Accéder au contenu principal

Grand jeu sans frontières des blogueurs mangeurs de disques, saison 8, épisode 6/7

Thème du jour :
"It's just a reflektor." Deux pochettes d'albums qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Coïncidence?...












NEW ORDER - BROTHERHOOD (1986) & BEACH FOSSILS (2010)
Malin, cet Alexandre, quand il nous a concocté ses thèmes pour cette huitième édition du grand jeu des blogueurs. Sept disques ne lui suffisaient pas, il a fallu qu'il trouve de quoi faire un thème double pour alimenter davantage les échanges. Deux pochettes qui se ressemblent, en voilà une drôle d'histoire. S'il y a un groupe qui a été beaucoup copié ces dernières années dans le rock indépendant, ce sont bien les mancuniens de New Order, de la musique jusqu'à l'art work. Les américains de Beach Fossils sont parmi les "suiveurs" les plus habiles. Tout d'abord, parce que leur pop à guitares enlève soigneusement les synthés eighties de leur modèle pour ne conserver que ce sens inouï des rythmiques qui tuent. Ensuite parce que si la pochette de leur formidable premier disque éponyme n'est pas sans rappeler celle de "Brotherhood", la ressemblance est déjà nettement moins évidente sur leur deuxième et décevant essai sorti l'an passé. Gris pour New Order, écru pour Beach Fossils. Des volets, (une porte?) pour les américains, de l'abstrait, (du papier peint?) pour les anglais. Deux visions différentes : les premiers essayaient d'inventer, les seconds sont justes d'excellents faiseurs. Enfin, ce qui réunit surtout ces deux albums, c'est qu'ils renferment chacun une chanson pop parfaite : "Bizarre Love Triangle" et "Golden Age", c'est déjà énorme.

Commentaires

  1. Belle approche minimale, je ne connaissais pas du tout le second.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce bel article sur les escroqueries des pseudo artisans peintres, non mais vous avez vu ce travail ! Je dois encore préférer le deuxième qui a oublié de poncer la porte plutôt que le premier qui utilise un pinceau aux poils déjà séchés et remplis d'une peinture bleu informe qui se mélange au blanc recherché. Se dire "Nouvel ordre" quand on est aussi mal organisé ! Bon il ne me reste plus qu' à ouvrir la porte et peut être tempérer mon ressentiment ... et puis ces gars là travaillent en musique, et ça c'est un bon point.

    RépondreSupprimer
  3. On pourrait aisément associer à ces deux pochettes à celles proposées par EWG chez Jimmy, par leur côté minimaliste et élégant.

    RépondreSupprimer
  4. Salut!
    Personne n'a pensé au mésestimé "Welcome to the Monkey House" Des Dandy Warhols? A la fois décalque du Velvet et des Stones! C'est ce qui s'appelle faire coup double!
    Continue ton blog Vincent!

    Dale C.

    RépondreSupprimer
  5. New Order ont de superbes pochettes..habituellement.. là c'est hyper soft..mais tu as super bien trouvé son reflet..

    RépondreSupprimer
  6. Je les aime bien ces pochettes...

    RépondreSupprimer
  7. Beach Fossils ça me fait penser à quelque chose (pas NO que je connais assez peu) mais j'arrive pas à me souvenir quoi.
    Joli nuancier les pochettes ...

    RépondreSupprimer
  8. Joli choix musicaux, et rien à dire pour les pochettes. Top !

    RépondreSupprimer
  9. Texture boisée. Reçu 10/10. Bien joué.

    RépondreSupprimer
  10. Belles pochettes pour deux superbes disques.
    New Order : immense et incontournable....Un groupe tellement influent et maître de l'artwork arty !!!
    Beach Fossils : Ce premier LP est un petit bijou, entre néo-Shoegaze, Indie Pop/Twee pop et vague relent cold wave !! J'ai bien aimé aussi le EP qui a suivi l'année d'après, "What a Pleasure" (avec une belle pochette aussi). Et encore une belle production de l'excellent label Captured Tracks !!!
    Leur second LP "Clash The Truth" était moins réussi. Du moins, il ne m'avait guère séduit aux premières écoutes mais après des mois "sans", je l'ai redécouvert tout récemment pour le réévaluer légèrement. Peut être moins mauvais que j'avais estimé d'abord.
    A +

    RépondreSupprimer
  11. Effectivement la filiation est à la fois visuelle et musicale ici, bien vu ! Si ça t'intéresse, les pochettes qui se ressemblent, j'ai fait le même petit jeu sur mon blog... Au plaisir !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…