Accéder au contenu principal

Pulp : A Film about Life, Death and Supermarkets

Pulp, ça voulait dire on a encore vingt ans. Il y a deux semaines, dans le cadre du festival f.a.m.e à la Gaité Lyrique, nous avons voulu revivre ça, maman et moi. Qui ne voudrait pas revivre ses vingt ans ? On s'est replongé dans la Pulpmania, ou tout du moins dans ce qu'elle est devenue. En son coeur : Sheffield. C'est ce dont parle l'excellent documentaire "Pulp : A Film about Life, Death & Supermarkets" qui sort officiellement sur nos écrans demain. Sheffield n'a pas changé avec Pulp mais le groupe y a fait son petit chemin, transcendant les générations et les classes sociales. On y entend une grand-mère affirmer que Pulp reste ses préférés, devant Blur, parce que quand même, c'est plus mélodique et surtout mieux écrit. On y entend aussi une chorale chanter à capella "Common People", une maison de retraite fredonner ironiquement "Help the aged". On y voit des jeunes danser sur "Disco 2000". On est au plus près de ces "Common people" dont Jarvis Cocker a su si bien parler. Ce dernier a d'ailleurs une personnalité telle qu'il écrase le film de son charisme, de son flegme et son humour "so british" - Jarvis, président ! Les autres membres de Pulp, plus simples, apparaissent comme des amis de 30 ans. On retrouve le batteur, venu supporter sa fille qui joue au foot avec un maillot flanqué du nom du groupe de son père. La claviériste, touchante, avoue être atteinte d'une polyarthrite depuis son adolescence, provoquant une déformation des mains, pas facile de faire ce type de métier avec une telle maladie. Les guitaristes dont l'accompagnateur de la dernière heure, le très classieux Richard Hawley, chambrent gentiment leur leader. Bref, il règne dans ce documentaire une atmosphère bon enfant, loin d'une basique idolâterie démesurée de fans hystériques. On y parle aussi de thèmes plus vastes, moins étroits que Sheffield ou son groupe fétiche. Comme le titre l'indique, il est question de vie, de mort et de... supermarchés. Du quotidien. De nos vies. Un parfait mélange de grave et de léger. Le public de Pulp a vieilli avec lui. Reste seulement la folie qui semblait régner pendant leur dernier concert à Sheffield, prestation en forme de fil de rouge du film. Comme l'envie, le besoin d'être jeunes à nouveau, deux heures durant. D'arrêter le temps. D'avoir toujours vingt ans. Joyeux anniversaire, maman :-)

Commentaires

  1. Il devient quoi le Jarvis ?? depuis ses albums solo qui datent, aucune nouvelle, sauf ce doc que tu fais bien de présenter.
    J'ai adoré la brit pulp, et ses apartés solo.. mais je ne l'écoute plus..merci pour le rappell..et biz à Maman Papa ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Jarvis ? Je crois qu'il y a une expo le concernant en ce moment à Paris : http://pitchfork.com/news/59034-jarvis-cocker-designs-vinyl-records-records-soundtrack-for-art-exhibition/. Sinon, musicalement, il me semble que c'est le calme plat. De toute façon, depuis "This is hardcore"... Le dernier Pulp était déjà moyen.

      Supprimer
  2. ça donne bien envie. Je reste un inconditionnel - en dehors de stubes - de "This Is Hardcore" que j'écoute encore régulièrement.
    Et puis et puis et puis et puis ... il y a cette version de "common.." par Shatner & Joe Jackson qui est d'une pêche!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour avoir parler de cette version http://www.dailymotion.com/video/x7ztwb_joe-jackson-william-shatner-common_music. Je connaissais pas. Sympa, en effet :-)
      Sinon, le documentaire est très très bien, effectivement.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…