Accéder au contenu principal

Connan Mockasin (+ Feu! Chatterton) au Trianon, Paris, le 19 février 2014

Cette année, parmi les rares bonnes résolutions prises, j'ai décidé d'assister à plus de concerts. Mercredi dernier, c'était seulement notre deuxième de 2014. Comme pour Babx, Connan Mockasin, c'était surtout une idée de maman, même si "Forever Dolphin Love", le premier disque du néo-zélandais était aussi plutôt bien placé dans mes disques de 2011. Ce concert marquait aussi le début d'une belle fin de semaine de musique live. Le décor de cette première soirée était parfait : le Trianon est sans doute l'une des plus belles salles de concert de la capitale, très théâtrale. En première partie, nous avons eu droit à une formation du cru, au nom pour le moins étrange : Feu! Chatterton. Etrange, comme leur style, détonnant mélange entre des paroles absconses dans l'esprit d'un Bashung - le nom Chatterton n'est-il pas une référence évidente ? - et une musique à l'inspiration en grande partie eighties. D'ailleurs, le style vestimentaire du groupe nous ramènerait aux sombres heures des séries télé estampillées "AB Production", comme "Hélène et les garçons". Le comble du raffinement bobo ? Le chanteur avec son costume trois pièces et sa petite moustache paraît venir d'une époque révolue. Si je n'adhère pas (encore?) à la manière quelque peu abrupte du chant, ces garçons dégagent quelque chose, une vraie originalité, bien loin de quantités de formations hexagonales qui se cantonnent trop souvent dans la réplication de modèles anglo-saxons, voire franchouillards. Je prends le risque d'annoncer que Feu! Chatterton ne sera pas qu'un simple feu de paille. Ils seront en tout cas aux prochaines Francofolies de La Rochelle et en attendant la sortie d'un premier véritable album, on peut se délecter de ce qui existe déjà :

Pour continuer dans l'étrange, mais cette fois-ci de manière plus revendiquée : Connan Mockasin. Le petit chanteur, improbable croisement entre Klaus Kinski et Brian Eno, fait d'abord une fausse entrée en scène. C'est un de ses acolytes qui, dans la pénombre, débarque en premier affublé d'une perruque blonde ressemblant à s'y méprendre à la coiffure de Mockasin. Le concert sera ensuite une alternance entre les deux albums, "Forever Dolphin Love" et "Caramel", aux univers très différents. L'un expérimental, planant, l'autre plus suave, chaud, physique voire sexuel, en témoigne le rappel où le chanteur finit même dans un lit avec une charmante jeune femme asiatique ou ce qui ressemble à un ménage à trois dans le public, juste à côté de nous. J'ai au moins la confirmation de ne pas accrocher au dernier disque, on dirait du Barry White mais avec une voix de crécelle. Le set vire aussi par moments au rock progressif. Heureusement, la version live de son chef d'oeuvre, la chanson "Forever Dolphin Love" est impeccable. "C'était chant-mé" dira un gars près de nous à la fin du concert. Pas sûr de partager le même diagnostic.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…