Accéder au contenu principal

Un week-end à trois temps...

Une fois n'est pas coutume, il ne sera pas uniquement question de musique. Le weekend dernier, nous avons vu, maman et moi, trois facettes de Paris : trois événements pour trois publics différents. A chaque fois donc, nous y étions. Je ne dis pas que nous sommes supérieurs parce que nous sommes éclectiques. Foncièrement, je ne pense pas l'être, éclectique. Je n'écoute qu'un style de musique voire deux mais pas plus. Et ça, ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je ne parle pas de politique, de religion, de ces sujets qui divisent et fâchent. Bref, loin de pavaner, ces trois manifestations m'ont en fait rassuré sur ma capacité d'ouverture. La première, celle qui devrait le plus me correspondre, Villette Sonique, pour le concert de Cheveu, ne m'a pas mis plus à l'aise que cela. Je me suis senti perdu au milieu de ces "hipsters" (oh le vilain mot). Je suis sûr que dans le fond, ils sont tous sympas. D'ailleurs, moi même, je suis souvent pris pour un hipster par mes collègues de travail, c'est dire :-). Mais ce freak show, tous ces jeunes gens qui font exprès de mal s'habiller, de s'enlaidir - j'espère au moins qu'ils n'ont pas payé cher leurs fringues - cette attitude (volontairement ?) sérieuse et concernée, ça me stresse un peu. Heureusement, le groupe Cheveu paraissait loin de tout ça... Ils dégagent sur scène une folle énergie qui parait tout sauf contrôlée. Ils sont à l'image de leurs disques, mais de manière décuplée. Plus foufou, plus barrée encore, leur musique enchante par son originalité puis fatigue, à force de sons débridés.


A peine le concert terminé, on file pas loin, au 104, pour une toute autre ambiance : la fête de la dette ! Kézako ? C'est un spectacle de Christophe Alévêque censé sous couvert d'humour nous instruire sur le fonctionnement des marchés financiers. Pour cela, il fait appel à quelques économistes venus vulgariser sur ce qui se cache derrière la phénomène de la dette publique. Il a bon fond aussi le Alévêque : tout sera reversé au secours populaire. Il ne se fait pas payer les cours prodigués - contrairement à d'autres. On sent bien qu'il aimerait devenir le Coluche du XXIème siècle. Il en reprend même (inconsciemment?) les mimiques. Après son spectacle, place au bal. On se croirait à une fête de l'humanité version intimiste. C'est bon enfant, ça ne se veut pas plus intelligent que ça en a l'air. Patrick Pelloux est le parrain de la soirée et vient faire un petit speech. L'ombre de Charlie Hebdo plane évidemment...Yvan Le Bolloc'h et son groupe "ma guitare s'appelle reviens" mettent une belle ambiance collégiale avec leur musique de Gipsy Kings du pauvre (de circonstance). Ensuite, ce sont les tout aussi sympathiques mais moins charismatiques Balochiens - ne me demandez pas pourquoi - qui reprennent des vielles rengaines parisiennes. On se croirait dans une guinguette  : idéal pour plaire au plus grand nombre, de 7 à 77 ans. Avec maman, on se sent un peu comme à la maison. Les gens autour de nous s'amusent simplement, ça s'entend, ça se voit surtout, aux larges sourires sur les visages. Nous voilà dans une fête de famille idéale. On n'est pas là pour critiquer untel ou unetelle. On a les mêmes idées, la même philosophie, ça serait ballot de venir dire du mal, de pinailler. On s'en fiche. Nous aussi, on n'est pas parfait d'abord. Le lendemain, dimanche, c'était direction Roland Garros, dans les loges VIP. Ben oui, on ne se refuse rien (mais on avait eu des invitations !). Et je peux vous dire que c'était une toute autre histoire. Les baskets Lacoste et autres caleçons Ralph Lauren étaient de sortie. Tout ça est très poli. Un tour par la boutique pour confirmer qu'on n'est pas vraiment à notre place, même si on en a bien profité... Le tennis, ce n'est pas très rock'n'roll quand même. Et ce n'est pas l'autre bouffeur de Kinder Bueno qui viendra me démentir...

Commentaires

  1. Un weekend bien chargé!! Comme je n'ai pas encore percé le mystère Cheveu, j'aurais plutôt opté pour Alévêque!!! :)
    Quant à Roland Garros, c'est un beau spectacle pour les adeptes de tennis (dont j'ai fait partie plus jeune...) je suppose.... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les 3 étaient sympas. On ne regrette pas en fait ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…