Accéder au contenu principal

Blue Orchids - Bad Education (1982)

Tout bon bouquin sur la musique devrait servir à ça : nous donner l'envie d'en écouter. Celui de Jean-Marie Pottier - 34 ans au compteur et une connaissance encyclopédique de son sujet - sur l'indie pop est de ceux-là. Je croyais pourtant m'y connaître en la matière, de Joy Division à Radiohead, c'est pile mon créneau, pile ce que j'aime, mais j'avoue qu'il m'a permis de faire quelques belles découvertes, surtout sur la décennie 80. Faut dire que j'étais encore jeune à l'époque - bon ok, l'auteur encore plus. Les Blue Orchids, j'en avais pour ainsi dire jamais entendu parler. A l'écoute, ils m'ont rapidement tapé dans l'oreille. Le groupe commença sa courte carrière au début des années 80 et ne publia que quelques singles et un seul album avant de se reformer dans les années 2000. C'est un couple à la ville comme à la scène, Martin Bramah et Una Baines, qui décida de partir de The Fall, s'échappant ainsi de la tyrannie de l'impayable despote Mark E. Smith pour créer ensemble ces orchidées bleues. Leur musique est assez proche dans l'esprit de celle de leur ancien groupe, en plus pop, moins abrasive. L'omniprésence des claviers y est sans doute pour quelque chose. "The Greatest Hit" paru en 1982 est un miraculeux recueil de chansons pop déglinguées dont le charme semble opérer comme au premier jour. L'album contient au moins un classique instantané qui, insidieusement, éclipse les autres titres. "Bad Education" est un de ces rares morceaux qui emportent immédiatement l'adhésion de part son accroche mélodique, sa simplicité et sa concision. Comme peut le faire un "I Want You" chez Dylan. Du coup, impossible de m'en défaire. Me voilà incapable de résister au doux plaisir de me la remettre encore et encore entre les oreilles. Les Blue Orchids ont malheureusement disparu rapidement. On les retrouvera furtivement derrière Nico lors du séjour de l'icône à Manchester puis plus récemment pour une très confidentielle reformation. On aurait aimé d'autres "Bad Education". Mais un tel miracle par définition ne se reproduit pas. "The Greatest Hit" au singulier en quelque sorte. Parfait.


Well I'm sorry to bother you
But I'm afraid I want your attention
You see I've come to realize something
That I think I should mention

Through no fault of my own
I'm in a sticky situation
I'm suffering the consequences
Of a bad education

Think I've read too many books
Seen too much T.V.
Paid too much attention
To a bad education

Just touch the flesh of the breeze
And feel the heat

Too bad for me
I'm not alone in this mess
This state is so established
There is no one left to blame
Except maybe the law of dissipation
Which applied to us
Equals a bad education

Through no fault of my own
I'm in a sticky situation
I'm suffering the consequences
Of a bad education

Commentaires

  1. Superbe, et superbe idée tu viens de jeter un pont de 1982 à 2004!! Blue Orchids le (défunt) MAGIC nous avait fait un article dans une autre fameuse chronique: "L'album oublié" MYSTIC BUD sorti en ... 2004. L'album m'avait emballé par sa richesse et sa diversité, en fait maintenant que je te lis et que tu rappelles la genèse de Bramah, je ressens une musique qui a traversé les décennies en emportant un bout de cette époque pour l'ajouter à d'autres bouts d'autres époques. En échange donc, je te conseille ce Mystic Bud. Que tu trouveras sur Deezer ou Spoty (ou en 224k si je te le droppe?) Au fait tu m'as bien eu avec Bad Education Ciao

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…