10 octobre 2016

Whitney - Light Upon The Lake

Et oui, je suis en train de faire le ménage dans mes MP3. Après Andy Shauf, voici un autre disque qui, mine de rien, a squatté longtemps dans mon téléphone portable avant que je me décide vraiment à y jeter une oreille. Comme pour Shauf, j'étais resté coincé sur le magnifique premier titre. La suite, pas du même calibre, m'ennuyait un peu. Comme si, une chanson pouvait phagocyter tout un album. C'est le risque de tout donner, dès le début : on créée une attente démesurée. "No Woman" est un single parfait ou presque, fédérateur juste ce qu'il faut, subtil sans en avoir l'air. Mais toute la musique de Whitney est à cette image. Le groupe est la réunion d'anciens membres de Unknown Mortal Orchestra et Smith Westerns. La voix de fausset de Julien Ehrlich peut agacer, la musique à tendance country-soul rebuter les amateurs de rock indépendant comme moi.
Pourtant, l'alchimie fonctionne, bien réhaussée par des arrangements de cordes et de cuivres aux petits oignons. Malgré sa courte durée, l'ensemble s'essouffle quand même sur la fin. "Light Upon The Lake" n'en reste pas moins digne de rester encore quelques mois sur mon téléphone portable, car je suis sûr que j'y reviendrai, ne serait-ce que pour avoir à nouveau un petit peu de chaleur pour les mois d'hiver à venir.

Clip de "No Woman" :

Clip de "Golden Days" :

2 commentaires:

  1. Pour moi, tout est du même calibre que No Woman, Golden Days par exemple est au moins aussi tubesque, et ce disque est un chef-d'oeuvre, parmi ce que j'ai entendu de mieux cette année.
    Voilà, j'aime avec démesure et sans réserve ce formidable disque ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas ce groupe ! Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer