18 août 2016

of Montreal - Innocence Reaches

Après Metronomy et The Avalanches, voilà un autre disque d'été, plein de fantaisie ! of Montreal nous offre son habituelle production annuelle. À l'écoute des précédentes livraisons, on pourrait feindre l'indifférence. La magie de la divine période allant grossièrement de "Satanic Panic in the Attic" au chef d'oeuvre "Hissing Fauna..." est bien passée. À chaque nouvelle mouture, on nous dit pourtant que celle-ci est la meilleure depuis cette époque-là, sauf que ce n'est pas vrai. Cette fois-ci, il se pourrait qu'on revienne au moins à l'inspiration de l'excellent "False Priest". Les titres ne partent pas tous azimuts comme avant, mais constituent de solides morceaux électro-pop, suffisamment efficaces et originaux pour qu'on y revienne plusieurs fois avant d'en avoir fait le tour. Kevin Barnes serait-il en train de devenir adulte ? Pas si sûr, il suffit de le voir se travestir dans le clip de "It's Different with Girls" pour en douter.
La discographie de Of Montreal est trop dense pour en faire une formation culte, la rareté paie plus. Mais il faut avoir une incroyable inspiration pour être capable d'enchaîner ainsi autant de disques qui, même s'ils ne sont pas tous indispensables, contiennent toujours quelques pépites. "Innocence Reaches" fera en tout cas partie de la bonne première partie des albums de Of Montreal (dans les 7 meilleurs sur 14 ?), ce qui constitue déjà une belle surprise.

Clip de "It's Different For Girls" :

2 commentaires:

  1. Ouais d'accord avec toi. Personnellement je place Hissing, Skeletal Lamping et False Priest sur le même piédestal, et j'aime bien l'EP suivant et Paralytic Stalks. J'ai un peu décroché avec les deux suivants, que j'ai appréciés mais moins. Je les trouve trop classiques pour Barnes qui arrivait à signer quelques chansons complètement ahurissantes mais tenait moins bien la distance sur le format album avec les orchestrations moins électroniques (contrairement à Satanic par exemple), en les diluant dans des morceaux moins indispensables.
    Là le global est bien meilleur, c'est très mélodique, et le jeu avec les sonorités électro too much est jouissif et tranche avec le côté dépressif du chant, j'aime beaucoup ce disque, je parlerais de retour en forme pour ma part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce disque est leur meilleur depuis "False Priest" qui est d'ailleurs honteusement sous-estimé. Bon retour en forme, effectivement.

      Supprimer