Accéder au contenu principal

Top albums 1981


Je le dis tout de go, 1981 est pour moi la moins bonne année de la décennie des eighties : pas de chefs d'oeuvres incontournables - encore que, le Durutti Column n'en est pas loin - et une réelle difficulté à rassembler 10 disques qui tiennent encore la route aujourd'hui. Pourtant, je pense que chacun pourra trouver son compte dans la liste ci-dessous.


10. Klaus Nomi - Klaus Nomi
Un chanteur lyrique allemand chipe les fringues de Bowie et orne ses arias de "froufrouteries" new-wave et kitsch. Dis comme ça on pourrait rester circonspect voire s'enfuir en courant. Mais c'est fait avec un tel aplomb et sans aucune retenue, que la curiosité finit par l'emporter. Toujours aussi unique en son genre.


9. Taxi Girl - Seppuku 
Daniel Darc, j'ai longtemps cru que c'était un vulgaire poseur, comme beaucoup de chanteurs de ces années-là. Alors qu'il était tout l'inverse de ça, la simplicité et la gentillesse même. A la lumière de ce constat et de sa triste disparition, la musique de Taxi Girl résonne de douloureux échos mélancoliques, bien plus matures qu'il n'y paraît.


8. The Cure - Faith
"Faith" est un peu considéré comme le parent pauvre de la fameuse trilogie des Cure, coincé entre les classiques "Seventeen Seconds" et "Pornography". Si vous venez régulièrement ici, vous savez déjà que je préfère largement le premier au dernier de la trilogie. "Faith" se situe entre les deux, entre la sobriété de "Seventeen Seconds" et les grosses basses de "Pornography". Il ne sait pas toujours où aller mais garde au final une parfaite cohérence. C'est ce qui s'appelle la foi, sans doute.

7. The Sound - From The Lion's Mouth
Groupe anglais injustement mésestimé dont le chanteur, Adrian Borland, aura une triste fin : suicide en passant sous un train. Déprimé par la perpétuelle indifférence générale ? Peut-être. "From The Lion's Mouth" est leur deuxième disque et conserve un son qui n'a pas vieilli - ou si peu. On pense évidemment à Joy Division, mais contrairement à beaucoup d'autres, The Sound n'a pas à rougir de la comparaison.

6. Wipers - Youth of America
Pour certains, les Wipers sont l'un des groupes plus sous estimés de l'histoire du rock. A l'écoute des 6 titres de ce "Youth of America", on entend déjà les vingt prochaines années du rock américain, grunge y compris. Tant pis si le chant est parfois lourdaud, avec de telles guitares, on pardonne tout. Un titre comme "When It's Over" est une pure merveille.

5. Orchestral Manoeuvre in the Dark - Architecture & Morality
Non, OMD, ce n'est pas seulement "Enola Gay" ou "Souvenir" - ceux qui ont vécu pendant les années 80 connaissent forcément ces deux tubes planétaires - c'est une pop synthétique plus large encore. La preuve avec ce "Architecture & Morality", probablement leur plus belle réussite et qui contient son lot de divines mélodies. "Joan Of Arc" par exemple.

4. This Heat - Deceit
Des anglais cintrés triturent la pop et le rock pour en faire une improbable mixture. On pense à Robert Wyatt, Bowie, Joy Division, la liste pourrait être longue, mais rien qui ne s'en rapproche totalement. "Deceit" reste toujours une énigme. Déchiffrer cette musique n'est sans doute pas à la portée de toutes les oreilles - de toute façon, encore faut-il le vouloir -, mais ceux qui s'y risquent ont des heures et des heures d'écoute passionnante devant eux.

3. Josef K - The Only Fun In Town
Je l'ai déjà dit, le label écossais Postcard Records a fait un bien fou à la pop d'alors, nous faisant découvrir des formations aussi importantes qu'elles sont restées méconnues, de Orange Juice à Aztec Camera en passant de Josef K. "The Only Fun In Town" est le seul vrai disque de ces derniers. En l'écoutant aujourd'hui, on se dit que c'est là que les Franz Ferdinand ont trouvé l'essentiel de l'inspiration de leur brillant premier album.

2. Television Personalities - ... And Don't The Kids Just Love It
J'ai un peu honte aujourd'hui mais je n'ai réellement découvert Television Personalities qu'en préparant ces classements. Depuis, ce groupe est devenu un de mes chouchous. Pour moi, une formation incontournable des années 80. Cet album est leur premier. Le meilleur ou pas, peu importe, j'aime chacun de leurs disques. Le Velvet qui rencontre Syd Barrett. L'humour et la modestie en plus. Que demander de plus ?

1. The Durutti Column - LC
Une musique qui ne ressemble à nulle autre. Une guitare planante, reconnaissable entre mille, celle de Vini Reily et ce disque, "LC", sans doute le meilleur de son groupe, The Durutti Column, qui continue de subjuguer plus de trente ans après. Même le sieur Brian Eno est jaloux de ce disque, c'est dire.

Commentaires

  1. Très bon top comme d'habitude
    Bravo pour The Sound, groupe qui est curieusement passé à la trappe dans l'histoire du rock.
    Pourtant, pour paraphraser un titre des TV Personalities "they could have been greater than U2,Simple minds et cie"
    En tout cas, From the lion's mouth est leur must
    rien à jeter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère encore le disque précédent de The Sound, "Jeopardy". Une claque.

      Supprimer
  2. Le premier album des stray cats est généralement considéré comme un chef d’œuvre incontournable mais ce n'est pas trop le genre de la maison.

    RépondreSupprimer
  3. L'album de Taxi Girl était exceptionnel, l'ouvrir au couteau était une excellente prémisse ( c'était la seule solution pour accéder au vinyle ) à cette musique sombre, sanglante et belle. On peut encore l'écouter aujourd'hui.
    Alain M.

    RépondreSupprimer
  4. Je vais en citer 4. Donc, Gun Club avec son Fire of Love, l' album parfait de l'ecorche vif Jeffrey Lee Pierce; desole celui la devrait etre dans cette liste. Dans la meme famille, en guilty pleasure, Psychedelic Jungle des Cramps, ca a berce mon adolescence. Plutot que Klaus Nomi, j'aurais cite les allemands de Kraftwerk qui annonce avec Computer World la deferlante electro des annees 90.
    Puis, pour rester en Allemagne, il y a aussi D.A.F. pour qui j'ai toujours eu un faible. Voila! Gwen epicier en galette vinylique chez Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gun Club, oui, il est pas loin derrière. Un peu trop "blues" pour moi. Les Cramps, j'accroche pas. "Computer World" n'est pas du tout mon préféré de Kraftwerk. Quant à D.A.F., connais pas. M'en vais aller écouter ça, donc.

      Supprimer
  5. Faut vraiment que je me reprocure les premiers TVP's.
    J'aime bien ta liste. Je ne connais pas tout, mais ce que j'en connais montre des albums très attachants et toujours excitant car ils créaient parfois un petit monde. Contente de voir This Heat, j'ai découvert ce groupe il y a 6 mois et l'album est fabuleux.
    Et mettre Vini Reilly en tête d'un classement, c'est la grande classe!
    Pour ma part, le Siouxsie fait vraiment partie de mes préférés.

    Je n'ai jamais pu écouter Joseph K à mon grand regret, pourtant le groupe a fait partie pendant des années d'une petite liste que je me faisais pour dénicher des trucs.

    Pour l'année 82, j'avais oublié Words from the Front de Tom Verlaine.

    Globalement, je pense qu'à cette époque, c'était toute la musique qui je recherchais à écouter en fait, celle qui me faisait rêver parce que je n'arrivais pas à trouver les disques facilement 4 ou 5 ans plus tard. Et je reprends beaucoup de plaisir à m'y replonger. Vraiment une sélection plein de charme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Siouxsie, jamais accroché plus que ça, à part quelques singles. Tom Verlaine, en solo, c'est quand même moins marquant qu'avec Television.
      Pour ce qui est de TVP, This Heat, The Durutti Column ou Josef K, je ne peux évidement qu'adhérer. C'est du tout bon !
      Et puis, merci pour les compliments :-)

      Supprimer
  6. Pour ma part, rien que pour le Youth of America 1981 mérite un cierge. Bon top !

    RépondreSupprimer
  7. Je connaissais que le premier (& très bon) de The Durutti Column, du coup je vais me jeter son successeur !
    Et oui, les Wipers, c'est vraiment très bon

    RépondreSupprimer
  8. A mon sens, le meilleur album new wave français de 1981 est plus à aller chercher du côté de Thiéfaine "dernières balises avant mutation" que de Taxi Girl (pourtant je suis fan de TG et de Daniel Darc).
    EricJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thiéfaine, désolé, mais j'accroche pas à son phrasé et ses textes.

      Supprimer
  9. Basement 5 "1965-1980", premier disque à mélanger les genres punk et reggae. Essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du conseil, mais le reggae, ce n'est pas trop mon truc.

      Supprimer
  10. Selon moi, deux disques auraient aussi largement pu intégrer ce classement : "Heaven up here" d'Echo and the Bunnymen et, surtout, le chef d'oeuvre de Japan, "Tin drum". J'aime aussi beaucoup le premier album de The Church.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part "Ocean Rain", je trouve les autres Echo and the Bunnymen assez boursouflés. Sinon, pour Japan, je ne sais pas pourquoi mais je reste assez indifférent à la musique de David Sylvian. Un jour, peut-être...

      Supprimer
  11. Salut , il y a pour moi aussi : The Stranglers " La Folie" , The Human League " Dare" , Squeeze " east side story" , Eno/Byrne "My Life in the Bush of Ghosts"
    Au Pairs " Playing with a Different Sex " , Soft Cell, Non-Stop Erotic Cabaret ,
    The Undertones, Positive Touch , Duran Duran " 1er lp éponyme "

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…