Accéder au contenu principal

Public Service Broadcasting (+ Lull) - Paris, La Maroquinerie - 5 mars 2016

Enfin, le premier concert de l'année 2016... Et pas n'importe quel concert puisqu'il s'agit de Public Service Broascasting, mon meilleur souvenir de musique live de 2015. Bien sûr, il y a l'obligatoire première partie. Et là, plus que d'habitude, elle semble un passage obligé. Déjà le groupe n'en est pas un. Seul le chanteur a pu venir. A croire qu'il y a eu un remplacement à la dernière minute. Je n'aime pas dire du mal des gens car le chanteur présent est plutôt gentil, charmant même, mais sa musique, je ne peux pas. Pourquoi vouloir imiter James Blunt ? Pourquoi ne pas chanter en français ? C'est bien d'avoir des références anglo-saxonnes mais vu ce qui existe déjà en termes de musique folk, la concurrence est plus ardue et le champ des possibles plus limité. Je ne m'éterniserai donc pas sur Lull, le nom même paraît être une blague (lol). Le chanteur aurait eu plus sa place à l'émission The Voice, dont la voix et la belle gueule auraient fait tout son effet auprès de Zazie. Une erreur de casting donc. De plus, l'univers des londoniens de Public Service Broadcasting n'a absolument rien à voir. Je n'étais pas en grande forme ce soir-là : l'hiver, la grisaille et le manque de sommeil sans doute. Du coup, le son me paraît trop fort, trop puissant pour la petite salle de la Maroquinerie et mes oreilles fragiles. Bizarrement, ce n'est même pas la musique qui me gêne, mais les paroles pré-enregistrées. Pour le reste, Public Service Broadcasting, c'est toujours aussi bien en live. Le public est essentiellement composé de trentenaires voire quadra et plus - certains, en bons fans, ont même acheté les tee-shirts à l'entrée. Bah oui, je me rends compte que je n'écoute plus de la musique de jeunes, de la musique de papa en somme. Le groupe nous propose quand même quelques nouveaux morceaux. Le prochain album devrait avoir pour thème Londres pendant la deuxième guerre mondiale. Du coup, la musique s'y fait plus sombre, tendance krautrock. On a hâte d'entendre ça. Comme quoi, malgré le concept qui peut paraître d'emblée étriqué, les possibilités sont finalement infinies. Surtout quand on possède une palette sonore aussi large que ces énergumènes-là. J. Willgoose, pour une fois, prend même le micro pour remercier personnellement le public sans passer par ses sempiternelles machines. S'ils ont réussi à élargir leur public chez eux - où ils connaissent déjà un petit succès - en France, la mayonnaise a du mal à prendre. C'est dommage mais pas forcément étonnant tellement l'humour et le détachement dont ils font preuve sont typiquement anglais. Et puis, je ne veux pas faire mon rabat-joie, mais on n'a jamais eu beaucoup d'oreilles lorsqu'il s'agit de rock. Tout simplement parce que ça ne fait pas partie de notre culture. Tout ça finit par un rappel où le groupe joue ses deux "tubes" : "Gagarin" et "Everest". Tant pis pour mes oreilles. Elles aussi doivent être "trop" françaises. Comme quoi, même quand la tête dit oui, le corps résiste. Saleté de traditions !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…