24 septembre 2014

Top albums 1983

Vous les attendez tous (si, si, avouez-le), voici le retour de mes tops annuels, classements méthodiques de mes 10 disques préférés année par année. Je sais ce que cela peut révéler de pathologique d'aimer classer ainsi des disques par leur millésime. En plus, les goûts changent et qui sait si demain mes goûts personnels n'auront pas évolué. Mais peu importe, voici déjà l'année 1983 avec une fois de plus, quelques albums qui comptent. Il y eut surtout la naissance d'une formation majeure de ces dernières décennies, REM, et leur premier "Murmur" d'anthologie. New Order qui, avec leur cultissime "Blue Monday" s'émancipe définitivement de feu Joy Division. Autres révélations, celle des Violent Femmes et leur folk-punk de bouseux qui en inspirera plus d'un. Les Chameleons auront au moins autant d'influences, peut-être moins revendiquées, mais réécoutez donc leur excellent "Script Of The Bridge" et vous comprendrez qu'un groupe comme Interpol par exemple leur a tout piqué ou presque. Pulp commence alors une carrière dans le plus profond anonymat, avec les moyens du bord mais un charme indéniable. Jarvis Cocker est le seul des membres déjà présent de la formation qui connaîtra le succès dix and plus tard. Les Ecossais de Aztec Camera sortis sur l'excellent label Postcard Records promettent le meilleur. Le meilleur, c'est déjà ce "High Land, Hard Rain" et c'est bien suffisant. Les plus expérimentés Stranglers s'octroient une pause salutaire dans leur discographie pour sortir un disque qui, d'abord considéré comme mineur, n'en demeure pas moins au final comme un de leurs plus aboutis. Les Australiens de The Church sortent leur troisième disque et resteront l'un des groupes les plus constants en qualité de la décennie. "Seance" est peut-être celui que je préfère. On a beaucoup glosé sur le coup marketing de U2 lors du lancement mondial de l'Iphone 6. Mais, il y a 30 ans, la bande à Bono faisait d'abord parler pour sa musique. Qui n'a jamais dansé de bon coeur sur "New Year's Day" ou "Sunday Bloody Sunday" ? Enfin, The Gist ou la sortie sur la pointe des pieds de Stuart Moxham après ses précieux Young Marble Giants. Le talent est pourtant toujours bien là.

10- The Gist - Embrace The Herd
Stuart Moxham est un être à part. Non content d'avoir inventé un nouveau son avec ses Young Marble Giants lors d'un "Colossal Youth" impérissable, il décide juste après de saboter la navire avec The Gist, pour une fois de plus un unique album. Moxham n'aime décidément pas la routine. Nouveau disque inclassable, toujours aussi minimaliste mais plus varié avec quelques magnifiques fulgurances, notamment "Love At First Sight", la version originale de "Paris, Le Flore" de Daho, admirateur de la première heure.

9- U2 - War
Ceux-là, je crois que beaucoup de ceux qui viennent ici m'en tiendront rigueur de les avoir sélectionné. A cause de ce qu'ils sont devenus. Des amis de Christian Estrosi, l'insupportable maire de Nice entre autres. En 1983, Bono parlait déjà naïvement de politique. Mais à l'époque, on y croyait, parce que lui y croyait. Et puis, le groupe savait encore trousser de vrais hymnes pour stade. La musique était encore l'essentiel.

8- The Church - Seance 
Ce n'est sans doute pas le meilleur album de ce groupe australien et les fans m'en voudront de ne mentionner que celui-ci dans les tops annuels. Alors pourquoi ? Tout d'abord, pour la pochette et puis parce que tous les disques de The Church sont bons ou presque.



7- The Stranglers - Feline 
Drôle d'album dans la carrière des virils Stranglers, "Feline" à l'image de son titre se fait plus langoureux tout en gardant quelques griffes. Le disque conserve aujourd'hui une étonnante homogénéité avec un son et un style qui n'appartiennent qu'à lui même. Bluffant.


6- Pulp - It
Je crois que j'aime toutes les périodes de Pulp ou presque. A part peut-être la toute fin avec le dispensable "We Love Life". Pourtant difficile à l'écoute de ce premier essai, le timide "It", de déceler le Pulp émancipé de "Different Class". Ce disque a le charme des premières fois hésitantes mais pleines de fraîcheur. Jarvis y avait même invité sa soeur qu'on peut entendre dans les choeurs.


5- Aztec Camera - High Land, Hard Rain
L'Ecosse ne votait pas encore pour son indépendance mais il y avait déjà des volontés d'autonomie dans l'air. L'excellent label Postcard Records enchaînait les sorties de formations qui allaient compter dans l'histoire de l'indie pop, comme Aztec Camera. Formation d'un seul grand disque malheureusement.


4- The Chameleons - Script of the Bridge 
Les Chameleons resteront comme l'un des meilleurs groupes de seconde division des années 80. Jamais cités en référence, il s'accorderont une seule fois la montée en première ligue avec ce toujours fringuant "Script of the Bridge".



3- Violent Femmes - Violent Femmes
La réponse de l'Amérique profonde au punk intello new-yorkais. Les Violent Femmes allait laisser ce magnifique recueil de chansons rêches et abrasives à la postérité, inspirant des groupes tout aussi importants à venir, de Husker Dü aux Pixies, sans parler des plus proches de nous et plus légers Louise Attaque.


2- REM - Murmur
Le premier et meilleur REM : le plus direct, le plus brut. Un folk-rock inspiré par la scène new-yorkaise de la fin des années 70. Influencé aussi par les Feelies qu'ils inspireront en retour sur "The Good Earth". Les débuts tonitruants d'une des formations américaines majeures de ces dernières décennies.


1- New Order - Power, Corruption & Lies
Là aussi, meilleur disque des duettistes Barney et Hook, qui n'en finissent plus de se chercher des noises, en éternels adolescents. La maturité, c'était Ian Curtis. New Order fut donc une réponse insouciante à Joy Division, plus physique que psychique. "Blue Monday" sur la version US de l'album marque la vraie naissance du son New Order qui allait laisser une empreinte indélébile dans l'histoire du rock.

7 commentaires:

  1. a fond avec "Murmu".. j'adore ce groupe, un des rescapé des 80's pour moi. "Green", un grand disk aussi, la transition avec l'apparition du ukulélé qui va cartonné avec "Out of time".
    Les rééditions des premiers REM sont vraiment top.

    Sinon, Pulp et Stranglers.. j'écoutais que ces 3 groupes là ;D

    RépondreSupprimer
  2. The CHAMELEONS, c'est les grands oubliés des 80's et pourtant, comme c'était bon à l'époque. Vu sur scène en Bretagne en 1986 à la sortie du troisième LP, grandissime ... Bon choix. Je me retrouve bien dans cette liste.

    RépondreSupprimer
  3. On n"en a peu en commun cette année là...
    Et Tom Waits Swordfishtrombones ?

    RépondreSupprimer
  4. J'accroche pas trop sur ce disque de Tom Waits, je préfère largement Rain Dogs.

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours un plaisir de lire tes tops albums.
    New Order, REM, Violent Femmes, Pulp : que de grands groupes ayant marqués la Rock Story, chacun à leur façon.
    Aztec Camera, Chameleons, The Stranglers, The Church : j'ai peu écouté (ou pas) ces artistes.
    Stuart Moxham & The Gist : je ne connais pas mais j'apprécie énormément Young Marble Giants, un groupe ayant porté au paroxysme l'esthétique du minimalisme, une musique ultra dépouillée aux arrangements rachitiques "rongés à l'os". D'ailleurs, des années + tard, Dominique A, The XX entre autres ont retenu la leçon. A DÉCOUVRIR DONC !!!

    Le cas U2 : OK, à ses débuts, U2 a produit des disques qui ont marqués, que j'ai écouté ado. Le problème, c'est leur évolution, tout ce que je n'aime pas dans le "Rock" : ultra médiatisation, "musique de stade", hymnes pompiers....un peu comme Coldplay, des années plus tard.

    Mes LP's 1983 préférés, en plus de ceux déjà cités :
    "Perverted By Language" - The Fall
    "Rust Red September" - Eyeless In Gaza
    "Fith" - Swans
    "Burning from the Inside" - Bauhaus
    "This Charming Man Ep" - The Smiths
    "Walking Everywhere" - Polyphonic Size
    "Another Setting" - The Durutti Column
    "The Sin Of Pride" - The Undertones

    A +

    RépondreSupprimer
  6. Pas de souci, trés bonne playlist, j'avais adoré le REM, et le Church, les Chameleons, j'en parle même pas, c'est l'album de l'année mais bon en 84 il y avait quand même Le king Elvis, Elvis Costello avec Punch the clock ... et ouais!

    RépondreSupprimer
  7. Une excellente sélection. Et je partage ton avis pour Seance qui, au bout du compte, est pour moi le meilleur (il n'y a qu'un seul mauvais morceau, et encore, il est plus un peu trop à part que mauvais). Les Church, à part la période post Starfish, je les connaissais pas trop. Et depuis 5 ou 6 ans, c'est le groupe que j'ai certainement le plus écouté en redécouvrant leurs premiers albums (ou leurs derniers qui conservent un excellent niveau quant on les compare à ceux des survivants de leur génération).

    Par contre, j'aurais bien voulu un jour écouter The Gist. J'ai également pas mal réevalué ces dernieres années les deux derniers Bauhaus.

    RépondreSupprimer