28 juillet 2014

Top albums 1984


On m'a reproché récemment de faire des tops presque exclusivement anglais, oubliant au passage quantité de bons groupes américains. Cette année 1984 ne fait pas exception à cette règle, puisque mise à part R.E.M. et Manset pour le quota hexagonal, les britons raflent tout. C'est une question de sensibilité sans doute. Je me sens souvent plus proche de nos voisins d'outre Manche. Question de distance. Et puis question d'époques. Car ce match Angleterre - Etats-Unis, si déséquilibré fut-il pour moi dans les années 80, est beaucoup plus serré aujourd'hui par exemple. La mondialisation ? Peut-être. J'avoue ne m'être jamais posé de questions dans ces termes, préférant me laisser guider par mes goûts et mes envies. Et en 1984, ce qui me plaisait par dessus tout, c'était Echo and the Bunnymen. 

10- Lloyd Cole & The Commotions - Rattlesnakes
Ce disque , le premier du chanteur, a connu un très large succès, emmené par les tubes "Perfect Skin" et surtout "Forest Fire" qui passe encore en radio aujourd'hui. Lloyd Cole y disait son amour pour Lou Reed et l'Amérique - tiens, tiens - en lui affublant des atours très britanniques - quand même. Il ne parviendra jamais à rééditer un telle réussite. 

9- Julian Cope - Fried 
Julian Cope, ancien chanteur de The Teardrop Explodes, se lance dans une carrière solo (qui dure encore depuis). On ressent dans sa musique l'influence d'un Syd Barett ou plus encore d'un Kevin Ayers, avec qui il partage aussi cette vie d'ermite, loin du monde moderne. La pochette ironique de "Fried" est bien à l'image du bonhomme. Intégrité exemplaire.


8- Felt - The Strange Idols Pattern And Other Short Stories
Je ne suis pas le fan absolu de Lawrence Hayward et si je préfère même son groupe suivant Denim à Felt, ce disque comme "Ignite The Seven Cannons" restent parmi les plus beaux modèles de pop romantique et inspirée de leur époque.



7- Pale Fountains - Pacific Street 
Peut-être pas aussi constant que leur suivant, "Pacific Street" n'en demeure pas moins plus que recommandable. Le début comme la fin recensent parmi les meilleures chansons pop de la décennie. Inusable.



6- R.E.M. - Reckoning 
C'était quand même bien R.E.M. à l'époque ! Écoutez donc l'intro de "Harborcoat", ces guitares, cette rythmique... "Reckoning" poursuit le sillon emprunté par l'excellent "Murmur", en juste un peu moins fort. Après, viendra le vrai succès et un autre R.E.M. dont la musique toujours fréquentable perdra cette fraîcheur initiale.

5- Manset - Lumières 
Le meilleur Manset. Le plus accessible. Malgré la production très eighties et les petites batteries synthétiques. Six chansons seulement mais pas une en-dessous. Des paroles qui touchent. "Un jour, être pauvre" : comme un résumé de la démarche du chanteur.


4- Television Personalities - The Painted Word
Attention, grand disque bancal et introspectif d'un groupe dont le culte ne cesse de grandir, des Pastels à MGMT (qui ont même écrit une chanson pour leur chanteur). "The Painted Word", c'est le mariage entre le "Venus in Furs" du premier Velvet et le psychédélisme d'un Syd Barrett, transposé dans le Londres des années 80. Une claque !

3- Cocteau Twins - Treasure
Le chef d'oeuvre du groupe écossais : tout y est parfait ou presque. Un disque pour léviter, en apesanteur, au rythme de la voix de Fraser et de la musique scintillante, tourbillonnante, enveloppante. La dream pop, c'est Cocteau Twins. Et pis c'est tout.


J'étais trop jeune pour avoir vécu la naissance des Smiths de l'intérieur. Je n'ai découvert le groupe que bien plus tard, après sa dissolution. J'imagine l'effet produit par la première écoute de "This Charming Man" en 1983 - le single est sorti l'année précédente. La voix de Morrissey, la guitare de Marr, tout est déjà là. Une nouvelle page de l'histoire du rock s'ouvre... Mémorable.

"The Killing Moon" est l'une des plus belles chansons des années 80. Et plus si affinités. Ian McCulloch et sa formation réussissent aussi avec "Ocean Rain" à trouver leur style, lâchant définitivement le post punk dont on les rapprochait à leur début. C'est l'apogée de leur carrière. Gil Norton, formidable producteur que l'on retrouvera peu de temps après aux commandes du non moins indispensable "Stutter" de James puis ensuite des Pixies, transcende le groupe qui y peaufine sa musique tout en gardant son originalité. Originalité qui a permis au disque de traverser admirablement les années.

6 commentaires:

  1. Belle liste comme d'hab.
    Mon "Lumières" à moi ne contient que 6 titres mais je suis preneur d'un 7ème car ils sont effectivement tous splendides...
    Tv personalities, je suis un fan absolu même si le niveau a baissé suite à cet album
    Sinon, dommage que tu n'aimes pas Husker Du car Zen Arcade aurait mérité sa place ici. C'est le "double blanc" de l'indie rock !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 6 titres oui évidemment pour Manset. J'aime bien glisser quelques erreurs pour voir si des gens me lisent ;) Non, c'est même pas vrai.
      Husker Du, je ne sais pas, c'est la voix, j'ai du mal. Sinon, je reconnais qu'il y a des très bons titres.

      Supprimer
  2. J'ai jeté un coup d’œil sur cette année et ta sélection est excellente. J'aurais sans doute mis Purple Rain de Prince (mais on s'éloigne de la culture indie) et un très beau disque d'un groupe qu'on a un peu trop vite catalogué comme ennuyeux (et qui, ici, ne l'est pas), le Café Bleu du Style Council. Quant à The Top des Cure, oui, il est quand même bien un cran en dessous de ceux-là. Et Husker Du, Zen Arcade, c'est quand même l'une des cathédrale de la musique indie des années 80, faudra un jour te forcer! :)
    Mais j’aime beaucoup ta sélection. les Pale Fountains méritent d'être redécouvert (surtout que l'après Pale Fountains contient aussi des choses magnifiques). Le Lloyd Cole vieillit très bien et a toujours eu un petit parfum de classique.

    TV Personalities, je ne connais pas cet album qui, a priori, est effectivement très plébiscité. ça me donne envie de m'y plonger.
    Par contre, pour les Smiths, même si ce n'est pas un vrai album mais une compilation, je préfère de loin Hatful of Hollow, sur lequel on retrouve quasiement toutes les meilleures de leurs premier album éponyme mais mieux produits, et surtout on évite ses deux titres insupportables..


    Pour ton top de 1985, en cherchant, j'aurais pour ma part mis Hounds of Love de Kate BUSH et surtout Steve McQueen de Prefab Sprout. J'ai été très surprise que tu ne l'aies pas mis quand je me suis rappelé de sa date de parution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime pas trop ce Kate Bush, même s'il est souvent considéré comme son meilleur. J'adore "Cloudbusting" et quelques autres titres, mais je trouve qu'il sonne un peu "variété".
      Les Prefab Sprout, je ne suis pas client non plus. Pour les mêmes raisons que le Kate Bush. Pourtant, ce groupe devrait effectivement me plaire.
      Sinon, c'est quoi les deux titres que tu trouves insupportables sur le premier disque des Smiths ?

      Supprimer
  3. Comme d'habitude, une bien belle sélecta :
    "The Killing Moon", "Treasure", "Pacific Street", "The Strange Idols Pattern And Other Short Stories" et "The Painted Word", 5 sommets Indie/Pop.
    Le Manset et le R.E.M, 2 disques que je n'ai pas écouté mais j'en ai lu que du bon.
    Julian Cope et Lloyd Cole, je connais très peu.
    A +

    RépondreSupprimer
  4. Manque tout de même le "Eden" d'Everything but the girl...

    RépondreSupprimer