Accéder au contenu principal

Vincent Delerm - Les Amants Parallèles

Aux premières notes, on ne comprend pas ce que certains nous disent : ce n'est pas encore cette fois-ci que les allergiques à Vincent Delerm se réconcilieront avec lui. On retrouve dans "Les amants parallèles" les mêmes petites habitudes du monsieur : cette façon si particulière de ne pas chanter, cette manie pour le "name dropping", ces mêmes thèmes "petits bourgeois parisiens" hérités de la Nouvelle Vague, mais aussi cette faculté à créer à chaque chanson de drôles de petites saynètes amoureuses. La seule différence, c'est que pour une fois, Delerm n'essaie plus d'épater la galerie avec ses traits d'humour quelque peu cyniques. Non, "Les amants parallèles" jouent la carte de la sobriété. Avec un minimum de textes, le décor est planté. Et la musique est au diapason, avec seulement du piano, même s'il y en a en tout quatre, chacun accordé différemment pour reproduire la sonorité d'autres instruments.
L'ensemble donne une ambiance encore plus feutrée, idéale pour parler de la vie d'un couple, de sa naissance à l'arrivée d'enfants et bien après. La nostalgie des bons moments y est évoquée, des petites histoires  universelles. Et puis, un disque où il est question de "tee-shirt de Johnny Marr", de "concert des Charlatans"  - dans la chanson "L'Haçienda", ancienne salle mythique de Manchester - ne peut pas être foncièrement mauvais. Oui, peut-être qu'au final certains anciens détracteurs se laisseront amadouer. Le bonhomme a un fort pouvoir de séduction, surtout en concert, jouant autrefois essentiellement sur la dérision. Il y ajoute aujourd'hui une dose supplémentaire d'humanité. La maturité et les cheveux gris, sans doute.

Clip de "Les Amants Parallèles" :

Commentaires

  1. Je me suis mis à écouter Delerm depuis son dernier album, Quinze chansons, que je trouve vraiment beau. Pour les premiers, je n'arrive toujours pas à accrocher.
    Mais ça fait une semaine que j'écoute Les Amants Parallèles, et je ne m'en lasse pas. C'est sobre, mais tellement beau. Sa voix ne s'étire plus comme avant, je trouve qu'il n'a plus ses mimiques d'autrefois.
    Le piège des chansons à histoires (début milieu fin), c'est d'être lassé au bout de qq écoutes, car on connait la fin. Ici, on e redemande. On veut revivre la rencontre, le premier soir, l'arrivée de l'enfant, les otites, le feu d'artifice sur le pont, les souvenirs d'ado.............. C'est beau.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis heureux de voir ce disque chroniqué sur un good blog "rock", merci à toi !!
    J'aime bien Vincent Delerm, malgré tout ce que certains en disent.
    Mais je n'ai commencé à écouter que seulement avec le second, "Kensington Square". Puis la légère évolution de sa voix, un peu plus "chantée", a accentué mon adhésion.

    Niveau citations "Indie & rock", c'est un habitué car on peut en recenser sur tous ces albums :
    Sur "Kensington Square", il parle de Frank Blake et "10.000 maniacs" en duo avec Dominique A et Keren Ann.
    Sur "Quinze Chansons", il parle des Tindersticks, de graphistes avec des badges de Nick Drake, Mc Carthney, Lennon & les Beatles....Sympa.

    Mais le top, c'est sur scène où je l'ai vu 2 fois :
    La première était un concert normal en plein air. La seconde était pour son spectacle "MEMORY", écris et co mis en scène. Il y parle du temps qui passe, de nostalgie.....Entre musique, théâtre, vidéos, chanson, danse, mime...J'ai écris un papier dessus sur mon blog (Si ça te dis, c'est ici : http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/vincent-delerm-memory)

    A demain pour le Grand Jeu....Sprint final !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Je l'ai vu sur scène et il est à des années lumière de ce que ses détracteurs lui reprochent, à savoir drôle, sympa, avenant, naturel. Ses concerts sont de vrais bons moments. Il arrive à mêler, comme tu dis, un tas de choses différentes, tout en gardant un côté intime. J'aime aussi Vincent Delerm et ce, depuis ses tous débuts. Depuis le jour où j'ai écouté "Fanny Ardant et moi" à la FNAC près de chez moi. Son ton décalé m'a tout de suite plu. Je n'y ai jamais vu une quelconque attitude...

      Supprimer
  3. Ca me plaît assez, pas mon truc à 100%, mais à l'occasion j'aime beaucoup ! Il nous refait un peu le coup de Brandt Rhapsody de Biolay en faisant chanter-parler Keren Ann, mais ça passe parfaitement entre la qualité de l'instrumentation et la voix absolument magnifique de la dame.... Le temps se suspend quand elle ouvre la bouche.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…