Accéder au contenu principal

Top albums 1975

Encore une année qui ne m'a pas inspiré. En 1975, comme l'année suivante, je n'ai pas trouvé mon compte en terme de musique - je n'ai peut-être pas bien cherché. J'ai quand même listé 10 disques, qui, s'ils ne squattent pas très régulièrement mes oreilles, n'en demeurent pas moins, pour la plupart, excellents.

10- Harmonia - Deluxe 
Deux groupes essentiels du krautrock, Neu! et Cluster, se rassemblent pour former Harmonia qui porte admirablement son nom. C'est l'ambiant cher à Eno qui naît là, une certaine idée de la musique contemplative qui, malgré tout, reste éminemment mélodique. Du synthétiseur de luxe, en somme.



9- Sparks - Indiscreet 
Les Sparks se perdent ici un peu dans la grandiloquence en délaissant parfois les mélodies. Il faut dire qu'il est difficile de tenir le rythme fou et emballant imposé par les deux précédents disques. Après "Indiscreet" qui contient malgré tout son lot de chansons hautes en couleurs, il faudra attendre la période disco pour les retrouver inspirés. 

8- Manset - Y a une route
Voilà le disque le plus connu de Manset, celui qui contient la chanson emblématique du chanteur, "Il voyage en solitaire", celle qui a remporté le plus grand succès. Après ça, le déluge, le sabotage de carrière. Prévisible, quand on connaît la misanthropie de l'homme. "Y a une route", c'est ce chemin du succès emprunté par erreur. Cela aura au moins servi à montrer, si besoin, que l'énergumène est aussi capable de rencontrer le grand public, sans rien perdre de son profond pessimisme.

7- Gainsbourg - Rock around the bunker
Voilà un album injustement méprisé par le public et son auteur lui-même. Pourtant, Gainsbourg réussit l'exploit de traiter légèrement un sujet grave sans que la provoc' saute aux oreilles. Mais, à l'époque, pas grand monde n'avait semble-t-il prêté attention à la musique. Et puis "Rock around the bunker" contient ma chanson préférée de Gainsbourg, le sublime "Zig zig avec toi". Nazi, sex and fun, il fallait oser.

6- Queen - A Night At The Opera 
Qu'on se le dise tout de suite, le véritable problème de Queen, c'est le jeu "casse- couilles" de son guitariste, le chevelu Brian May. Freddie Mercury, le plus talentueux du lot, cela va sans dire, pas chien, laisse régulièrement ses petits camarades aux manettes sur certains morceaux. "A Night at the Opera" est sans doute le disque sur lequel la guitare de May est la plus supportable. Si seulement Mercury avait écrit les chansons seul, la carrière de Queen aurait été tout autre. Quand c'est lui qui compose, les titres ont une sacrée classe : "Lazing on a sunday afternoon", "Seaside rendez-vous", "Love of my life" et bien sûr l'inénarrable "Bohemian Rhapsody".

5- Bruce Springsteen - Born to run 
Comme pour Queen, je ne suis pas un grand admirateur du boss. Pourtant, j'admets qu'il a inspiré nombre de groupes et d'artistes que j'aime bien, de Arcade Fire à Destroyer. C'est sur "Born to run" que son rock lyrique et un poil ampoulé passe le mieux pour moi. Les envolées de la chanson titre ou de "Backstreets" sont difficilement résistibles.


4- Kraftwerk - Radio-activity
"Radio-activy" n'est sans doute pas le meilleur disque des Allemands de Kraftwerk. Il est, avec le recul, une sorte de brouillon du chef d'oeuvre pop à venir, "The Man Machine". Les machines n'apparaissent pas encore totalement "maîtrisées", hormis sur quelques morceaux bien sentis, comme le morceau-titre, parfait en son genre.



3- Patti Smith - Horses
Ca démarre tambour battant avec une reprise au débotté du "Gloria" de Them, l'ancien groupe de Van Morrison. C'est peu dire que le morceau est transcendé. Et que penser des premières paroles, plus que significatives : "Jesus died for somedody's sins but not mine". Ces mots deviendront comme un leitmotiv du punk  - ce refus de l'ordre établi - et Patti Smith comme la grande prêtresse du mouvement. "Horses", sa pochette comme sa musique resteront à jamais gravées dans l'histoire du rock.

2- Brian Eno - Another Green World
Souvent considéré comme le chef d'oeuvre de son auteur, "Another Green World" n'est pourtant pas mon disque favori de Brian Eno. Je lui préfère ses précédents et le suivant, l'indépassable "Before and After Science". En 1975, le chant se faisait rare chez lui, c'est peut-être pour cela que j'adhère moins. Mais bon, un album qui contient un morceau aussi parfait que "Golden Hours" est forcément un excellent album.

1- Neu! - Neu! 75
Neu! est sans nulle doute l'une des formations les plus novatrices de l'époque et de l'histoire du rock. La première partie du disque, c'est la période berlinoise d'Eno-Bowie, la deuxième, c'est du punk d'avant-garde, proche d'un Pere Ubu. Une face pour Dinger, l'autre pour Rother. Pas étonnant qu'avec de telles divergences d'univers, le groupe ait eu du mal à donner une suite. En attendant, c'est le rock des décennies futures qui s'écrivait là. Essentiel.

Commentaires

  1. Bonjour,
    toujours intéressant ces tops par année et je vais maintenant pouvoir comparer avec les miens. Pour 1975, beaucoup de différences puisqu'on n'a en commun que Patti Smith et Springsteen. A vrai dire, je ne connais pas forcément tous les disques dont tu parles ici, à part le Gainsbourg et un peu le Kraftwerk. Toujours bien d'avoir des choses à découvrir...
    Pour moi, ça donne ça pour 1975 :
    http://ladiscothequedelamateur.fr/?p=3340

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Neil Young... Bizarrement, j'arrive pas trop à accrocher. Un peu trop "countrysant" pour moi.

      Supprimer
  2. Haaa à un an près, c'est mes débuts dans le pop rock vinyle. Du coup, je pense pouvoir - peut-être - venir avec du contradictoire, pour le plaisir.
    Un mot sur tes choix.
    SPARKS: Critique sévère, limite injuste à mes goûts sur le INDISCREET de Spark, mais ils font parti de mes chouchou, donc forcément
    MANSET: bien vu ta remarque. Un album que je connais mal malgré quelques écoutes. Je suis resté sur la Mort D'Orion et ses derniers albums.
    GAINSBOURG: pas mon préféré mais les écoutes dans le temps me font lentement changer d'avis. Tu partages ton avis avec un ami qui tente régulièrement de me le faire apprécier. à force...
    QUEEN: encore un petit désaccord. L’éclectisme de QUEEN est une de ses forces. Flagrant sur KILLER QUEEN. Mais comme toi, avec e temps, ce sont les "chansons" que je préfère
    SPRINGSTEN: ET Jungle Land!! "Mini opéra" Titre que je me passe des centaine de fois, enfin joué en publique. Tu vois j'adore des Coltrane, Parker &co. Le solo de saxo reste un de mes grands plaisirs même si la technique n'y est pas beaucoup...
    KRAFTWERK: De moncôté, à l'époque, je n'avais pas entrevu ce qu'ils allaient représenter, malgré le précédent AUTOBAHN qui était déjà un signe.
    PATTI SMITH: le titre qui longtemps m'empêchait d'écouter le reste

    Reste que le NEU, ENO et HARMONIA... JE connais mois. Merci pour la ballade.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien pour la ballade :-). "Indiscreet" est bon, mais quand même largement en-dessous des deux précédents, je trouve. Pour Queen, je crois simplement que je déteste Bryan May et forcément, ça n'aide pas. C'est vrai que "Gloria" est tellement fort qu'il masque un peu le reste.

      Supprimer
    2. Et tu sais quoi? Je me suis penché sur 75 et effectivement, j'y ai trouvé quelques trucs, souvent des souvenirs perso, car quoi qu'ils y aient eu comme albums, généralement ce ne sont pas les meilleurs de l'artiste... quelques exceptions quand même, pas beaucoup... mais quand même:
      Smokey Robinson et la "naissance" du "QUIET STORM"
      Bob Marley et son live (découverte du Reggae pour moi cet album)
      Eagles "One Of These Night" quand même un sommet du genre
      Pink Floyd et son "Wish you were here" album pas facile après "Dark Side.."
      Neil Young ... ha ou, t'aime pas.
      Led Zep et son Physical
      et et et
      Dr Feelgood et Malpractice.
      Bon petite année ... mais quand on aime.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …