4 septembre 2014

La Souterraine : Pain Noir, Chevalrex et Baptiste W. Hamon

Une fois n'est pas coutume, il sera question aujourd'hui de compilations - avec un "s" de surcroît. 3x10 chansons de langue française ont déjà été habilement compilé par Laurent Bajon et Benjamin Caschera, animateurs de Planet Claire sur Aligre FM, depuis le début de l'année. Elles sont écoutables et téléchargeables gratuitement - ou plutôt ce qu'on appelle communément sur le net en "name your price". Tout ça pour vous dire que lisant ça, vous n'avez plus aucune excuse de ne pas aller y faire un tour et partager avec le plus grand nombre la bonne nouvelle. Oui, il existe une pop en français en dehors des chemins balisés par les médias traditionnels. Bon, je ne partage pas un même enthousiasme pour tous les artistes sélectionnés mais quelques uns méritent vraiment plus d'attention. Ce sont soit des nouveaux venus, soit des habitués de l'ombre. A l'exception peut être de Arlt qui loin d'avoir une reconnaissance méritée est au moins connu des habitués de ce blog. Je profite donc de ces compilations "souterraines" pour vous parler de noms qui, j'espère, sortiront très prochainement du bois. On commence avec Pain Noir, anciennement Saint Augustine, prof auvergnat qui a décidé d'abandonner l'anglais et de chanter enfin dans sa langue natale. Bien lui en a pris, car les trois titres déjà disponibles sur le net annoncent un album magnifique. Vous pouvez d'ailleurs contribuer à son financement sur Microcultures toujours à l'affût lorsqu'il s'agit d'aider des gens honteusement sur la paille. "L'arme", morceau présent sur la compilation de La Souterraine est un de ces titres qu'on pensait ne jamais entendre en français, sorte de Bertrand Belin en moins sec. Chevalrex dont le formidable premier disque "Catapulte" sorti fin 2013 - et aussi gratuit- est la nouvelle formation de Rémy Chante, chanteur coutumier de l'ombre depuis ses débuts il y a plus de dix ans. On y entend l'influence d'une certaine "Fossette", qui prouve si besoin que le minimalisme est une denrée qui ne périme pas. Baptiste W. Hamon, rien à voir avec l'ancien ministre de l'Education Nationale, se fout aussi des modes."Les Bords de l'Yonne" aurait pu être écrite et chantée il y a soixante ans. On parie déjà qu'elle sera encore d'actualité en 2074. Et si c'était ça, la vraie "fronde", ce refus de l'immédiateté et du conformisme, se contenter de peu mais en tirer le meilleur ?
"Le désert commence là", ce n'est pas la chanson retenue dans la compilation de la Souterraine, mais quel titre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire