Accéder au contenu principal

Cullen Omori - New Misery

Les Smith Westerns feront peut-être partie de ces groupes dissous trop tôt, dans l'indifférence générale, dont l'avenir réévaluera la production à la hausse. Ou pas. Parce que leurs anciens membres connaîtront plus de succès une fois le groupe séparé. Deux sont partis former Whitney avec un ancien Unknown Mortal Orchestra. Le chanteur, Cullen Omori, au nom digne d'une contrepèterie, a préféré continuer en solo. Sa gueule d'ange et sa capacité à écrire de redoutables chansons pop devraient logiquement le couvrir de gloire. Pourtant, il semble qu'une fois de plus, le monde n'en a cure. Trop jeune pour les amateurs de rock indépendant. Trop pop et pas assez exigeant surtout. Pas assez visible du grand public, qui de toute façon n'attend (n'entend?) plus vraiment ce genre de musique, un peu passée de mode. En France, on préfère David Guetta, la misère. MGMT avait pourtant rencontrer le succès, mais grâce à un voire deux tubes ravageurs qu'ils auront du mal à rééditer. Le format album n'intéresse plus qu'une minorité. Il faut donc taper fort et vite pour se faire entendre. 
Cullen Omori en a évidemment le potentiel, "Hey Girl", "Cinammon" ou "Lom" ne sont pas loin de rivaliser avec le meilleur de la pop psychédélique. En résumé, "New Misery" ne trouvera pas facilement son public. C'est dommage car moi, c'est typiquement le genre de disque que j'aime écouter quand le beau temps arrive. De jolies mélodies lumineuses qui rendent simplement heureux.

Clip de "Cinnamon" :

Commentaires

  1. David Guetta il est même un peu ringard non ? (même pour les jeunes et les radios, la preuve il a fait une chanson pour le foot, ce qui est signe d'un déclin assez énorme en général).

    Pour revenir à l'essentiel merci mille fois pour cette découverte, le morceau est génial, pile poil comme j'aime aussi entre immédiateté et quand même une certaine retenue classe.
    J'ai bien aimé le Whitney aussi, je vais donc à l'avenir me pencher sur ces Smith Western qui me sont inconnus (juste le nom, sans doute lu à plusieurs reprises ici ou chez feu Magic).
    Merci encore pour ces découvertes :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après écoute, l'album est très bon. Je suis juste gêné par certains sons de guitare un peu FM, sinon pas mal du tout, très MGMT et très Tame Impala (la voix parfois !!!). D'ailleurs à l'écoute je me suis demandé ce qui avait pu te déplaire dans le dernier Tame Impala, tellement ce "New Misery" m'a fait penser à un petit frère, avec juste des mélodies un peu moins fortes, un son moins bon et des arrangements moins ambitieux que Kevin Parker. Après c'est ultra subjectif ce genre de choses

      Mais encore merci pour la découverte ! :)

      Supprimer
    2. Je reconnais que c'est plus facile que Tame Impala (un peu FM parfois d'où l'incompréhension de son insuccès) Mais sur certaines chansons, les mélodies sont tellement fortes qu'on en oublie le son cheap et facile. Tame Impala, je ne trouve pas ça très mélodique.

      Supprimer
    3. Quand c'est bon comme ici, peu importe que ce soit facile ou pas. Selon les écoutes et les morceaux les guitares me gênent plus tant que ça à la réécoute.
      Je préfère le Whitney ceci dit, de pas grand chose, mais si il y avait un choix à faire je prendrais celui-là (même si c'est toujours un peu débile ce genre de comparaisons)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…