Accéder au contenu principal

Connan Mockasin (+ Feu! Chatterton) au Trianon, Paris, le 19 février 2014

Cette année, parmi les rares bonnes résolutions prises, j'ai décidé d'assister à plus de concerts. Mercredi dernier, c'était seulement notre deuxième de 2014. Comme pour Babx, Connan Mockasin, c'était surtout une idée de maman, même si "Forever Dolphin Love", le premier disque du néo-zélandais était aussi plutôt bien placé dans mes disques de 2011. Ce concert marquait aussi le début d'une belle fin de semaine de musique live. Le décor de cette première soirée était parfait : le Trianon est sans doute l'une des plus belles salles de concert de la capitale, très théâtrale. En première partie, nous avons eu droit à une formation du cru, au nom pour le moins étrange : Feu! Chatterton. Etrange, comme leur style, détonnant mélange entre des paroles absconses dans l'esprit d'un Bashung - le nom Chatterton n'est-il pas une référence évidente ? - et une musique à l'inspiration en grande partie eighties. D'ailleurs, le style vestimentaire du groupe nous ramènerait aux sombres heures des séries télé estampillées "AB Production", comme "Hélène et les garçons". Le comble du raffinement bobo ? Le chanteur avec son costume trois pièces et sa petite moustache paraît venir d'une époque révolue. Si je n'adhère pas (encore?) à la manière quelque peu abrupte du chant, ces garçons dégagent quelque chose, une vraie originalité, bien loin de quantités de formations hexagonales qui se cantonnent trop souvent dans la réplication de modèles anglo-saxons, voire franchouillards. Je prends le risque d'annoncer que Feu! Chatterton ne sera pas qu'un simple feu de paille. Ils seront en tout cas aux prochaines Francofolies de La Rochelle et en attendant la sortie d'un premier véritable album, on peut se délecter de ce qui existe déjà :

Pour continuer dans l'étrange, mais cette fois-ci de manière plus revendiquée : Connan Mockasin. Le petit chanteur, improbable croisement entre Klaus Kinski et Brian Eno, fait d'abord une fausse entrée en scène. C'est un de ses acolytes qui, dans la pénombre, débarque en premier affublé d'une perruque blonde ressemblant à s'y méprendre à la coiffure de Mockasin. Le concert sera ensuite une alternance entre les deux albums, "Forever Dolphin Love" et "Caramel", aux univers très différents. L'un expérimental, planant, l'autre plus suave, chaud, physique voire sexuel, en témoigne le rappel où le chanteur finit même dans un lit avec une charmante jeune femme asiatique ou ce qui ressemble à un ménage à trois dans le public, juste à côté de nous. J'ai au moins la confirmation de ne pas accrocher au dernier disque, on dirait du Barry White mais avec une voix de crécelle. Le set vire aussi par moments au rock progressif. Heureusement, la version live de son chef d'oeuvre, la chanson "Forever Dolphin Love" est impeccable. "C'était chant-mé" dira un gars près de nous à la fin du concert. Pas sûr de partager le même diagnostic.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…