Accéder au contenu principal

Pulp - It (1983)

Thème du jour : ENCORE UN PEU VERT ! - Une première oeuvre pas tout à fait mure.

Il y a deux types de groupes. Il y a ceux qui sont tout de suite au top, donnant d'emblée le meilleur d'eux-mêmes. Parce qu'avant de percer, ils ont élaboré longuement leur son. Parce qu'ils reviennent de loin. Parce qu'ils savent qu'ils n'ont pas d'autres choix de vie. Ceux-là durent rarement. Ils s'épuisent vite, parce qu'ils n'ont pas de plan B. Leur premier disque a parfois tellement touché, marqué les esprits que toute suite s'avère forcément décevante. Et puis, il y a ceux qui commencent discrètement, pas sûrs d'eux, dont on ne découvre le véritable potentiel que bien plus tard. Parce qu'une maison de disque a eu le courage et l'audace de leur faire confiance. Ou tout simplement parce que le groupe n'a pas lâché prise, qu'il a continué contre vents et marées à avancer, ne comptant que sur lui-même. C'est le cas ici. Pulp, le groupe du très charismatique Jarvis Cocker, a traversé les années 80 à l'écart du monde avec seulement deux disques et quelques singles. Personne ne les voyait devenir aussi grand, le meilleur groupe de pop anglaise des années 90. "It" sorti en catimini en 1983 dévoilait pourtant une réelle qualité d'écriture, même si pas tout à fait mûre. La musique est assez cheap, plus par manque de moyens, semble-t-il, que par manque de volonté. Mais pour au moins trois morceaux : "My Lighthouse", "Wishful Thinking" et surtout "Blue Girls", l'album est plus que recommandable. Trois ans plus tard, avec "Freaks", Pulp passera déjà à la vitesse supérieure avec son premier disque adulte. Ensuite, plus rien ne les arrêtera jusqu'à l'indépassable "Different Class"...

Commentaires

  1. En même temps, tu parles d'une époque assez particulière... et je ne pense pas que ce soit toujours aussi vrai aujourd'hui... Suffit de penser à Jake Bugg, the XX, Agnes Obel... qui n'en sont certes qu'à leur deuxième album après un premier album réussi mais de belles carrières à venir... Je suis d'accord pour les années 90... Quel gachis, Les la's...
    Pulp j'aimais bien dans les années 90... me suis arrêté à His 'N' Hers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc au tout début des 90...

      Supprimer
    2. Euh, ça date quand même de 94, His'n'Hers, excellent aussi.

      Supprimer
    3. J'entend par la, le début en terme de production... le gros du truc arrive après.

      Supprimer
    4. Je me souviens de This Is Hardcore comme un bon disque mais je crois que 1998 c'est aussi le début de l'electro qui a déboulé via Mezzanine et le premier Air... j'étais déjà ailleurs...

      Supprimer
  2. Sur que les débuts de Pulp ne sont pas flamboyant... Du moins, comme tu le signales, rien ne laissant présager les cartons des 90's....

    Il y a failli avoir doublon...

    RépondreSupprimer
  3. Mais oui..y'avait ce disk là avant "different class" !! très vert, comme la pochette.

    RépondreSupprimer
  4. IL me semble que les albums 80 de Pulp ont récemment eu droit à des rééditions dans les règles...

    RépondreSupprimer
  5. Oui il y a failli avoir doublon, jusqu'au dernier moment j'avais Pulp - It en brouillon... Puis finalement, changement d'avis. J'ai du sentir qu'ils étaient pris en charge par d'autres mains!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah dis donc, tout le monde voulait en parler de celui-là. J'ai eu "chaud".

      Supprimer
  6. Je ne connais pas celui-ci ! A découvrir pour ma part :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était toi, quoi ? Qui a failli en parler aussi ?

      Supprimer
    2. Non, j'ais cliqué sur Anonyme et pas Google+ ;) C'était pour signé le commentaire anonyme du dessus, en quelque sorte, puisque je me suis trompé.

      Supprimer
  7. Ben je le connais pas non plus celui là, mais Pulp >80 oui, et mêm oh que oui.

    RépondreSupprimer
  8. Hello.
    Je ne connais d'eux que la suite, comme tout le monde, ce n'étaient pas mes préférés de l'époque mais quand même y a quelque chose...
    ... Qui devait bien germer à un moment ou à un autre !
    EWG

    RépondreSupprimer
  9. Pareil qu'Everett ! Mais même la suite, je n'ai jamais accroché. Va savoir pourquoi!

    RépondreSupprimer
  10. Doublement vert donc ! Jamais écouté celui-là mais bizarrement je jure surtout par les deux derniers This Is Hardcore et We Love Life, Different Class ne m'a jamais fait beaucoup d'effet... en meilleur groupe de pop anglaise des 90s je verrais plutôt The Divine Comedy ou à la limite les Auteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu Divine Comedy en concert à Orléans... Ma femme m'a rappelé qu'à l'époque les groupes étaient présentés par Bernard Lenoir sur scène... Ça me parait loin... 09/10/1993: L'Autre Festival (13ième Rock D'Orléans), Salle du Baron - Orléans (avec Moose, Strangelove, Compulsion, The Glee Club, Vision)

      Supprimer
    2. D'accord avec Rabbit et ouh là là Sb, les souvenirs!! ;)

      Supprimer
    3. Oui, j'adore aussi The Divine Comedy et les Auteurs, mais franchement, au niveau des paroles, ça ne vaut pas celles de Jarvis.

      Supprimer
  11. "In too little, too late"... voilà ce que j'étais déjà à l'époque (où je découvrais le jazz etla musique classique avec délice) pour écouter çà !

    RépondreSupprimer
  12. Jamais écouté le It de Pulp. Par contre, j'ai le Separations qui, s'il avait été le premier album du groupe, aurait lui aussi été taillé pour ce thème avec quelques perles comme My Legendary Girlfriend, et un peu de déchet à côté.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…