Accéder au contenu principal

The Stranglers - Golden Brown (1982)

L'autre jour, dans le métro, je suis tombé sur ça et franchement, ça m'a fait flipper. J'ai dû m'y reprendre à deux fois avant de vérifier le nom du groupe. Deep Purple ? Iron Maiden ? Bon Jovi ? Guns'n'Roses ? Non, putain : The Stranglers ! Comme on dit maintenant, ils ont pris cher... Je ne comprends pas comment une telle affiche pourrait donner envie de se déplacer. A ce niveau-là, il aurait été souhaitable de ne rien montrer. La musique est plus importante que le reste. Comment une formation autrefois affiliée au mouvement punk et réputée pour ses concerts violents et ses prises de position politiques peut-elle aujourd'hui ressembler à ça ? Cette bande de quinquas sympas, heureux de se retrouver, bras dessus dessous, avec dentiers de rigueur, prêts pour faire un boeuf d'enfer ! Une réaction s'impose : c'est quand même moche de vieillir... Les Stranglers ont toujours été un peu à part, jamais complètement là où il fallait. On a voulu les rapprocher des punks au début de leur carrière parce que c'est ce qui marchait à l'époque. Pourtant, ils étaient déjà trop bons musiciens pour pouvoir être comparés au commun de ces formations-là. Ils ont ensuite livré quelques tubes dont le parfait et intemporel "Golden Brown" produit par Toni Visconti avec son incroyable mélodie au clavecin. Il y aura ensuite "Always The Sun" qui appâtera plus basiquement le chaland de la bande FM. Puis, plus rien ou presque. Ils publieront régulièrement des nouveaux disques au milieu des tentatives solos de leurs membres, mais n'auront plus de vraies reconnaissances commerciales ni même critiques. Les Stranglers font partie de ces groupes régulièrement oubliés des palmarès, des listes d'albums indispensables. A tort ou à raison. S'il fallait que je ne retienne qu'un seul disque d'eux, je choisirais "Feline". Pour sa pochette d'abord, mais surtout pour sa musique atypique, une new wave éthérée et romantique à mille lieux de ce qu'ils pratiquaient alors. Quand je vous disais qu'ils n'ont jamais fait comme les autres... Jusqu'à aujourd'hui et cette improbable affiche ?


Golden brown texture like sun
Lays me down with my mind she runs
Throughout the night
No need to fight
Never a frown with golden brown

Every time just like the last
On her ship tied to the mast
To distant lands
Takes both my hands
Never a frown with golden brown

Golden brown finer temptress
Through the ages she's heading

West
From far away
Stays for a day
Never a frown with golden brown

Never a frown
With golden brown
Never a frown
With golden brown

Commentaires

  1. "Cette bande de quinquas sympas", t'es gentil avec eux! A la grande époque ils étaient déjà plus vieux que les punks (et pas vraiment sympas). Les membres historiques sont aujourd'hui largement sexas, voire septua (Jet Black le batteur)!
    Moi aussi j'adore Feline, ainsi que leur géniale reprise de "Walk on by", façon "Light my fire".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'ils ne sont plus que quinquas et qu'ils n'ont pas la réputation d'être très sympathiques !

      Supprimer
  2. Bonjour.
    Merci pour ton blog toujours intéressant et souvent enthousiasmant.
    J'en profite pour faire un peu de pub à mon blog.
    Juste un mot donc pour signaler la naissance de mon blog:
    http://rockdelgabacho.blogspot.com.es/
    Soyez indulgents ! Commentaires, encouragements et critiques sont les bienvenus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du rock espagnol : bonne idée ! J'essaierai d'y jeter une oreille et un oeil. Merci.

      Supprimer
  3. Rien à voir avec les débuts effectivement, pourtant elle est top cette chanson Vince. d'ailleurs j'avais adoré l'album "Dreamtime".. ça craint, mais c'est "always the sun" qui m'a introduit chez les Strangglers ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi "Always the sun"... Mais comme "Let's dance" avec Bowie, finalement. Comme quoi.

      Supprimer
  4. Ouais j'ai vu moi aussi cette affiche. Ma réaction a été moins dure que la tienne parce que je sais que ça fait longtemps qu'ils n'ont plus rien à dire, plus à montrer, plus rien à écrire. Et pus la moindre provoc. L'année dernière ils étaient déjà passés à Lyon. J'avais été tenté un moment et puis non c'était pas possible. Je préférais garder le souvenir des concerts du début des 80's. Récemment j'ai même essayé d'écouter un album d'il y a 10 ans, Norfolk Coast. Une catastrophe. De toute façon depuis qu'il n'y a plus Cornwell (1990 quand même ! ) ce ne sont plus vraiment les Stranglers.

    Feline c'est la dernière limite pour moi, après j'ai arrêté. Aural Sculpture et Dreamtime je ne supporte pas. Par contre tout le début de leur carrière quel bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Feline", je trouve qu'il y a un style... Avant, j'aime bien certains titres mais pas tout. Après, comme toi, je passe mon tour.

      Supprimer
  5. Règle numéro 12 : un groupe de rock ne doit jamais sourire sur les photos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et doit s'arrêter avant de ressembler à ça.

      Supprimer
  6. Je ne me lasse pas d'écouter "Walk on by", "Toiler on the sea", "Nice'n'sleazy".
    Jette donc une oreille sur l'album "Black and white". C'est l'âge d'or des Stranglers et de sa période post-punk ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, je vais me réessayer aux premiers Stranglers.

      Supprimer
  7. Ouh la...D'abord, ils sont surement plus vieux que moi car deja en 77, ils etaient deja plus proche de la trentaine que de l'age des boutoneux qui occupaient la scene punk de l'epoque. Et un peu de respect, parce que le Jean jacques, vu son caratere il pourrait surement encore t'en coller une. De toute facon, qu'est ce que tu veux; ces gens sont vieux a present et n'en sans doute rien a battre de leur image -No More Heroes anymore- trop content d'avoir survecu...Je reconnais que c'est plus tres facile a ecouter maintenant; meme moi qui etait fan de Ratus Norvegicus, B&W ... mais bon ils font toujours parti de mes outsiders preferes et je peux meme me targuer d'avoir une tres belle collection...Pour ce qui est de Feline qui est un tres bon album, je te conseille d'ecouter Landed de Can et tu verras ou ils ont probablement trouve leur inspiration. All the best comidiz ici ... et tres bonne idee de parler (malgre tout) des Stranglers! Gwen/Melody Supreme (le meilleur diquaire breton des US!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Can, oui, c'est un groupe que j'ai essayé plusieurs fois mais auquel je reste encore plutôt hermétique. Pourquoi ne pas recommencer par "Landed", pas vraiment considéré comme leur meilleur ? Et vive les bretons peu importe où ils sont ;)

      Supprimer
  8. Non, c'est loin tres loin d'etre le meilleur mais les simillitudes entre les 2 albums sont assez frappantes...Come on, comment peut on etre hermetique a Can! Gwen.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…