10 mars 2014

Grand jeu sans frontières des blogueurs mangeurs de disques saison 8 épisode 1/7


Aujourd'hui , c'est le retour du jeu des blogueurs mangeurs de disques. Pour une fois, je vous donne la liste des participants :
Alexandre et Etienne pour La Pop D'Alexandre Et Etienne
Appro pour Approximative But Fair
Sadaya pour Impulsions Electriques
Jeepeedee pour Jeepeedee Rips
Devant pour Le Gaitapis
Charlu pour Les Chroniques De Charlu
Toorsch' pour Les Chroniques De Toorsch'
Keith Michards pour Les Jolies Compiles De Keith Michards
Chris pour Ma Petite Boîte A Musique
Le Zornophage pour Mangemesdix
Francky 01 pour Muziks Et Culture
Fracas pour Smells Like Rock Spirit
Till pour This Beautiful Downgrade
Rabbit & Dcalc pour Des Cendres A La Cave
Lemok Pour Audiolemok
Warf pour Terre Du Loup
El Norton pour Last Stop ? This Blog !
Xavier pour Blinkinglights
Everett W. Gilles, Sorgual, Evgueni Iscarian & Jimmy Jimi pour Le Club Des Mangeurs De Disques

Et voici le thème du jour :
"Oh honey, why don't you come back?" 
Le disque du retour, pour le meilleur ou pour le pire, à vous de choisir...
DETROIT - HORIZONS (2013)
Après le cas Curtis, voici un cas encore plus épineux. Le thème imposait un retour et en termes de retour, difficile de faire plus compliqué. Cantat a été pour beaucoup de jeunes, enfin les ados de ma génération, un modèle d'intransigeance et d'intégrité. Alors, quand on a appris qu'il avait battu à mort sa compagne, on était tous sous le choc, essayant de défendre l'indéfendable, cherchant au moins à comprendre. Faire rentrer ainsi dans le domaine public des faits divers, des affaires privées, me répugne toujours. Les plus conciliants ont répondu qu'on n'avait pas à s'immiscer dans l'intimité d'un couple, qu'on n'avait pas même le droit de juger. Trop facile, évidemment. Pourtant, quand un bijoutier se fait agresser, certains trouvent normal qu'il riposte en tuant. On aurait le droit de tuer pour des biens matériels mais pas par amour, car, malgré tout, on suppose qu'il s'agissait d'amour. Oui, un handicapé de l'amour, un handicapé de la vie, voilà ce qu'était devenu l'idole d'une jeunesse. Triste époque sans repère, sans bouée de sauvetage où même les croyances les plus immuables partent en fumée. Cantat a peu à peu disparu du paysage, purgeant sa peine de prison. Puis, Noir Désir n'est presque plus passé en radio. C'était la honte. Moi aussi, je ne voulais plus réécouter ces disques. Alors, quand il est revenu l'année dernière sous un nouveau nom de groupe - obligé -, je suis resté dans cette inéluctable indifférence, écoutant d'une oreille distraite, histoire de me persuader de tomber sur quelque chose de déjà connu, de commun. Le chanteur semble se rapprocher de plus en plus de son modèle, Léo Ferré, dont il reprend au passage le plus grand succès, "Avec Le Temps". Mise à part quelques titres, je n'ai jamais accroché plus que ça au répertoire du plus célèbre anarchiste de la chanson française. Comme pour Cantat, finalement. 

13 commentaires:

  1. Déjà un premier doublon!
    Je trouve que personne ne parle suffisamment de Pascal Humbert qui crée pourtant l'équilibre sur ce disque...

    RépondreSupprimer
  2. THE retour..génial.
    On a dit quoi pour les doublons ?? ils payent leur coup ?? :D

    RépondreSupprimer
  3. La question est donc : peut-on aimer le disque d'un assassin ?
    Chacun se fera son opinion. Pour ma part, je suis fan à 200 % de cette foutue galette… et je n'oublierai jamais le geste criminel de Cantat.

    RépondreSupprimer
  4. Il valait le doublon, car ce retour est un magnifique voyage dans les ténèbres, sans forcement vouloir être un cri de redemption impossible, ou de pardon, juste l'impression qu'il demande le droit de vivre sa peine et son remord éternel de sa folie.

    RépondreSupprimer
  5. Hello.
    Comme pour Evgueni je me contenterai d'apprécier ta chronique passionnée.
    EWG

    RépondreSupprimer
  6. Très joli choix, doublon effectivement, mais c'est tellement pile dans la consigne qu'on l'excusera volontiers. J'ai adoré ce disque pour ma part.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai jamais vraiment écouté de Noir Désir, à part 2-3 tubes passant à la radio. Mais il faut dire que je suis né dans les 90's, plutôt que d'y avoir vécu mon adolescence, je suis donc arrivé dans le silence radio dont tu parles. L'album est très plaisant, je ne sais aps si je serai un grand fan car je n'arrive aps a être touché ( ce n'est pas moi qui choisi ) mais ça m'a au moins donnée l'occasion et l'envie d'essayer.
    Mais le nom de son duo est très bien choisit. Malgré une consonance house trompeuse, on peut y trouver beaucoup d'explication et de liens avec ce que l'on sait de sa vie.

    RépondreSupprimer
  8. Ce qui j'ai entendu du disque m'a plu, c'est certain. En dissociant l'homme de l'artiste ou l'artiste de l'homme, c'est selon, on déculpabilise d'aimer la musique d'un assassin. Car même passionnel un meurtre reste un meurtre. Sans le défendre, bec et ongle, j'ai comme toi, trouvé l'acharnement médiatique d'il y a dix ans abjecte. Abjecte mais finalement logique.

    Premier doublon, mais surement pas le dernier^^

    RépondreSupprimer
  9. Y aurait pu avoir triplon (magnifique néologisme) car j'y ai cogité longtemps. Mais je me suis posée trop de questions qui ont ralenti ma réflexion sur ce choix. Et puis vous êtes deux à en parler mieux que moi...

    RépondreSupprimer
  10. Pareil qu'Etienne, et même en pire, je n'apprécie pas davantage cette œuvre que celles de Noir Désir. C'est à dire pas du tout. J'ai du mal avec ce type, sa "poésie" ne m'enchante guère, et la musique ne me touche pas.
    Je boycotte donc pour des raisons de goûts musicaux, ce qui m'évite d'avoir une réflexion éthique sur le type, même si dissocier l'homme et son art me paraît essentiel, malheureusement il y a plein d'exemples assez divers : Céline, Polanski, Woody Allen....

    Mais c'est un excellent choix dans le cadre du jeu, et c'est sûrement un très bon disque, vu ce qu'en disent tout le monde. Même si pour une fois je ne vois pas trop pourquoi. D'habitude, même quand je n'aime pas j'arrive à juger objectivement si c'est bon ou pas. Là, je ne trouve aucune prise.

    RépondreSupprimer
  11. Excellent choix même si doublon !
    Je l'ai déjà dis et écris plusieurs fois, Noir Desir est pour moi MON groupe suprême, celui qui m'a tant accompagné lors de mon adolescence et ne m'a pas quitté depuis. Je peux dire qu'il m'a aidé à rendre ma vie plus supportables.
    C'est grâce à eux que j'ai découvert Maiakowski et tant d'autres....
    Ce disque est superbe, tout en mélancolie et en beauté malade !
    J'ai d'ailleurs mon billet pour leur concert de Vienne en juin prochain!
    Merci de ce choix (dont j'ai pensé mais pas trouvé la force, les mots justes....)
    A +

    RépondreSupprimer
  12. J'ai pas eu envie de l'écouter ce disque je l'avoue, moins pour le passif de Cantat (qui aurait tout de même mérité qu'il sorte à jamais de la vie publique, son interview dans les Inrocks récemment était quand même assez débectante, ce type n'a finalement pas un 10ème de l'éthique qu'on lui prêtait) que pour la piètre qualité des morceaux de Noir Désir sortis dans l'intervalle (ce "Temps des cerises" juste affreux et l'autre dont j'ai oublié le nom). Certes Cantat n'est pas Noir Désir, mais sachant que j'aimais Noir Désir plus qu Cantat j'ai préféré zapper.

    RépondreSupprimer