Accéder au contenu principal

Top Albums 2013

10- Arcade Fire - Reflektor
Comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Après plusieurs écoutes répétées, la plupart de ces chansons ont fini par faire leur effet insidieusement. James Murphy a réussi à remettre de la folie dans le rock des canadiens qui commençait déjà à devenir balisé. « Reflektor » est un joyeux foutoir où l’on peut danser, bouger, chanter, hurler. Arcade Fire ou comment se remettre en question tout en restant soi-même, quitte à se louper parfois. Ce groupe reste donc l’un des plus passionnants de son époque.

 

9- Babx - Drones Personnels
« Qu’on m’alune vite » demande Babx dans « J’attends les E.T. », l’un des meilleurs morceaux de son troisième disque, « Drones Personnels », dont les roulements de batterie n’est pas sans rappeler Radiohead. Le jeune homme avance en dehors de tout hype et est en train de concevoir l’une des œuvres les plus riches de la musique d’ici. « Drones Personnels » n’échappe pas à la règle et propose une palette d’influences et de styles assez prodigieuse. Il est temps que cet artiste soit enfin reconnu à sa juste valeur, c’est-à-dire l’égal des plus grands.



8- Nick Cave & The Bad Seeds - Push The Sky Away
S’il ne devait rester plus qu’un rockeur, ça serait lui, Nick Cave. Qui a eu la chance d’aller le voir cette année sur scène n’a pu être qu’impressionné par son incroyable présence et le colossal son déployé par ses Bad Seeds. Cave sait tout faire : jouer au crooner émouvant derrière son piano, jacter comme un bluesman ou tout envoyer valdinguer à la façon d’un punk.  Malgré sa déjà longue discographie, l’homme semble encore progresser : si son nouveau disque calme le jeu, la guitare de Blixa Bargeld étant absente, sa musique gagne en subtilité. La classe intégrale.



7- Public Service Broadcasting - Informe-Educate-Entertain

Deux anglais bien propres sur eux inventent une nouvelle façon de faire de la pop, dans l’esprit des allemands de Kraftwerk, à la différence que les paroles sont uniquement composées de vieux extraits d’émissions d’informations. Si le concept risque de passer difficilement le cap du deuxième album, il est finalement assez révélateur d’une époque où nous sommes souvent impuissants devant le flot de nouvelles dont on nous abreuve au quotidien. « Entertain », la dernière injonction du titre, nous inviterait aussi à ne pas prendre tout ça au sérieux. Bonne idée.



6- Deerhunter - Monomania

Je l’ai déjà dit, Bradford Cox est devenu en quelques années, à travers ses deux formations, l’un des rockeurs les plus actifs et  intéressants de sa génération. S’il manque un petit quelque chose pour que ses albums deviennent des classiques indémodables, le son est toujours d’une qualité irréprochable. « Monomania » se fait plus sale, cradingue, dissonant, surtout le formidable morceau titre, tout en montrant une fois de plus la remarquable capacité de Cox à écrire des chansons pop imparables comme « The Missing » ou « T.H.M ». Je ne suis pas prêt de lâcher le gaillard.



5- Parenthetical Girls - Privilege

Ceux-là, je les aime, pour leur univers à nul autre pareil, qui me rappelle Pulp et Suede, le tout agrémenté d’un petit côté arty bien américain. Le chant est affecté, la musique parfois kitsch, mais les chansons sont suffisamment tordues pour que ça passe quand même. Le talent de la paire Pennington-Bischoff est en tout cas injustement ignoré ou mésestimé. Le groupe pourtant originaire de Portland, n’a jamais été invité au principal festival de leur ville. De même, aucun tourneur français n’a souhaité les faire venir chez nous lors de leur dernière visite européenne. Le disque, compilation des 5 EPs qu’ils ont sorti depuis le déjà excellent « Entanglements » en 2008 n’a même pas été distribué chez nous. Si certains ouvraient mieux leurs oreilles…



4- Aline - Regarde Le Ciel
Aline divise : les uns leur reprochent des paroles basiques et plates, les autres ne jurent que par les guitares smithsiennes. Vous savez déjà que je me place dans la deuxième catégorie. Le magazine Magic qui n’est pas freiné par la pop même quand elle est chantée en français a compris que cette musique était ce qu’on avait entendu de mieux dans le genre chez nous depuis une éternité en classant « Regarde Le Ciel », disque de l’année. Ici, on y est presque. En plus, ma Lulu adore…



3- The Pastels - Slow Summits

Voilà un de ces anciens groupes que je n’ai découvert réellement que cette année par le biais de ce "Slow Summits", sans doute leur disque plus accompli. Il n’est pas très éloigné dans le style comme dans la qualité du chef d’œuvre de leurs voisins écossais de Belle & Sebastian, « If you’reFeeling Sinister ». Epaulé par John McEntire, The Pastels, l’une des formations les plus sympathiques qui soient, nous assènent un magnifique recueil de pop mélodique, subtile, qui devrait me suivre pendant longtemps encore.



2- The Flaming Lips - The Terror

Depuis “Yoshimi Battles The Pink Robots” – même si j’ai depuis réévalué "At War With The Mystics" -, les Flaming Lips étaient juste devenus de fabuleux « performers ». Je n’arrivais plus à suivre les expérimentations de plus en plus tarabiscotées de Wayne Coyne et de sa bande. « Embryonic », le véritable précédent disque était un gigantesque foutoir où il n’était pas évident d’y trouver beaucoup de chansons. « The Terror » garde pourtant les mêmes grosses basses, mais est plus apaisé, et surtout il est cette fois d’une incroyable cohérence. C’est l’un de ces rares albums qu’il faut absolument écouter d’une traite pour mieux s’y plonger. Un des disques après lesquels l’essentiel de la production musicale paraît bien fade – essayer Stromae juste après par exemple. « The Terror », c’est de la musique en 3D, c’est aussi le disque idéal pour la fin du monde. Beau et effrayant.



1- Yo La Tengo - Fade

L'un des premiers disques, "Fakebook", de Yo La Tengo était une brillante collection de reprises. Jusqu'à aujourd'hui, il était considéré par beaucoup comme leur meilleur, tendant à prouver que le groupe n'était qu'une sympathique formation de série B, des sortes d'éternels outsiders. Et puis, il a fallu entre autre qu'ils s'associent avec monsieur Tortoise à la production, John McEntire, pour que leur indie rock prenne son véritable envol. Bon, les vrais connaisseurs ergoteront qu'ils ont déjà enregistré un paquet de très bons disques et ils auront raison, mais moi, c'est avec ce "Fade" que j'ai eu la révélation. Yo La Tengo est devenu d'un coup d'un seul le groupe de rock indépendant par excellence. Celui qui trace sa route sans se soucier des modes, ce qui a justement pour effet de rendre leur musique indémodable. Partant de l'influence obligée du Velvet Underground, Yo La Tengo a su digérer chaque nouveau courant - le grunge, le shoegaze, la dream pop, etc -, l'intégrer à son univers pour en ressortir une étonnante matière originale. "Fade" ressemble aujourd'hui à s'y méprendre à l'album parfait.

Commentaires

  1. Deerhunter, Parenetical Girls et BabX ne sont pas passés loin du mien, j'ai manqué de nombre d'écoutes pour ces disques, pour pouvoir en toute honnêteté les classer dans un top. J'ai un article en cours dans lequel je vais parler de tous ces disques que je regrette de ne pas avoir plus écouté.
    Totalement d'accord pour Arcade Fire, Nick Cave et les Flaming Lips (j'aurais mis ma main à couper que ce dernier serait ton 1er... Heureusement que je n'en ai rien fait). Content que tu aies changé d'avis pour le Arcade Fire, je bloque sur quelques trucs (Joan Of Arc, brrrr...), mais c'est un grand disque.
    J'ai du mal avec Aline, et je connais mal les autres encore, mais Public Service... m'avait beaucoup impressionné lors de ma 1ere écoute, à la suite de ton billet sur tes 60 albums de 2013.
    Joli bilan !

    RépondreSupprimer
  2. Charmant top. Bien content de voir les Flaming Lips si bien placés. Ils seront pas si hauts dans le mien, mais quand même, je les retrouve après (moi aussi) Yoshimi. Rien ne m'avait vraiment intéressé entre temps.
    Yo La Tengo, j'ai essayé, j'aime bien, mais sans déclic aucun.
    Par contre, le vrai pense-bête c'est le Deerhunter, que j'avais même pas écouté. Et c'est peu dire qu'il commence bien.
    Pas accroché du tout à Aline, moi je fais partie de ceux qui trouvent les paroles mièvres et le chant trop "Indochinien" pour me plaire.
    Très content de retrouver Nick Cave avec un très grand album cette année.
    Quant à Arcade Fire, j'ai adoré le single Reflektor, avant d'être déçu par l'album découvert par la suite. Et bizarrement, les mélodies me trottaient quand même dans la tête. J'y suis revenu. J'aime bien. Comme toujours avec Arcade Fire. Je sais pas comment ils font.

    RépondreSupprimer
  3. Beaucoup de bonnes choses, comme souvent ici. Je te dois d'ailleurs quelques découvertes, dont les excellents Parenthetical Girls que je m'étonne comme toi de ne pas voir figurer dans beaucoup de bilans de fin d'année. J'ai écouté beaucoup moins d'albums de 2013 que toi mais pour l'heure, Yo La Tengo tient aussi la corde chez moi. Mais y'a débat avec Laura Mvula et son superbe premier album. Bien aimé aussi de mon côté Bill Ryder-Jones ou Bertrand Belin. Et les Arctic Monkeys. Quant à Arcade Fire, il m'attendra au pied du sapin...

    RépondreSupprimer
  4. Le Bertrand Belin n'était pas très loin de figurer dans mon top 10. J'aime bien aussi le Bill Ryder-Jones. Le rock sous testostérone des Arctic Monkeys ne m'emballe pas plus que ça. Laura Mvula, je n'ai sans doute pas assez écouté.

    RépondreSupprimer
  5. ton top a été ajouté à la liste http://hop.over-blog.com/article-les-tops-albums-2013-de-la-presse-et-des-webzines-121473781.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…