Accéder au contenu principal

The Libertines - Anthems For Doomed Youth

Voilà une reformation qui ne m'inspirait pas vraiment. Que pouvait-on attendre du rabibochage discographique de Carl Barât et de Pete Doherty ? A priori, pas grand chose. Histoire de me persuader que la magie de leur premier disque n'opérait plus - surtout que ce n'est plus le Clash Mick Jones à la production mais Jack Gosling qui a notamment travaillé pour l'infâme boys band One Direction - je me suis quand même décidé à y jeter une oreille. Comme les petits malins commencent leur disque par les meilleurs morceaux, je me laisse vite avoir. La nostalgie fait son chemin même si ce "Anthems For Doomed Youth" n'est pas la claque de 2002 où le rock mélodique, foutraque et nonchalant des Libertines détonnait encore. Surtout que les gaillards ont vieilli, ça s'entend, qu'ils le veuillent ou non. Leur musique est plus balisée, les influences plus visibles : les Clash bien sûr, mais aussi les Smiths, The Jam, les Kinks, voire même ici Pulp (et oui!). Bref, un condensé de rock british.
Ce nouvel album aura au moins le mérite de confirmer le talent de Doherty pour trousser de jolies mélodies. Car les disques solo ou en groupe des compères depuis la première fin des Libertines en 2004 avaient déjà démontré que Doherty s'en sortait mieux que Barât. Ici, tout n'est pas formidable, loin s'en faut. Il y a quelques titres en roue libre, faciles. Mais il y a encore quelques beaux restes. Un savoir-faire certain. Les Libertines n'ont rien inventé. Ils ont juste fait la bonne musique au bon moment. Désormais le moment est passé. La musique un peu aussi. Quelques morceaux comme "Time For Heroes" ou "Up The Bracket" resteront comme révélateurs d'une époque. Pas "Gunga Din". 


Commentaires

  1. Malgrès 2 albums hors normes, je n'ai jamais été passionné par ce groupe. Pour autant, j'attendais cet album avec l'impatience de ces grands come-back. A l'écoute, je suis tout à fait sur la même longueur d'onde que toi ! L'album est très inspiré, très mélodique, mais il manque un petit quelque chose, un anti conformisme propre aux premiers albums, qui font que malgrès de très bon morceaux ( Anthem for Doomed Youth, Heart of the Matter ) la production et l'usage pompeux des choeurs sur certains morceaux ( comment ne pas citer l'effroyable Gunga Din ?! ) font de l'album une demi réussite, un demi échec comme vous voudrez. Comme le sont souvent les albums retour.

    RépondreSupprimer
  2. Pas encore écouté, mais si j'en crois ton commentaire, je me dis, et désolé de rouvrir ce vieux débat, mais imagine si tu avais craché ne serait qu'une semaine d'argent de poche ... Bon, faudra que je pense à écouter au moins une fois, voir si j'accroche, parfois un titre suffit

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…