19 avril 2014

Top albums 1988


On continue les années 1980 avec encore un chouette millésime, rien que pour le chef œuvre de pop romantique "16 Lovers Lane" des Go-Betweens, l'équivalent austral des Smiths, moins lettré mais aussi moins crâneur. Le reste de ma sélection est essentiellement constitué des grandes formations ou artistes de l'époque : encore et toujours les Pixies, Sonic Youth et les inestimables Feelies pour l'Amérique; Morrissey, pour la première fois sans ses Smiths, My Bloody Valentine, Cocteau Twins, The House of Love et James pour une Grande-Bretagne sur-représentée mais aussi ultra performante. Enfin, habitués de mes tops, Nick Cave et ses mauvaises graines rejoignent leur cousins australiens des Go-Betweens, vainqueurs donc pour cette année 1988. 

10. Cocteau Twins - Blue Bell Knoll 
Ce disque marque pour moi la fin de la meilleure période du trio écossais entamée avec le bien-nommé "Treasure" en 1984. Après, le groupe s'aventurera dans des ambiances plus faciles et accessibles, y perdant au passage son aura mystérieuse, principale qualité de leur musique mystique. 


9. Nick Cave & The Bad Seeds - Tender Prey 
Un disque qui commence par un titre aussi immense que "The Mercy Seat" peut-il être mauvais ? Non, évidemment. La suite, forcément en deçà alterne les ambiances caverneuses ou plus paisibles. Le chanteur peaufine sa musique qui n'a jamais été aussi efficace. La preuve, les morceaux de "Tender Prey" sont de ceux qu'il rejoue le plus souvent aujourd'hui encore en live. 

8. The House of Love - The House of Love 
Là encore, la première chanson, "Christine", fulgurant classique éclipse quelque peu la suite. Ce premier album de la maison de l'amour, même s'il est sans doute de qualité moindre que le suivant garde le charme maladroit des premiers rendez-vous. 



7. Morrissey - Viva Hate 
Cette fois-ci, ce sont deux morceaux, les parfaits "Everyday is like Sunday" et "Suedehead" qui nous font dire que sans ses anciens acolytes, le Mozz ne perd rien de sa superbe. Il faut dire qu'en troquant la guitare de Johnny Marr par celle de Vini Reilly de The Durutti Column, il reste toujours aussi bien accompagné. Manchester forever.


6. My Bloody Valentine - Isn't Anything 
Bien sûr, le son de ce premier disque de My Bloody Valentine n'est pas si travaillé que sur "Loveless". Kevin Shields, masochiste de studio, prouve pourtant déjà sa pathologie. "Isn't Anything" a un son qui ne ressemble qu'à lui, un peu comme ces reclus qui vivent dans un désordre dans lequel eux seuls peuvent se repérer. Mais, nous, pauvres êtres ordinaires, ne demandons qu'à nous y perdre. 

5. The Feelies - Only Life 
Vous trouvez les guitares de REM pas assez dynamiques ? Les Feelies sont peut-être le groupe qu'il vous faut. Après l'indispensable "The Good Earth" produit par Peter Buck, guitariste de REM - tiens, tiens, "Only Life" revient aux sons des débuts, c'est-à-dire les fameuses guitares épileptiques. On retrouve aussi une reprise du Velvet, "What Goes On". Pas vraiment une surprise, les Feelies en sont les dignes descendants mais dans une version plus campagnarde. Comme quoi, Hoboken, ce n'est déjà plus New-York.

4. Pixies - Surfer Rosa 
Voilà, quatrième disque sur quatre classé dans mon top 10 albums de fin d'année pour les Pixies, la boucle est bouclée. Et c'est celui qui m'attire le moins. Parce qu'il n'y a pas encore la dynamique des suivants. C'est leur disque le plus brouillon et bourrin. Mais je pinaille car rien que pour des chansons éternelles comme "Gigantic", "Where Is my mind ?" et bien d'autres, "Surfer Rosa" et sa légendaire pochette mérite largement sa place ici. 

3. James - Stripmine 
Je n'ai jamais compris pourquoi tout le monde considère les meilleurs albums de James comme ceux parus au début des années. "Stutter" et "Stripmine" sont les seuls que j'arrive encore à écouter. Un signe, non ? 



2. Sonic Youth - Daydream Nation 
"Daydream Nation" est un disque monstre, labyrinthique, aux morceaux rock exigeants. Une version longue de leur précédent "Sister" plus pop et mélodique. Tout l'univers du groupe est là, brillamment résumé. Dans un monde parfait, il aurait décroché la timballe en lieu et place de "Nevermind". "Teenage Riot" est quand même bien supérieur au "Smells Like Teen Spirits", non ? 

1. The Go-Betweens - 16 Lovers Lane 
Voilà un des plus grands chefs d'oeuvre de l'histoire de la pop. Au même titre que ceux des années 60 ou presque. Les délicats Australiens achevaient leur première carrière - ils se reformeront plus d'une décennie plus tard - de la plus belle des manières qui soit. Grant McLennan, l'un des deux songwriters nous a quitté il y a quelques années et c'est toute une vision romantique de la pop qui est devenue orpheline. The Go-Betweens ou entremetteurs portaient si bien leur nom...

16 commentaires:

  1. Très joli top, il y a pour moi des trucs à découvrir, encore et toujours.
    Le seul de James que je connaisse est "Laid", acheté plutôt récemment, donc j'arrive à l'écouter, et plutôt bien. Même si le qualificatif de too much serait mérité, la musique reste excellente.

    Et le Surfer Rosa a son charme, de par son côté brouillon et brut justement, on entend différents directions dans lesquelles les Pixies auraient pu partir, c'est intéressant.

    Très joli boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, eh, merci pour ces gentils encouragements ! Content que ça plaise ;-)

      Supprimer
  2. Belle sélection... Bons choix !
    J'aurais plus ou moins fait les mêmes choix pour la musique anglo-saxonne, mais pas dans le même ordre. Tiercé de tête pour moi: 1- Surfer Rosa 2- Only life 3- Daydream Nation.
    Amicalement !

    RépondreSupprimer
  3. Tout a fait d'accord avec Alexandre G, Laid est pour moi le meilleur album de James, même si j'aime beaucoup Strip-mine et Stutter. Gold Mother et Seven (je ne comprends pas que cet album soit tellement décrié) sont également des albums que j'écoute avec plaisir aujourd'hui. Enfin bref, je suis un inconditionnel de Tim Booth et sa bande :) Très belle selection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je persiste et signe "Stutter" et "Stripmine" sont pour moi de TRES loin ce que James a fait de mieux. Après, c'est quand même un peu de la soupe...

      Supprimer
  4. Je pense me faire une descente (une montée plutôt?) dans ce grenier 80's, années où j'ai laissé tombé la musique quand il fallait aller la chercher. Je me rattrape depuis, mais n'empêche que pour boucher les trous, rien ne vaut une bonne passion.
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, de rien. J'espère que la descente est effectivement bonne.

      Supprimer
  5. ... et je me suis permis d'ajouter un de tes liens à mon blog, pour te remercier d'avoir déclencher le "North Star" de Frame
    http://gaitapis.blogspot.fr/2014/04/roddy-frame-north-star-morrissey.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Avec le meilleur disque de Morrissey en prime !

      Supprimer
  6. Avec le nombre de reprises qu'on entend encore, la musique à papa à de belles heures devant-elle. Même si je préfère toujours les originaux ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Ah ouaih, j'aurai pas cru ce cru si interressant..moi qui glisse sur cette décennie, y'a plein de trucs que j'ai fini par avoir et qui me plaisent, comme quoi..l'aura fallu attendre un paquet d'années.
    La naissance Sonic, Morrissey, Cave, Go Betweens.. génial ces bilans Vince.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, c'était très bien les années 80 ! Et c'est pas fini, hein ?

      Supprimer
  8. Encore une fois, bravo pour ces top albums. C'est d'autant plus intéressant qu'avec les années de recul, on voit les disques qui se sont bonifiés, ont passé "l'épreuve du temps" !
    Parmi ta sélecta, pas mal de trucs en commun ;
    "16 Lovers Lane" = Tu as raison, Chef d'oeuvre Indie Pop !!!
    "Daydream Nation" + "Surfer Rosa" + "Isn't Anything" + "Blue Bell Knoll" = des Monuments de l'Indie rock à guitare !!!
    "Only Life" est MON best of The Feelies, un bijou !!!
    "Tender Prey" = Le meilleur de Nick Cave et ses Bad Seeds ???
    "Stripmine" = Ce James là, je ne l'ai pas mais j'adore "Stutter" (comme toi).

    A +

    RépondreSupprimer
  9. Horreur, il manque le meilleur album de 1988 de tous les temps :
    The Church - "Starfish"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mais si j'avais fait un top 20, il aurait été à coup sûr dedans.

      Supprimer
  10. 1988 a été pour moi une bien meilleure année musicale que 1987. Je trouve que cette sélection le montre clairement.
    Je n'ai le Feelies qu'en K7 et je le recherche depuis longtemps, car, avec le temps, je crois que c'est mon préféré.
    Le James a un peu vieilli, il est au fnal assez inégal avec une bonne moitié de chansons grandiose, mais le son est un peu riquiqui. J'ai une K7 de leur concert que Lenoir avait diffusé lors du festval des inrocks. Et là, ils sont 100 fois meilleurs. J'adore cette K7 et je la réecoute souvent. Et même les commentaires de Laurence Boccini qui accompagnait alors Lenoir...

    Pour le Church, je crois que ce groupe mérite vraiment d'être rédcouvert (moi je les avais laissé tomber deux albums après Starfish). Or ce qu'ils avaient fait avant est encore meilleur! Et ils sont toujours en activité; Le groupe que j'écoute le plus depuis 3 ou 4 ans. Pour moi, c'est typiquement le groupe qui n'a pas pondu d'immenses chef d'oeuvre mais dont l'oeuvre regorge de chansons grandioses.
    Je compte bien essayer de les réhabiliter un jour chez Jimmy...

    Il t a comme ça deux ou trois groupes de cette époque qui ont ce probléme: The Church, Husker Du, That Petrol Emotion, le Jazz Butcher, Killing Joke... Ce sont tous des groupes pour lesquels j'ai envie de me battre pour qu'on les reconsidère à leur vraie valeur, en regardant non pas leurs albums mais leurs chansons. Une compilation de leurs meilleurs morceaux montreraient combien leur oeuvre a été riche.

    RépondreSupprimer