Accéder au contenu principal

Underworld - Barbara, Barbara, We Face a Shining Future

Voilà un "vieux" groupe qui ne m'avait jamais attiré jusque là. Leur musique était plutôt faite pour la danse, la trance. Leur tube "Born Slippy", extrait de la BO du film "Trainspotting" qui les a fait connaître du grand public, m'avait bien plu mais c'est tout. J'avais bien essayé les disques mais je n'arrivais pas à rentrer dedans : pas assez mélodique. La house est un style auquel je suis toujours resté hermétique. Elle ne parvient bien souvent ni à me faire bouger, ni à me toucher. Bref, je ne sais pas par quelle porte y entrer. Alors, le retour de Underworld, à priori ce n'était pas un truc qui allait me concerner. Mais j'ai quand même voulu jeter une oreille, surtout que le chanteur, Karl Hyde, avait récemment collaboré avec Brian Eno pour ce qui sont les deux meilleurs disques de l'ex Roxy Music depuis un bail. "I Exhale" m'a tout de suite emballé. J'y retrouvais la scansion d'un Mark E. Smith avec la musique d'un James Murphy. 
Je retrouve aussi sur le reste de l'album un style plus pop que ce que à quoi je m'attendais. Il y a bien des titres un peu trop longs mais pour un retour, en voilà un inespéré : j'aime bien Underworld. Je n'y aurais pas cru.

Commentaires

  1. Vous pouvez aussi écouter Freuer, leur groupe avant Underworld...plus pop justement...

    RépondreSupprimer
  2. Outre The Fall et LCD, j'ai beaucoup pensé au chant monocorde d'Eno sur ses albums post-Roxy (et beaucoup à Eno en général, sûrement la faute à leurs albums communs avec Hyde, mais beaucoup sur le design sonore, cette espèce de pop déviante et cette voix...). Du coup j'ai beaucoup aimé aussi, même si la fin d'album s’essouffle quand même un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un peu long parfois et un tantinet répétitif mais c'est le style qui veut ça.

      Supprimer
    2. Le côté 90's est sympa sur certains sons on pense aux chemical brothers ou au big beat, c'est plutôt cool mais oui parfois c'est un peu trop long.
      D'ailleurs sur je sais plus quel morceau ma copine m'a demandé si j'écoutais de la trance, c'était plutôt bien vu y'a un petit peu de ça parfois. Quand la montée en pression est réussie comme sur le début d'album c'est parfait mais quand ça tombe un peu à plat comme sur la fin, c'est pas grave mais c'est moins percutant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…