Accéder au contenu principal

The Boo Radleys - Find The Answer Within (1995)

Je l'ai déjà dit : impossible pour moi de mentionner les Boo Radleys sans Bernard Lenoir, ses black sessions et sa collaboratrice de l'époque, Hilda, qui était en charge de promouvoir la brit-pop chez nous et qui se maria d'ailleurs avec Martin Carr, le songwriter des Boo Radleys. Hilda, c'était la communication d'avant internet qui passait donc par d'autres médias comme la radio, principal vecteur à l'époque du rock indépendant avec la presse écrite. Elle avait aussi de l'influence quant aux choix de la programmation de la Route du Rock. Mais tout ce petit beau monde est disparu à peu près en même temps. Hilda et les Boo Radleys, j'entends, car Lenoir perdura encore quelques années. Le temps pour moi, ayant déménagé à Paris, d'assister enfin à ses fameuses black sessions. Le mois prochain sortira un nouvel album de Martin Carr. J'ai écouté distraitement la première chanson extraite, déjà disponible sur le net, et ma foi, je fus agréablement surpris. Le style n'est pas sans rappeler les Flaming Lips de la grande période de "The Soft Bulletin". Après avoir failli connaître le succès grand public avec "Wake Up!" en 1995, la musique de Carr serait en passe de devenir à l'instar du personnage de roman auquel son ancienne formation a emprunté son nom. En marge, dans l'ombre, quelque chose qui veut juste notre bien. Et si c'était ça "the answer within" ?


I was sitting with the band
A drink in each hand
There wasn't much to say

He asked me for my name
Said he was glad he came
He wished that he could stay

I said the only thing
I've got more of is time
This isn't what you think
And it's not what I thought it would be

You've got a lonely face
Do you want my place?
Where there are all the answers

Do you wanna join the race?
Can you keep the pace?
Or stay and take your chances

I was sleeping on my couch
I was really out
I didn't hear you leave

They asked me for some words
To clear up all their hurts
They wished that they weren't them The world is at your feet
Try and make something happen

Commentaires

  1. Merci pour cette piqûre de rappel. Ce que j'aime ce groupe. Une grosse tendresse pour King Size pour son côté solaire (Réécoute le morceau titre et après 1mn45 si c'est pas du bonheur en partition!!) et Giant Step car mon premier.
    Grâce à ton papier je vais faire un noeud à mon mouchoir et suivre un peu le monsieur.

    RépondreSupprimer
  2. Les Boo Radleys, Hilda et Bernard Lenoir : que de bons souvenirs !!! Quelques albums fantastiques (Giant Steps, Wake Up ...) et de nombreux EP gavés d'inédits de qualités. Les Boo Radleys auraient pu devenir énorme, mais l'histoire de la musique n'est pas si simple. Merci pour l'info de la sortie d'un nouvel album de Martin Carr, je vais surveiller tout ça.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…