Accéder au contenu principal

Thee Oh Sees - Floating Coffin

Et, parmi tous les disques de 2013 que vous m'avez conseillé en commentaires - merci à tous - de mon dernier post le vainqueur est ... (roulements de tambours, enfin, non, c'est marqué au-dessus) les californiens de Thee Oh Sees. C'est Alexandre, nouveau blogueur, l'un des deux tenanciers de "La pop d'Alexandre et Etienne", qui m'a gentiment glissé le titre de cet album. Bon, après, je triche un peu, parce que je le connaissais déjà ce disque. C'est juste que sorti en plein mois de juin, c'est-à-dire au moment où ce blog était laissé en jachère, je n'avais même pas pris la peine de le mentionner. Chose est donc réparée aujourd'hui, car je dois avouer qu'au milieu des autres choix musicaux que vous m'avez proposé, "Floating Coffin" s'est rapidement imposé. Ce son, mon dieu, ce son ! Ayant l'habitude d'écouter essentiellement la musique au casque, dans le métro - oui, je sais, ce ne sont pas les conditions idéales - les ambiances plus douces et intimistes ont tendance à en pâtir. Le rock sale et retors de Thee Oh Sees s'est donc retrouvé avantagé. 
A force de sortir disques sur disques - au moins un par an - la formation du prolifique John Dwyer peaufine petit à petit une recette qui est en passe d'arriver à maturation. J'irai d'ailleurs bien les voir sur scène (à la prochaine Route du Rock ?) où ils sont considérés par certains comme l'un des meilleurs groupes de rock au monde. Oui, rien de moins. Au passage, l'album aurait été parfait pour le premier thème du dernier jeu des blogueurs mangeurs de disques : pochette horrible et bon gros rock vintage qui dépote.

Clip de "Minotaur" :

Clip de "Toe Cutter - Thumb Buster" :

Commentaires

  1. Cool ! J'ai gagné ! ;)
    Il est excellent cet album, je suis content que tu penses la même chose que moi. Mais il est sorti à une période assez faste aussi, si je me souviens bien, c'est normal que certains soient un peu passés à côté. D'autant plus pour toi, si tu étais très occupé par ailleurs.
    Y'avait de très jolies choses dans les listes en commentaire de ton précédent post, je n'ai pas fini d'en faire le tour, mais j'ai prévu de tous les écouter. C'est une bonne initiative qui permet assez rapidement de partager de bons tuyaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faudrait peut-être ressusciter l'ancien Top des blogueurs aujourd'hui disparu, avec déjà tous les participants au grand jeu des blogueurs mangeurs de disques, il y aurait moyen d'avoir un classement qui tienne bien la route ;-)

      Supprimer
  2. C'est vraiment super. Alexandre avait du me le faire écouter dans le train : chacun son oreillette, autant dire que je l'avais oublié ... sauf la magnifique pochette qui, comme le son, semble venir d'un autre âge : celui de The Piper at the Gates of Dawndes des Pink Floyd peut être, non ? En tous cas très joli album !

    RépondreSupprimer
  3. Ici, ils sont deja pratiquement cultes depuis un bail....on attend quelque chose de nouveau tous les 6 mois et ils decoivent pas puisqe en plus de celui dont tu viens de parler ils ont sorti aussi cette annee Twins sur Drag City...et puis son petit jumeau Gemini il y a quelques semaines....Puis il ya eu aussi son side project Fuzz avec son album studio et puis il ya un mois le live....et puis quelques participations sur des compil, quequles pepites pour le RSD...et pqs plus tqrd que tout a l'heure, un client me parlait d'un autre secret live qui sort sur In the red bientot..Autant dire qu'en plus d'etre prolifique, ils decoivent rarement....je predis que l'annee prochaine, ils sortiront THE album, celui qui lleur donnera une audience bcp plus large et meritee !!! Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à l'allure où le gars sort des disques qui sonnent en plus de mieux en mieux, le chef d'oeuvre ne devrait en principe pas tarder.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…