Accéder au contenu principal

XTC - Easter Theatre (1999)

Mais pourquoi je vous parle aujourd'hui de XTC alors qu'il n'y a pour ainsi dire aucune actualité les concernant ? Parce que j'ai le droit, c'est mon blog et pour une fois au diable l'actualité ! Ce groupe anglais ne s'est d'ailleurs jamais inscrit dans aucune mode et c'est ce qui en fait tout son prix. A part peut-être à leurs débuts le temps de leur seul succès notable, "Making Plans For Nigel". Débuts qui les a vus se rapprocher de groupes en vogue comme les Talking Heads avec lesquels ils partageaient le goût d'un rock ouvert aux quatre vents. Tout au long de leur carrière, XTC n'aura de cesse de se renouveler. Si d'aucuns pensent que leur meilleur période, une fois n'est pas coutume pour un groupe, correspond aux années 80, avec des albums tels "English Settlement" ou "Skylarking" où ils mêlaient les Beatles à une musique d'inspiration moyen-âgeuse, je garde une nette préférence pour "Apple Venus vol. 1" sorti en... 1999. Pour le son moins daté d'abord, mais surtout pour une chanson. Un de ces chansons qui justifient à elles seules qu'on monte un groupe pour faire de la musique. Parce que tout y est à sa place, tout y sonne incroyablement juste. Des miracles comme ça, ne courent pas les rues. Ça valait bien que je fasse une entorse à l'actualité. Surtout que je pars en vacances pour deux semaines... très, très loin. Je vous ai déjà préparé quelques petits billets de derrière les fagots pendant que je serai absent. Portez vous bien et à très bientôt.

Gold sun rolls around
Chocolate nipple brown
Tumble from your arms
Like the ground, your breasts swell

Land awake from sleep
Hares will kick and leap
Flowers climb erect
Smiling from the moist kiss of her rainbow mouth

Stage left
(Enter Easter and she's dressed in yellow yolk)
Stage right
(Now the son has died, the father can be born)
Stand up
(If we'd all breathe in and blow away the smoke)
New life
(We'd applaud a new life)

Odin mounts the tree
Bleeds for you and me
Splashing on the lamb
Gamboling with spring's step

Buds will laugh and burst
Racing to be first
Turning all the soil
As the promptress' fingers through her spinning script

Stage left
(Enter Easter and she's dressed in yellow yolk)
Stage right
(Now the son has died, the father can be born)
Stand up
(If we'd all breathe in and blow away the smoke)
New life
(We'd applaud a new life)

Easter in her bonnet
Easter in her hair
Easter are the ribbons
She tied everywhere

Stage left
(Enter Easter and she's dressed in yellow yolk)
Stage right
(Now the son has died, the father can be born)
Stand up
(If we'd all breathe in and blow away the smoke)
New life
(Hey)

Stage left
(Enter Easter and she's dressed in yellow yolk)
Stage right
(Now the son has died, the father can be born)
Stand up
(If we'd all breathe in and blow away the smoke)

In her bonnet
(Easter )
Everywhere

Easter
Easter
Easter
Easter

Commentaires

  1. Tu as tout à fait le droit, et c'est même tout en ton honneur.. XTC.. grave.. Je considère Andy Partridge comme un équivalent génial de la chanson de McCartney.. sa série de 8 vol "Fuzzy Warbles" est un témoignage de son cerveau bien bâti de la mélodie.
    En attendant..XTC. l'autre grand groupe pop d'une autre décennie made in England.

    RépondreSupprimer
  2. Et ol est parfois bon de rappeler à nous des artistes dont le seul but fut justement d'écrire les plus grandes chansons possibles, ce truc intemporel qui nous emporte avec lui comme si on ne l'avait pas écouté 100 fois...

    Non, tu as bien raison. Moi, je n'é oute de la musique que dans l'espoir de trouver de telle chanson.
    Apple Venus a effectivement une beauté à part, celle du maitre qui est condamné à se surpasser pour continuer d'exister pour ce qu'il est non ce qu'il a été. Rares sont effectivement les artistes à sortir un tel disque après une si longue carriére.

    Et ton blog m'a donné envie de réecouter cette chanson et d'autres XTC

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…