Accéder au contenu principal

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la relève ? Après voir avoir offert une sortie de route honorable aux frères Asheton avec la sympathique reformation des Stooges, le chanteur sort enfin du bois, voulant terminer en beauté. 
Il s'offre ainsi les services du Queen of Stone Age de service, le géant et sérieux Josh Homme, impeccable guitariste, plus proche du hard-rock que du punk de part sa technique musicale. Ce "Post Pop Depression" est pourtant comme son l'indique plutôt pop, comme une suite près de quarante ans après au fabuleux dyptique "The Idiot" / "Lust For Life", qui reste aujourd'hui encore l'apogée de sa carrière solo et ses deux seuls disques indispensables. Ce nouvel album est un improbable retour au premier plan d'un artiste qu'on croyait relégué à tenir juste un rôle de grand frère "rock" pour jeunes vieux en mal de rébellion adolescente. Iggy Pop n'est pas qu'un animal scénique. On peut aussi écouter sa musique tranquille chez soi et y trouver son compte. C'est une bien bonne nouvelle. On l'avait oublié, l'iguane est un animal qui change régulièrement de peau jusqu'à ressembler ici souvent à un certain David Bowie : coïncidence ?


Commentaires

  1. Je disais que Iggy Pop c'est aussi une voix, un coffre, un timbre, un grain. Voilà, moi elle me transporte cette voix et généralement j'accroche à tout ce qu'elle entreprend. Du coup, mon souvenir de la seule écoute de ce disque est que la voix est là. Il me faudra y revenir pour goûter les titres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai. Iggy, c'est une voix et là, elle est sacrément présente. Excellent disque. Très classe.

      Supprimer
    2. Il a un côté crooner torturé qui me plaît bien aussi sur celui-là.
      Un côté Cash, ou Elvis se la jouant Sinatra... Ou Scott Walker en bad trip... Bref, en plus l'écrin sonore très bon, Iggy habite vraiment ce disque et ça en fait un sacré album.

      Supprimer
    3. C'est exactement ça. J'adore le côté crooner volontairement exagéré dans la voix.

      Supprimer
  2. Honnêtement qui d'autre est capable de chanter ça sans être ridicule voire même être crédible ;-) ?
    https://www.youtube.com/watch?v=8P09rxVaQAM

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…