Accéder au contenu principal

Babx - Petit Théâtre des 2 Rives - Charenton-le-Pont - 17 janvier 2014

Si ce blog s'était appelé "la musique à maman", "Drones Personnels" aurait sans doute été élu disque de l'année 2013. Sachant cela, vous vous doutez que c'est elle qui a le plus insisté pour qu'on aille enfin voir Babx sur scène. Bon, comme j'apprécie aussi l'artiste, je n'ai pas été trop dur à convaincre. En plus, le concert avait lieu pas loin de chez nous, dans le petit Théâtre des 2 Rives, à Charenton-le-Pont. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est en bordure du bois de Vincennes, tout proche de la capitale. Première surprise en arrivant : la salle est minuscule et peut contenir à tout casser 70 personnes. De plus, ce ne sont que des places assises. La moyenne d'âge enfin est étonnamment élevée. On se regarde : est-ce qu'on ne s'est pas trompé d'endroit ? Après quelques minutes d'attente, un guitariste arrive seul sur scène et fait quelques enregistrements. Puis, le reste de la troupe le rejoint. Le premier morceau est de circonstance, "Cristal Ballroom", on se croirait dans un cabaret perdu, du bout du monde : le décor est planté. Le chanteur se la joue modeste, plaisante rapidement avec le public et pourtant sa palette musicale est d'une rare diversité. On a l'impression que le gars peut tout faire, tout jouer. De la variété, du classique, du jazz, du rock, de l'électro, même du rap (l'excellent "Crack Maniac"), le tout avec une inventivité sans cesse renouvelée. 

Les deux reprises de Bashung ("2043") et Barbara ("Septembre") sont aussi aux petits oignons. Le seul bémol serait sur la voix qui, malgré un timbre original, semble avoir une tessiture limitée. (les "Jingle bells" de "Suzanne aux yeux noirs" sonnent un peu faux). Pour le reste, c'est un sans faute, encore meilleur que sur disque, car on y entend plus de choses, notamment l'ironie de certains textes ("2012"), les constants jeux sur les mots qui s'entrechoquent proches en cela d'un Gainsbourg, les délicats arrangements, un mélange admirable de fougue et d'émotion. Tout semble d'une facilité déconcertante. C'est simple, ce type parle comme un livre, joue du piano comme il respire. Babx est assurément un des plus précieux joyaux de la chanson française qui, vu la taille des salles dans lesquelles il continue de jouer après trois albums pourtant impeccables, demeure un secret trop bien gardé. Maman a bien raison. Mais maman n'a-t-elle pas toujours raison ?

Commentaires

  1. Ce type est absolument génial. Il faudrait que j'écoute ses albums pré-Drones Personnels, maintenant que je connais bien ce dernier.
    Bon choix de concert effectivement ! Les mamans ont très souvent raison, et ta Maman encore plus apparemment.

    Le prochain pour ma part sera Franz Ferdinand au Zénith de Nantes, en mars. Il me tarde d'y être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas de ma maman, mais de ma femme, étant donné que "papa", de la musique à papa, c'est moi ;-) Quand on a des enfants, on commence à parler comme des "vieux". Oui, je sais, c'est moche.
      Prochain concert pour moi, Connan Mockasin en février...
      Sinon, Babx, oui, c'est excellent. En plus, le gars est sympa, accessible. Bref, il a tout pour lui et puis, ce genre de concerts dans des petites salles, c'est parfait pour sa musique plutôt intimiste. Dommage quand même que c'était obligatoirement assis parce qu'un titre comme "Tchador woman" en live, ça dépote bien !

      Supprimer
    2. J'avais compris ;) Je pensais que ça passerait dit comme ça, juste en mettant la majuscule, comme si c'était un surnom, mais j'ai mal formulé !
      J'imagine que tu feras un billet dessus, je me demande vraiment ce qu'il donne en live, le Connan.

      J'hésite à prendre des places pour Metronomy quand à moi. Ca risque de tomber proche des exams, et surtout, j'ai beaucoup moins aimé The English Riviera que Nights Out, et j'ai peur pour le prochain, le dernier single ne m'a pas convaincu du tout, même si il s'écoute très bien.

      Je guetterai un passage de BabX près de chez moi alors ;) A Nantes on a une petite salle géniale, Stéréolux, à chaque fois que j'y suis allé (avec Etienne en plus), on a fini juste au pied de la scène, en plein milieu. Je pouvais presque jouer du synthé en levant le bras pour La Femme ! Et ce, pour Tellier, Of Montréal, et La Femme, à chaque fis en plein devant, sans avoir attendu plus que ça (les gens snobent les 1ères parties, on peut se placer du coup). C'était absolument gé-nial.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…