Accéder au contenu principal

Cullen Omori - New Misery

Les Smith Westerns feront peut-être partie de ces groupes dissous trop tôt, dans l'indifférence générale, dont l'avenir réévaluera la production à la hausse. Ou pas. Parce que leurs anciens membres connaîtront plus de succès une fois le groupe séparé. Deux sont partis former Whitney avec un ancien Unknown Mortal Orchestra. Le chanteur, Cullen Omori, au nom digne d'une contrepèterie, a préféré continuer en solo. Sa gueule d'ange et sa capacité à écrire de redoutables chansons pop devraient logiquement le couvrir de gloire. Pourtant, il semble qu'une fois de plus, le monde n'en a cure. Trop jeune pour les amateurs de rock indépendant. Trop pop et pas assez exigeant surtout. Pas assez visible du grand public, qui de toute façon n'attend (n'entend?) plus vraiment ce genre de musique, un peu passée de mode. En France, on préfère David Guetta, la misère. MGMT avait pourtant rencontrer le succès, mais grâce à un voire deux tubes ravageurs qu'ils auront du mal à rééditer. Le format album n'intéresse plus qu'une minorité. Il faut donc taper fort et vite pour se faire entendre. 
Cullen Omori en a évidemment le potentiel, "Hey Girl", "Cinammon" ou "Lom" ne sont pas loin de rivaliser avec le meilleur de la pop psychédélique. En résumé, "New Misery" ne trouvera pas facilement son public. C'est dommage car moi, c'est typiquement le genre de disque que j'aime écouter quand le beau temps arrive. De jolies mélodies lumineuses qui rendent simplement heureux.

Clip de "Cinnamon" :

Commentaires

  1. David Guetta il est même un peu ringard non ? (même pour les jeunes et les radios, la preuve il a fait une chanson pour le foot, ce qui est signe d'un déclin assez énorme en général).

    Pour revenir à l'essentiel merci mille fois pour cette découverte, le morceau est génial, pile poil comme j'aime aussi entre immédiateté et quand même une certaine retenue classe.
    J'ai bien aimé le Whitney aussi, je vais donc à l'avenir me pencher sur ces Smith Western qui me sont inconnus (juste le nom, sans doute lu à plusieurs reprises ici ou chez feu Magic).
    Merci encore pour ces découvertes :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après écoute, l'album est très bon. Je suis juste gêné par certains sons de guitare un peu FM, sinon pas mal du tout, très MGMT et très Tame Impala (la voix parfois !!!). D'ailleurs à l'écoute je me suis demandé ce qui avait pu te déplaire dans le dernier Tame Impala, tellement ce "New Misery" m'a fait penser à un petit frère, avec juste des mélodies un peu moins fortes, un son moins bon et des arrangements moins ambitieux que Kevin Parker. Après c'est ultra subjectif ce genre de choses

      Mais encore merci pour la découverte ! :)

      Supprimer
    2. Je reconnais que c'est plus facile que Tame Impala (un peu FM parfois d'où l'incompréhension de son insuccès) Mais sur certaines chansons, les mélodies sont tellement fortes qu'on en oublie le son cheap et facile. Tame Impala, je ne trouve pas ça très mélodique.

      Supprimer
    3. Quand c'est bon comme ici, peu importe que ce soit facile ou pas. Selon les écoutes et les morceaux les guitares me gênent plus tant que ça à la réécoute.
      Je préfère le Whitney ceci dit, de pas grand chose, mais si il y avait un choix à faire je prendrais celui-là (même si c'est toujours un peu débile ce genre de comparaisons)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…