Accéder au contenu principal

Robert Forster - Songs To Play

50ème disque vaguement chroniqué ici pour l'année 2015. Il va être temps d'en finir avec cette fichue année. Fichue année musicalement parlant, car je dois vous dire que je sais d'avance que peu de disques de ce millésime me suivront encore dans quelques mois. Fichue année car l'actualité n'y a pas été du tout réjouissante : attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre à Paris, poussée historique du Front National. Difficile d'y croire encore, de rester optimiste. Robert Forster, je ne sais même plus lequel d'entre vous me l'a proposé dans ses disques de l'année. Je ne sais même plus si je n'ai pas tout simplement rêvé que quelqu'un m'en parlait. Robert Forster, c'est un peu le retour de l'ami de trente ans, celui dont on désespérait un jour d'avoir des nouvelles. Bien sûr, il en avait donné il y a 7 ans déjà. Mais à l'époque, on venait à peine de se faire à l'idée qu'il n'y aurait plus jamais de disques des Go-Betweens. Son alter-ego, Grant McLennan, était parti définitivement deux ans plus tôt. Bien sûr, ce "Songs to play" ne remplacera jamais "16 Lovers Lane". Mais quelque part, il porte admirablement bien son nom. Ce sont juste des chansons pour jouer ou chansons à jouer. 
Des chansons simples, sans beaucoup d'effets, de belles histoires comme des bouteilles à la mer, que chacun est libre d'attraper ou non. J'ai d'abord hésité et puis il a fallu qu'un ami sans doute imaginaire me dise d'insister pour que je me laisse happer. Ces chansons sont de délicieux anachronismes, défiant toute notion d'époque et de mode. On pense d'abord à des oeuvres inachevées, de simples démos et puis au fil des écoutes, on découvre l'envers du décor, des richesses insoupçonnées. J'aurais dû le savoir : un tel savoir-faire, ça ne se perd pas.

Clip de "Let Me Imagine You" :

Commentaires

  1. Dans ma promenade sur les blogs copains, me voici chez toi qui me rappelle que c'est le disque du mois d'octobre de MAGIC et que je vais passer chez Jimmi dire à notre Everett que l'Australie ce n'est pas que du bourrin, non mais. En tout cas quel album et ta chronique va accompagner mon dossier MP3. Le plaisir d'écouter des chansons retrouvé.Tu dis sans beaucoup d'effet d'arrangements, c'est vrai, mais parfois je me demande si ce n'est pas complexe ce genre de préparation, car des chansons pas du tout arrangées c'est quand même différents, l'art de faire sans en avoir l'air.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, beaucoup de disques australiens dans mes préférés de l'année : Twerps, Dick Diver, The Apartments, Blank Realm et j'en passe.

      Supprimer
  2. Content de voir et de lire quelques lignes à propos de cet album que j'ai écouté moi aussi car on ne quitte pas les GB ainsi. C'est exactement ce que tu décris... Merci d ele rappeler!

    RépondreSupprimer
  3. Malheureusement McLennan et Foster n'ont jamais donné le meilleur l'un sans l'autre, cela se sent même si l'atmosphère 'go betweens' est bien là. Me remet pas de la disparition de McLennan... Merci pour tes posts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que ça reste en deçà des Go-Betweens. Ces derniers sont assurément un des plus grands groupes de l'histoire de la pop, la paire McLennan/Forster, une sorte de Lennon/McCartney australienne des années 80.

      Supprimer
  4. Je suis assez d'accord avec toi lookart!

    RépondreSupprimer
  5. Coucou, je crois que je suis tombé amoureux de cette chanson. Dis-moi, est-il possible de la télécharger sur mobile ? J’utilise le micropaiement : http://www.digital-global-pass.fr/ . Donc, j’achète presque toutes mes sonneries depuis mon smartphone. Je trouve que c’est rapide. Fais-moi savoir si c’est possible de l’obtenir à travers cette méthode. Merci !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…