8 juin 2015

FFS - FFS

C'est la rencontre improbable de deux formations autrefois brillantes et désormais en bout de course. Les premiers, les frères Maël, alias les Sparks, officient depuis plus de quarante ans. Ils ont connu leur heure de gloire dès leurs débuts avec une paire de disques flamboyants, les toujours impeccables "Kimono My House" et "Propaganda" (et un degré moindre pour "Indiscreet"). Ensuite, il y a bien eu un regain de forme lors de leur période disco avec la collaboration du maître du genre, Gorgio Moroder, qui culminera avec leur plus grand tube en France, "When I'm With You" - Bon ok, c'est sans compter aussi le duo avec les Rita Mitsouko, "Singing in the shower". Depuis, les frères peinent à séduire vraiment, malgré des prestations live qui, paraît-il, tiennent encore la route. Les seconds ont cassé la baraque en 2004 avec un premier album et single ("Take me out") dévastateurs. Depuis, les Ecossais de Franz Ferdinand semblent tourner en rond, mais restent une formidable machine live. 
Que peut-on donc attendre d'une telle collaboration ? Qu'elle ne marche pas (comme dans l'ironique "Collaborations don't work") et que les deux groupes se ridiculisent. Il n'en est rien, car c'est une belle réussite. L'alchimie fonctionne, même si on entend plus les Sparks que Franz Ferdinand. Question de personnalité sans doute. N'empêche ce disque sobrement intitulé FFS, comme le nouveau super-groupe, plus qu'un pas de côté, est un véritable pas en avant pour chacune des deux carrières. De là à dire qu'il y aura une suite... En tout cas, il serait dommage d'arrêter une telle machine à tubes.

Clip de "Johnny Delusional" :

Clip de "Piss Off" :

"Police Encounters" :

1 commentaire:

  1. Je les aime bien les Sparks, je les suis depuis Kimono. Jamais déçu, les débuts pour prouver qu'ils savent écrire de la chanson pop, des albums qui savent les arranger à l'air du temps, mais aussi et c'est pour ça que je les suis, pour les périodes sans grandes ventes il y a en contrepartie des albums plein de fantaisie, de risque, un côté baroque qui fait davantage Anglais que Californien... Heureusement que ton article est passé par là, FFS ne m'évoquait rien. Maintenant que j'ai écouté, juste un peu, j'ai de suite aimé. Trop vite? On verra. C'est plus conventionnel mais bien roulé. Pour l'instant je ne fais pas la part de l'apport de chacun... Merci

    RépondreSupprimer