Accéder au contenu principal

Dominique A - Eléor

Voilà. Les choses sérieuses commencent. C'est pas pour dire mais je trouve que ce début d'année musicale ronronne. A moins que cela vienne de moi. Je n'y trouve pas mon compte ou si peu. Besoin de repères. Et qui de mieux que le grand A pour GPS ? Parce que je crois bien que c'est le seul. Le seul dont j'achète encore chaque nouveau disque les yeux ou plutôt les oreilles fermées. Encore que, cette fois-ci, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai douté. Les victoires de la musique, les compositions pour Calogero, la reconnaissance du grand public et puis sa musique plus ouverte, accessible, toussa, toussa. J'étais prêt à lui tomber dessus au cas où. Bah ouais, on a beau être fidèle, ce n'est pas une raison pour tout laisser passer. Le premier titre "Eléor" était plutôt bon mais "Au revoir mon amour" m'avait laissé plus circonspect. Bien, bien, mais sans surprise. Dominique A devient prévisible. "Vers les lueurs", je l'ai beaucoup aimé mais il faut avouer que ce n'est pas son meilleur album. "Rendez-nous la lumière", c'était quand même facile comme morceau. Fini le temps de "La Fossette", "La Mémoire Neuve" ou "Remué", de ces albums différents. Avec leurs défauts. Mais différents. Maintenant, le chanteur n'est plus dans la marge, il est au coeur du combat, avec les autres. Il faut s'en accommoder. La maturité sans doute. Il veut se mesurer à l'affluence. Ne plus être premier dans sa catégorie par manque de concurrence. Et force est d'avouer qu'il s'en sort bien. Très bien, même. 
"Eléor" est un recueil de chansons presque pop, mélodiques, d'une durée dépassant rarement les 4 minutes. Il y a une volonté de concision, d'aller à l'essentiel. A quelques exceptions près (le milieu du disque), c'est très réussi. Et puis ce qui le distinguera toujours du commun de la chanson française, c'est cette qualité des arrangements, cette retenue salutaire dans l'orchestration. Tout est pesé, pensé, même si on aimerait que par moments, ça pète, ça s'envole, on sait qu'il a raison, c'est cette sobriété là qui rend sa musique aussi précieuse. Ce sont ces petits détails qui font qu'on ne s'en lasse pas. Et voilà. Mine de rien, il a encore gagné.

Clip de "Au revoir mon amour" :

Clip de "Eléor" :

Concert à emporter :

Concert à l'Auditorium de la Maison de la Radio le 15/03/2015

Commentaires

  1. Complètement d'accord avec ton billet. DomA, c'est de la haute fidélité, il suffit de se positionner vers sa hauteur pour lire et gérer tout ce qu'il y a autour. Je reste toujours sur ce malier, avec un autre d'aujourd'hui..Murat (dont Dominique a signé la préface du bouquin de Bataille). C'est tellement beau de là que tout plane comme un centre de gravité.

    RépondreSupprimer
  2. oups.. "Palier".
    Beau billet papa Vince

    RépondreSupprimer
  3. Je peux pas m'empêcher de revenir.. tu parles de "milieudu disque".. perso, je trouve "Celle qui ne me quittera jamais" et "Passer nous voir" assez "ampoulé", en dessous de toutes les autres. Et j'écoute "La douceur" sur le cd bonus et je suis par terre.. une pièce qui devrait figurer sur "Eléor".
    Ceci dit, je suis très accroc, je suis totalement habité depuis qq jours. Et "Au revoir mon amour" est du même acabit que "La nuit je mens". C'est pas venu tout de suite, mais c'est de plus en plus évident.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà surtout "Celle qui ne me quittera jamais", je n'accroche pas. "La douceur" est effectivement magnifique. Quant à "Au revoir mon amour" oui, mais quand même pas au niveau de "La nuit je mens", hein ;-)
      Excellent disque, as usual.

      Supprimer
  4. Pas convaincu par les cordes. A vouloir faire trop beau, ça sonne lisse. Je préfère effectivement la simplicité de "La douceur" qui est pour moi le morceau que je préfère réécouter. Ca ma rappelle un peu la période de "La mémoire neuve" qui est quand même celle que je préfère.
    Eric J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, mon album préféré reste "La mémoire neuve". Même si, comme je l'ai dit, je n'aime pas tout dans ce nouveau disque, Dominique A arrive encore à m'emballer sur pas mal de titres. Les cordes ne me gênent pas. Je trouve justement qu'il arrive à en faire quelque chose de pas lisse. On est encore loin d'un Calogero par exemple...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero (+ Good Morning TV) - Paris, Point Ephémère - le 26 février 2018

Deuxième jour sans enfants. Deuxième concert. Un de mes disques de 2018 pour l'instant, avec le dantesque dernier Ty Segall. J'attendais donc de pied ferme la venue des Australiens de Montero. Seront-ils aussi euphorisants sur scène que sur disque ? En attendant, nous eûmes droit aux français de Good Morning TV. On sent les bonnes influences anglo-saxonnes, de la dream-pop au morceau final proche du shoegaze, sauf que les chansons ne sont pas très accrocheuses. Le groupe est pourtant appliqué, mais on s'ennuie. Il n'y a pas de flamme. La chanteuse paraît aussi un peu terrifiée. Comme le répertoire de Montero n'est pas très étoffé, on a dû en plus leur demander de jouer plus longtemps, histoire de rallonger son calvaire (et un peu le notre).

Quand la tête d'affiche du jour arrive enfin sur scène, l'ambiance devient soudainement nettement plus détendue. Le chanteur débarque affublé d'un pantalon de pyjama avec des hamburgers, d'une veste en jean ave…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…