Accéder au contenu principal

Woods - City Sun Eater In The River Of Light

Ça devait finir par arriver : les américains de Woods ont sorti leur grande oeuvre. A force de tutoyer l'excellence au fil d'albums produits au rythme presque métronomique d'un par an, ce nouveau disque marque un nouveau pas en avant. Leur musique n'a jamais été si limpide et soignée. Les influences s'élargissent davantage. On se demande jusqu'où ils iront la prochaine fois, quelle inspiration ils ajouteront de manière si naturelle dans leur savante mixture sonore. Cette fois, on y entend des bribes de jazz éthiopien que le chanteur et leader, Jeremy Earl, dit avoir beaucoup écouté dernièrement. La voix se fait encore plus douce qu'à l'accoutumée. Bref, c'est un délice pour les oreilles. Les chansons loin d'être linéaires, se paient même le luxe d'évoluer constamment, comme si le groupe improvisait devant nous, alors qu'on devine que tout cela a été mûrement réfléchi. 
Bref, plus qu'un coup de coeur, c'est une véritable révélation, une formation en état de grâce. Cette musique comme le bois de leur nom est faite expressément pour réchauffer les coeurs. Ce mois d'avril s'annonce passionnant en termes de sorties musicales, même si Woods a sans doute déjà décoché la plus belle flèche.

Commentaires

  1. 1ère écoute très convaincante ! J'adore la direction qu'ils prennent, j'ai sauté dans le train en route il y a deux albums, c'est vraiment un très bon groupe. Le précédent m'avait déjà bcp impressionné.

    Content de lire ton avis, j'en avais lu que des mitigés jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La voix a tendance à me lasser en fin d'album ceci dit, c'est le seul petit reproche que j'aurais...

      Supprimer
    2. J'adore tout (la voix aussi), comme je l'ai déjà dit. C'est vraiment de mieux en mieux, ce qu'ils font. Comprends pas les mitigés.

      Supprimer
    3. Moi non plus, à part le petit souci de la voix qui me lasse un peu sur les 2-3 dernières chansons, aucune réserve c'est un bon disque.
      Mais à lire les critiques ce disque est un pas en arrière, et Woods se livre à des jams déstructurées sans intérêt ^^ Raison de plus pour ne pas s'y fier.

      Supprimer
    4. Ils n'ont pas d'oreilles, c'est tout :-)

      Supprimer
  2. J'ai appris avec les recherches pour le billet Morby, qu'il avait été le bassiste du groupe.
    J'aime beaucoup Woods et ça me m'étonne plus du tout, j'ai hate d'écouter celui-ci.

    RépondreSupprimer
  3. quelle découverte extraordinaire! Je suis abasourdi de ne connaître ce groupe que maintenant!! J'ai rattrapé mon retard en récupérant depuis tous leurs disques, et je confirme qu'il y a bien longtemps que je n'avais pas écouté un truc qui me corresponde autant à 100%. Merci!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de constater que je ne suis pas le seul à avoir été emballé.

      Supprimer
    2. c'est décidé, je vais entreprendre 1000 kms de voyage pour aller les voir en juin prochain..."emballé" est bien en dessous de la réalité pour ce qui me concerne, c'est une surprise incroyable, il y a vraiment des années que je n'ai pas découvert une telle nouveauté!!

      Supprimer
    3. 1000 kms rien que pour eux ? C'est pour aller là : http://parispsychfest.com/ ? J'espère que j'ai pu contribuer à cette belle découverte... Comprends pas que personne ne parle plus de ce nouveau disque. Un titre comme "Sun City Creeps" est juste un petit chef d'oeuvre.

      Supprimer
    4. je préfère 1000 fois les voir seuls qu'au milieu d'un festival avec un set de 50mn!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…