Accéder au contenu principal

of Montreal - Innocence Reaches

Après Metronomy et The Avalanches, voilà un autre disque d'été, plein de fantaisie ! of Montreal nous offre son habituelle production annuelle. À l'écoute des précédentes livraisons, on pourrait feindre l'indifférence. La magie de la divine période allant grossièrement de "Satanic Panic in the Attic" au chef d'oeuvre "Hissing Fauna..." est bien passée. À chaque nouvelle mouture, on nous dit pourtant que celle-ci est la meilleure depuis cette époque-là, sauf que ce n'est pas vrai. Cette fois-ci, il se pourrait qu'on revienne au moins à l'inspiration de l'excellent "False Priest". Les titres ne partent pas tous azimuts comme avant, mais constituent de solides morceaux électro-pop, suffisamment efficaces et originaux pour qu'on y revienne plusieurs fois avant d'en avoir fait le tour. Kevin Barnes serait-il en train de devenir adulte ? Pas si sûr, il suffit de le voir se travestir dans le clip de "It's Different with Girls" pour en douter.
La discographie de Of Montreal est trop dense pour en faire une formation culte, la rareté paie plus. Mais il faut avoir une incroyable inspiration pour être capable d'enchaîner ainsi autant de disques qui, même s'ils ne sont pas tous indispensables, contiennent toujours quelques pépites. "Innocence Reaches" fera en tout cas partie de la bonne première partie des albums de Of Montreal (dans les 7 meilleurs sur 14 ?), ce qui constitue déjà une belle surprise.

Clip de "It's Different For Girls" :

Commentaires

  1. Ouais d'accord avec toi. Personnellement je place Hissing, Skeletal Lamping et False Priest sur le même piédestal, et j'aime bien l'EP suivant et Paralytic Stalks. J'ai un peu décroché avec les deux suivants, que j'ai appréciés mais moins. Je les trouve trop classiques pour Barnes qui arrivait à signer quelques chansons complètement ahurissantes mais tenait moins bien la distance sur le format album avec les orchestrations moins électroniques (contrairement à Satanic par exemple), en les diluant dans des morceaux moins indispensables.
    Là le global est bien meilleur, c'est très mélodique, et le jeu avec les sonorités électro too much est jouissif et tranche avec le côté dépressif du chant, j'aime beaucoup ce disque, je parlerais de retour en forme pour ma part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce disque est leur meilleur depuis "False Priest" qui est d'ailleurs honteusement sous-estimé. Bon retour en forme, effectivement.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Compil 2018

Vous l'attendiez tous - hein, dites, hein ? - voici mon bilan musical de l'année 2018 qui commence aujourd'hui avec la compilation. Comme une vraie compilation, elle tient sur un CD de 78 minutes et comprend 19 morceaux. Mes enfants ne s'en lassent pas et me la réclament régulièrement. Le morceau préféré de mon fils, c'est Ty Segall, celui de ma fille, Barbara Carlotti. Je vous laisse découvrir le tracklisting : Et pour l'écoute c'est par ici :

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …