Accéder au contenu principal

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la relève ? Après voir avoir offert une sortie de route honorable aux frères Asheton avec la sympathique reformation des Stooges, le chanteur sort enfin du bois, voulant terminer en beauté. 
Il s'offre ainsi les services du Queen of Stone Age de service, le géant et sérieux Josh Homme, impeccable guitariste, plus proche du hard-rock que du punk de part sa technique musicale. Ce "Post Pop Depression" est pourtant comme son l'indique plutôt pop, comme une suite près de quarante ans après au fabuleux dyptique "The Idiot" / "Lust For Life", qui reste aujourd'hui encore l'apogée de sa carrière solo et ses deux seuls disques indispensables. Ce nouvel album est un improbable retour au premier plan d'un artiste qu'on croyait relégué à tenir juste un rôle de grand frère "rock" pour jeunes vieux en mal de rébellion adolescente. Iggy Pop n'est pas qu'un animal scénique. On peut aussi écouter sa musique tranquille chez soi et y trouver son compte. C'est une bien bonne nouvelle. On l'avait oublié, l'iguane est un animal qui change régulièrement de peau jusqu'à ressembler ici souvent à un certain David Bowie : coïncidence ?


Commentaires

  1. Je disais que Iggy Pop c'est aussi une voix, un coffre, un timbre, un grain. Voilà, moi elle me transporte cette voix et généralement j'accroche à tout ce qu'elle entreprend. Du coup, mon souvenir de la seule écoute de ce disque est que la voix est là. Il me faudra y revenir pour goûter les titres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai. Iggy, c'est une voix et là, elle est sacrément présente. Excellent disque. Très classe.

      Supprimer
    2. Il a un côté crooner torturé qui me plaît bien aussi sur celui-là.
      Un côté Cash, ou Elvis se la jouant Sinatra... Ou Scott Walker en bad trip... Bref, en plus l'écrin sonore très bon, Iggy habite vraiment ce disque et ça en fait un sacré album.

      Supprimer
    3. C'est exactement ça. J'adore le côté crooner volontairement exagéré dans la voix.

      Supprimer
  2. Honnêtement qui d'autre est capable de chanter ça sans être ridicule voire même être crédible ;-) ?
    https://www.youtube.com/watch?v=8P09rxVaQAM

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…