Thème du jour : TEEN TITAN - Un disque usé jusqu’à la corde étant ado!

Je triche un peu car je ne l'ai pas écouté tant que ça, ce disque. En fait, je me suis rapidement aperçu que passés les quelques singles connus, le reste ne valait pas tripette. Mais Lenny fut pendant quelques temps un modèle pour moi. On en a besoin quand on est ado. Le modèle du beau gosse, cool, au look branché, qui faisait une musique de beau gosse, inspirée par les plus grands de John Lennon à Jimi Hendrix. A l'époque, on faisait déjà des tops avec mon frère aîné. Tous les samedis soirs, il y avait le classement de nos chansons préférées, juste avant le top, le vrai, le TOP 50 de Marc Toesca à la télé - oui, oui, on a les références qu'on peut. Et Lenny était régulièrement bien placé dans les choix familiaux. "It Ain't Over Till It's Over" est restée plusieurs semaines en première position, comme "Stand By My Woman". En plus, c'est pas pour cafter mais Charlu a dit du bien de son disque suivant, "Are You Gonna Go My Way?" dernièrement. ça m'a surpris, parce que quand même, Kra-vitz. C'est donc de sa faute si je vous en parle aujourd'hui - oui, oui, je sais, c'est facile de rejeter la faute sur les autres. A la réécoute, surtout des paroles particulièrement cruches (dans la lignée de l'insupportable geignard et "beautiful, it's true" de James Blunt) on se dit que c'était quand même de la musique pour ado. Sur "Mama Said", on entend aussi la guitare de Slash, célèbre membre des pas vraiment regrettés Guns'n'Roses, autre formation favorite des jeunes des années 90. Oui, oui, je reviens de loin.

Commentaires

  1. Ce disque je l'adore, ce type a du souffrir un max de ces accusations répétitives de plagiat sur ses premiers albums (les meilleurs), mais avec le temps on a un peu oublié cela, et la qualité de sa musique reprend de la tenue. Un très bon choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me disais aussi : que si je les avais tant aimé étant ado, c'est que ses premiers disques en valaient la peine. Et à la réécoute, pas vraiment, en fait. Je ne suis pas nostalgique de mon adolescence, en fait ;-)

      Supprimer
  2. Passage obligé des ados de l'époque sans doute ! Je suis quand même pas mécontent d'avoir été trop jeune. Hin hin hin.

    RépondreSupprimer
  3. Pas si obligé que ça, quand même... j'ai fait l'impasse... Je préférais hendrix ou carrément du Jazz mais j'ai toujours eu du mal avec la soul... Pas mon monde...

    RépondreSupprimer
  4. bim, juste après pour moi, plus "abouti" .. ah merde, j'étais plus ado en 93 !! quoique ;D

    RépondreSupprimer
  5. Hello.
    Bien vu ça, balancer le mec Blunt pour faire passer la pilule Kravitz !
    Bien vu aussi le rappel de l'impact des musiciens qu'on écoute dans nos choix vestimentaires, c'est intemporel et pas près de s'arrêter.
    Le "problème" avec Kravitz n'est pas le plagiat stricto-sensu mais l'impression d'avoir déjà entendu çà ailleurs (en mieux?)...
    EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et que c'était au final pas si bien que ça... Tout le monde peut se tromper.

      Supprimer
  6. Oooooh Kravitz ici ! Eh ben entre ça et Crimson, même avec les commentaires pour nuancer, je suis très surpris que tu sortes autant de ton cadre habituel ! Surpris en bien, ça fait plaisir.
    Bon par contre Kravitz en lui-même je déteste, je suis allergique à sa voix, et puis sa musique ne me touche pas beaucoup, j'ai l'impression que c'est une succession d'arrangements bateau pour accompagner la voix plus qu'autre chose. Mais je ne suis pas objectif car il m'horripile, donc surtout que personne ne tienne compte de mon avis.
    En revanche j'aime vraiment bien celles qu'il a écrites pour Vanessa Paradis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu as raison, c'est très pénible, en fait, Lenny Kravitz. Mais le thème n'impliquait pas forcément de parler de quelque chose qu'on aimait encore, non ?

      Supprimer
    2. Ah non du tout ! Ca se sent trèèèès bien que tu n'aimes plus, que ce soit dans l'article ou en commentaires, rassures-toi ! :)
      C'est courageux d'aller fouiller dans tes casseroles de ta part ! Et encore, c'est pas honteux.
      Ceci dit, je connais des gens qui ont plutôt bon goût par ailleurs et disent beaucoup de bien de certains Kravitz. Je veux dire par là que ça n'est pas non plus ce qu'on fait de pire.

      Supprimer
  7. Oh ben ça va! Dans les casseroles musicales datant de l'adolescence, je ne suis pas la seule à en subir encore le "mauvais" goût!!

    RépondreSupprimer
  8. Le mec est adroit et connait ses classiques, mais je ne l'ai jamais entendu ajouter quoique ce soit au schmilblick!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas vraiment ce gars, à part les quelques hits qui l'ont propulsé en tête des hit-parades. Je sais surtout qu'il a produit un excellent album avec ma chérie, Vanessa Paradis.

    RépondreSupprimer
  10. Aïe, Kravitz je peux pas. Y a des gens comme ça, c'est pas la peine d'insister c'est allergique. J'ai le même problème avec Prince mais tout va bien je ne me soigne pas.
    Enfin, chacun sa croix hein.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…