Accéder au contenu principal

Top albums 1982


On ne va pas se mentir : l'année 1982 ne fut pas une grande année musicale. Il m'en a fallu du temps pour réunir 10 disques qui tiennent la route et que j'aime réécouter. La lutte fut acharnée, j'en ai d'abord écarté pour ensuite les réintégrer. J'étais petit à l'époque, toutes ces formations, je ne les ai découvertes que récemment. Au final, je ne suis pas peu fier de ma sélection - bah, ouais, quoi ! Parce qu'on y retrouve que des outsiders, du rock indépendant d'arrière cour, anglais surtout, me reprocheront certains. Mais c'est un fait, la Manche est moins large que l'Atlantique et je me sens plus d'affinités avec nos amis britons. Exit aussi les "grands classiques" dont le "Pornography" des Cure. Ce sont quelques fois les petits groupes avec leur petite musique qui touchent le plus, par leur modestie comme les excellents Television Personalities ou par leur maniérisme bancal, comme les Associates par exemple. Ecoutez donc la playlist ci-dessous, vous m'en direz des nouvelles...

10- Psychic TV - Force The Hand of Chance
Après avoir initié la musique dite industrielle avec les Throbbing Gristle, Genesis P-Orridge passait à une musique plus accessible avec Psychic TV, en témoigne le sublime et délicat "Just Drifting (For Caresse)" en ouverture de ce deuxième disque. Le reste n'est bien sûr pas si limpide, mais c'est aussi ce qui fait son attrait. Depuis Orridge a fait plus parler de lui pour ses transformations physiques (il est devenu transsexuel) que pour sa musique... Dommage.

9- Theatre of Hate - Westworld
Des anglais prenaient à bras le corps le thème de la guerre froide avec une diatribe sur les présupposés avantages de notre "Westworld". Pour ce premier album, la musique originale pour l'époque, en partie dûe à la présence d'un saxophone, illustrait admirablement le propos... Malheureusement, ce théâtre de la haine n'avait pas beaucoup de carburant...

8- The Names - Swimming
On pense immédiatement aux Cure. Et puis, on se rend compte que c'est le génial producteur de feu Joy Division, Martin Hannett qui est aux manettes. Et que c'est le label Les Disques du Crépuscules, celui de Annik Honoré, la "maîtresse" de Ian Curtis qui a signé The Names. L'excellent premier essai de ce groupe belge - et, oui !- est ressorti depuis, agrémenté des singles, comme le parfait "Calcutta".

7- Solid Space - Space Museum
Voici l'obscure formation d'un seul disque mais quel disque ! "Space Museum" est peut-être le meilleur album de new-wave minimaliste - d'ailleurs, je ne suis pas le seul à l'avancer. Des miniatures pop aux mélodies enchanteresses, qui n'est pas sans rappeler, dans l'esprit, le "Colossal Youth" des Young Marble Giants.


6- The Dream Syndicate - Days Of Wine and Roses
Des américains continuaient malgré le succès du mouvement new-wave et l'avènement des synthétiseurs de vénérer les guitares abrasives du deuxième Velvet. Ce "Days of Wine and Roses" (surtout le magnifique morceau titre) est le plus bel hommage à la musique de Lou Reed paru dans les années 80. Anachronique et d'autant plus essentiel.


5- The Associates - Sulk
Bien sûr, c'est kitsch à souhait, mais il y a une telle énergie, une telle grandiloquence assumée que ça passe. Les Sparks n'ont qu'à bien se tenir. Les Associates naviguent dans les mêmes eaux, mais en plus fragile, sensible. Trop, peut-être, le chanteur Billy MacKenzie, faute de vraie reconnaissance, se donnera la mort quelques années plus tard. Des chansons comme "Party Fears Two" et "Country Club" auraient dû devenir des tubes.

4- Psychedelic Furs - Forever Now
Le meilleur disque des fourrures psychédéliques est celui produit par Todd Rundgren. Ce dernier a réussi à épaissir leur son, lui donner plus de consistance. La voix traînante de Richard Butler fait le reste donnant à l'ensemble des allures de classique.



3- The Monochrome Set - The Eligible Bachelors
Morrissey, plutôt avare de compliments, ne tarie pas d'éloge sur ce groupe. Ça doit être surtout pour ce disque. On y entend une inspiration évidente pour les Smiths. "The Eligible Bachelors" est précurseur de beaucoup de disques pop de cette décennie et des suivantes.


2- Orange Juice - You Can't Hide Your Love Forever
Alors qu'un documentaire vient de sortir sur les graves problèmes de santé qu'a connu son chanteur Edwyn Collins, l'homme de "A Girl Like You", qui ont failli lui coûter la vie, voici le tout début de sa carrière, celle de son groupe, au nom le plus modeste qui soit, Orange Juice. Et on mesure alors la carrière exemplaire d'un mec bien, même si ce disque reste sans doute son meilleur.

1- Television Personalities - Mummy your not watching me
"Maman, tu ne me regardes pas" : voilà un constat qui ne peut qu'interpeller. Les Television Personalities annoncent d'emblée la couleur : ce disque est à prendre au premier degré. Il vient d'un enfant perturbé, en manque d'amour, qui ne joue pas, qui ne joue plus. Plus que leur premier et leur troisième album pourtant habituellement considérés comme leurs meilleurs, ce deuxième est mon préféré. Celui qui me touche le plus. Quelque part entre Syd Barrett et Lou Reed. On a connu pire référence. 

Commentaires

  1. Beaucoup de choses à découvrir. Y a aussi le A Distant Shore de Tracey Thorn en 1982 que je recommande chaudement.

    RépondreSupprimer
  2. Ok, merci, c'est noté pour le Tracey Thorn. Peut-être que je suis passé un peu trop rapidement dessus.

    RépondreSupprimer
  3. 1ère fois que je vois les tv personalities en tête du moindre classement! ça doit leur faire chaud au cœur! Moi en tous cas ça me ravit.. Bravo pour votre clairvoyance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce classement est rempli d'outsiders comme les tv personalities. Mais c'est vrai que ces derniers sont sans doute les plus attachants.

      Supprimer
  4. Je ne connais que ton quinte de tête que j'ai d'ailleurs pour la plupart découvert sur le tard. Mais tu poses une excellente question: que retenir de cette année 82? Et tu as peut-être raison de dire que ce n'est peut-être pas dans les grands mais dans les outsiders qu'il faut chercher.


    Moi il y aurait certainement le EP de New Order (que j'appelais "factus 8" faute de vrai nom, avec Tempation, hurt, Mesh, Procession et Ererything's fone green, des morceaux magiques pour moi parce que justement écrits avant qu'ils ne trouvent leur formule magique). et Nebraska de Springsteen (l'album qu'il faut écouter surtout si on ne n'aime pas le boss). The Sky's Gone out de Bauhaus qui est à mon avis très sous-estimé alors qu'il n'a rien à voir avec l'image gothique qui leur colle à la peau. Et le A Kiss in a Dreamhouse de Siouxsie (d'un autre côté les deux qui précèdent sont excellents également). Ou Junkyard de Bithday Party. Peut-être aussi On by One de Minimal Compact... Dans l'ensemble c'est pas très gai tout ça...

    Pour Psychedelic Furs, il est fréquent de voir l'album précédent dans les classement, alors que je suis comme toi, c'est celui-là que je préfère, notamment pour la production de Rundgren. Et tu avais expliqué pourquoi tu écartais le XTC (et je crois que tu avais raison depuis que j'y ai pensé).
    Je ne connais pas ce Psychic TV. The Names, je crois que je connaissais un titre dans les années 86, très New Wave façon Simple Minds/Comsat Angels, à moins que je confonde...

    Mais ta sélection a de la classe, car tes choix sont sur des albums pas tous parfaits (comme ceux que j'évoque) mais, tu as vraiment raison, on se sent plus proche d'eux que les "gros".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Springsteen, comme tu t'en doutes, ce n'est pas mon truc, même "Nebraska". Bauhaus, je crois que je ne connais pas suffisamment. En fait, je n'ai pas encore réussi à trouver la porte d'entrée de leur musique. Même chose pour Birthday Party et Siouxsie, mise à part quelques singles. XTC, bah oui, comme je l'ai dit, je préfère "Apple Venus Vol.1" sorti en 1999. Merci pour ton commentaire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…