Accéder au contenu principal

Radiohead - A Moon Shaped Pool

Voici un groupe que j'ai mis autrefois bien au-dessus des autres. Chacun de leur nouveau disque venait écraser la concurrence, lui montrant le long chemin restant à parcourir. De "The Bends" à "In Rainbows", aucune fausse note, autant d'albums passionnants venant définir une nouvelle pop, sans équivalent, à mi-chemin de tous les styles. La bande de Thom Yorke semblait, seule, en connaître la recette. Et puis, "The King of Limbs" est arrivé avec, pour la première fois, une certaine lassitude. Les morceaux paraissaient faire du surplace. La machine était grippée. Radiohead rentrait bizarrement dans le rang. Le dernier album solo de Yorke marquait aussi le pas. Comme si la flamme avait fini lentement par s'éteindre... Alors, quand le groupe d'Oxford annonça enfin un nouveau disque, l'attente n'était plus la même. Et puis, il a fallu entendre et surtout voir le formidable clip de "Burn the witch" pour que le buzz éclate de nouveau. Et si le quintet avait retrouvé l'inspiration ? Content et rassuré par son effet, le groupe enchaîna rapidement avec un deuxième morceau puis l'annonce de la sortie digitale du disque. Il ne me fallut pas plus d'une écoute pour comprendre qu'on était à nouveau en présence d'un album supérieur. Un de ceux qu'on réécoutera de nombreuses fois pour y saisir toutes les subtilités. Le son est une fois de plus complexe, impeccable, enveloppant, caractéristique du groupe. "Present Tense" est par exemple une petite merveille de bossanova intergalactique. Les guitares se font moins sauvages que par le passé, les mélodies moins évidentes. Le climat est plus résigné, fataliste. Plus de révolte ne signifie pas pour autant davantage de sérénité, au contraire.
Radiohead est plus que le groupe d'une génération. C'est déjà la troisième décennie durant laquelle ils sortent des disques essentiels. Peu d'artistes peuvent en dire autant. D'un coup, je me sens revenir dix ans en arrière, au moment où Radiohead planait encore au-dessus de la mêlée de mes goûts personnels. Il est agréable de se rappeler les bons souvenirs, surtout en ces temps où chaque jour nous donne de nouvelles raisons de désespérer. Il est rassurant de pouvoir s'appuyer sur des valeurs sûres, avec un cadre connu, un chemin balisé. Même si ce ne sont pas les sommets d'antan, savoir Radiohead revenu aux affaires est déjà une bien bonne nouvelle.

Clip de "Burn the witch" :


Clip de "Daydreaming" :

Commentaires

  1. Si un contre-avis ne te dérange pas. En fait il y a eu chez Jeepeedee une d'abord critique négative, amusante et pas mal de réactions dont une que jeepeedee a isolé dans un autre billet, le tout avec passion sur la critique.
    http://jeepeedee.blogspot.fr/2016/05/184-radiohead-moon-shaped-pool.html
    http://jeepeedee.blogspot.fr/2016/05/radiohead-par-audrey.html

    On y trouve de tout.

    Maintenant moi, du coup, je l'ai écouté plusieurs fois cet album, d'un groupe que j'apprécié. Mais...
    Mais je n'ai pas ressenti les subtilités, il y a ce genre de lignes répétitives, un peu héritées de P Glass, mais sans enrichissements particuliers, juste de petites touches, pas de cassure pour redonner du relief. Je n'ai pas détesté ni aimé. Plutôt indifférent. Il s'agit d'un sentiment pas forcément à partager, la preuve ton enthousiasme. je ne sais pas ailleurs, mais il y a longtemps que dans notre petit cercle il n'y a eu autant de passion. Un bon point pour Radiohead.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, j'ai rapidement été emballé par ce disque. Maintenant, je dois dire qu'il est excellent, mais qu'au regarde de la discographie du groupe, c'est loin d'être leur meilleur. Comme tu dis, certains morceaux sont assez répétitifs.

      Supprimer
  2. Bonjour. Radiohead est un de mes groupes favoris. Je ne sais plus combien de MP3 de leurs tubes j’ai téléchargés sur http://m.zikiz.fr/ . Il faut dire que j’aime tout ce qu’ils font. Ce n’est donc pas étonnant que j’attende avec impatience ce nouvel album. Surtout que le premier single est juste parfait.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en phase avec toi pour le coup, j'ai été déçu par King Of Limbs, je m'attendais à l'être aussi par celui-là, ou au mieux vaguement convaincu sans plus (comme pour le dernier Blur, très sympa, avec de bons moments, mais mou).

    Mais non, Radiohead est de retour et en forme. Ce disque est d'une profondeur folle. C'est difficile à décrire, mais il y a un parfait dosage entre mélodies fredonnables et passages plus complexes et prenants.

    RépondreSupprimer
  4. Le disque est bon...ça faisait longtemps effectivement et perso je n'y croyais plus.
    Et en concert, ils redeviennent un des meilleurs groupe de live...inventifs, ne jouant pas tout les soirs les mèmes morceaux (sauf le début du concert)....bref envie de les revoir encore et encore. Sauf que ça va pas être possible. Zut.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…