Accéder au contenu principal

Watoo Watoo - Une si longue attente

Ces deux-là, je n'y serai jamais venu s'ils ne m'avaient pas demandé comme "ami" sur Facebook. Les réseaux sociaux peuvent paraître de prime abord assez vains humainement parlant, toute cette franche camaraderie entre gens qui ne se côtoient que virtuellement. C'est la puissance de la communication qui, qu'on le veuille ou non, finit par régir nos vies. Au boulot, dans le privé, il n'a jamais été aussi important de bien communiquer. Pour ne pas être seul. Pour avoir plein d'amis sur Facebook. Mais bref, Watoo Watoo, c'est un couple, ça pourrait être maman et moi. Même si maman n'aime pas trop Holden et que s'il fallait trouver une filiation à cette musique-là, c'est le premier nom qui me viendrait à l'esprit. Watoo Watoo, c'est un groupe qui a joué en première partie de Glenn Mercer des Feelies (la classe, quand même). C'est aussi l'une des rares formations françaises à l'affiche de l'excellent festival anglais Indietracks, sans doute le meilleur festival indie pop au monde (voyez donc l'affiche 2014).
Watoo Watoo, c'est un mélange de bossa nova et de Young Marble Giants dont ils reprennent ici "Searching For Mr. Right". Ce sont des gens avec qui on se sent beaucoup d'affinités. Bref, c'est un groupe qu'on est fier d'avoir pour "ami".

"Un lundi comme un autre" :
 

Commentaires

  1. C'est géniale ! Je pense que personne ne m'en tiendra rigueur si j'avoue ne pas connaître du tout ce groupe.
    un album qui parait ludique, presque chétif, avec ses cours morceaux, des enregistrements très loin des grosses prod' ( j'adore les enregistrements comme ceux ci, très "naturel", où l'on ressent l’acoustique de la pièce où les instruments ont été enregistré, où le son n'est pas ultra dopé : où le son vit en soi ! J'ai vraiment l'impression d'être dans le studio à côté des musicien ), avec une sobriété dans l'instrumentation comme vocal.
    La pochette est très jolie d'ailleurs.
    C'est marrant je trouve qu'il y a un côté chanson française new wave avec sa façon de chanter nonchalante et les lignes de basse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci!
    Je confirme qu'Indietracks, c'était vraiment excellent. De bons groupes, une ambiance très conviviale & un superbe soleil (si si!).
    C'est vrai qu'il y a peu de groupes français, Wendy Darlings cette année en dehors de nous, Pale Spectres l'année dernière...

    Merci aussi à Etienne, à qui je n'en veux pas de ne pas nous connaitre, sinon j'en aurais à la terre entière :). & oui, je suis assez d'accord avec vos analyses à tout deux :)

    (c'est marrant, c'est la 1ère fois qu'on mentonne Holden plutôt que Stereolab!).

    RépondreSupprimer
  3. Indietracks, le problème, c'est que ce n'est pas très accessible...
    Parce que Dean Wareham et Gruff Rhys le même soir !!!
    Sinon, la ressemblance avec Holden est pourtant évidente, non ?

    RépondreSupprimer
  4. En venant de chez Chris je passe remercier pour cette belle référence. Je partageais son avis pour la ressemblance avec Stereolab. Holden, oui, mais c'est en te lisant que l'idée me vient.
    Un commentaire un peu tardif (et je suis toujours à l'affut de la suite de Boo Radley, je compte sur toi, si tu sais repérer ce commentaire)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…