Accéder au contenu principal

Et toi, t'as écouté quoi en 2016 ?

L'année 2015 ne fut pas des plus réjouissantes. On s'attendait donc à une amélioration. Forcément. Il n'en fût rien. Les nouvelles du monde ne donnent toujours pas à rire. En plus, cette année, on a vécu d'immenses pertes : David Bowie et Leonard Cohen, notamment. Deux monstres sacrés. Deux icônes inaccessibles. Deux témoins d'une époque révolue. Ma liste, cette année, est peut-être à cause de cela, encore plus resserrée : 42 disques seulement. Je compte sur vous pour me glisser quelques disques omis ou oubliés, en commentaire de ce post, sur Facebook, Twitter ou par mail. En attendant, voici ce qui a passé le plus de temps entre mes oreilles ces 12 derniers mois :


Commentaires

  1. Creeping Pink - mirror Woods et glass castle, comme du Eno moderne bricolé à la maison.
    La pop majestueuse de Radiation City - Synesthetica. Les héritiers de Foxygen Lemon Twigs avec Do Hollywood. Lionlimb Shoo, vu que tu aimes Owens et Whitney tu vas adorer.
    Je suis moins sur que tu aimes mais il y a aussi Soft Hair - soft hair, Blood Orange - Freetown Sounds, Frank Océan - Blonde, Junior Boys - Big Black Coat, Still Parade - Concrète Vision, Céu - Tropix, Bibio - À Minéral Love, Wild Nothing - Life Of Pause, Katherine - Le Film, Bon Iver - 22 à million, Cellars - Phases (produit par Ariel Pink), Diiv - is The is are, le Last Shadow puppets, paradis - recto-verso et plein d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. navré pour les accents et le h à Katerine mon auto correct de portable est insupportablement têtu.

      Supprimer
    2. Merci pour les propositions. Je ne connais pas tout mais tu as l'air d'avoir bien ciblé mes goûts :-)

      Supprimer
  2. Dans mon top de l'année, j'aurais mis sans aucun doute Car Seat Headrest - Teens of Denial (tous ses albums sont épatants, que ce soit Twin fantasy, How to leave town, Monomania ou Nervous young man). Sinon, pour 2016, j'aurais également cité :
    Lemon Twings - Do Hollywood (je conseille également l'écoute de leur album précédent What we Know, qu'on peut trouver sur YouTube, et qui rappelle effectivement les belles heures de Foxygen) ;
    Mitski - Puberty 2 ;
    Weyes Blood - From row seat to Earth ;
    Angel Olsen - My woman ;
    Nick Cave - Skeleton tree

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connais tout ça. C'est plutôt bien, mais ça ne m'a pas transcendé non plus. Lemon Twigs ? C'est quand même pas mal d'esbroufe pour moi, beaucoup d'effets de manches pour masquer des chansons pas renversantes. Car Seat Headrest, ça sonne trop rock US des années 90 tendance Nirvana. Pas fan de Cobain.

      Supprimer
    2. La qualité du lemon twigs tient avant tout aux chansons justement pour moi ;) et puis il y a de l'énergie juvénile et ça c'est devenu rare

      Supprimer
  3. Outre Kevin Morby et Woods qui font partie de mes favoris de cette année, voici quelques albums qui m'ont accompagné cette année.

    M. Craft - Blood Moon : aussi beau que mystérieux.
    Meilyr Jones - 2013 : Morrissey meets Divine Comedy.
    Cass Mc Combs - Mangy Love : la régularité dans l'excellence.
    Lambchop - Flotus : Pas parfait, mais 3,4 titres exceptionnels.
    Teleman - Brilliant Sanity : une usine à tubes géniale !
    Teenage Fanclub - Here : groupe dont j'ai enfin découvert l'oeuvre cette année, une vraie révélation.
    Bon Iver - 22, a million : Après ses deux premiers albums qui m'avaient poliment ennuyés, grosse surprise avec cet album incroyable qui m'a scotché. Mon disque de l'année.

    Sylvain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord pour Kevin Morby et Woods, deux des plus grands disques de 2016 aussi pour moi. Pour le Bon Iver, oui, c'est sans doute son meilleur. Par contre, ça ne m'a pas plus touché que ça. Faudrait que je m'y repenche...

      Supprimer
  4. Bon article, je suis Pierre et je propose mes services sur www.audionomie.com, n'hésitez pas a me contacter.

    RépondreSupprimer
  5. À cette liste déjà bien fournie, je me permettrais d'ajouter l'album de Christophe "Les Vestiges du chaos" encore une pépite de cet artiste culte à juste titre. La chanson hommage à Lou Reed "Lou" m'a hanté toute l'année.
    Merci pour les si bons articles de ce site.
    Alain M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dans le dernier Christophe, il y a comme toujours à boire et à manger, du bon et du moins bon. J'ai du mal à tenir sur la longueur.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas encore pris le temps d'écouter le Cate Le Bon 2016 mais il à l'air excellent. Les Bowie et Animal Co sont aussi dans mes bons moments de cette année.

    Autres coups de coeur :

    Roald Van Oosten - Oh Dark Hundred
    https://www.youtube.com/watch?v=JXINhJ-KGi8
    (type : Flotation Toy Warning, Blonde Redhead...)

    Monkeys In Love - Live In New Stoke Newington
    https://soundcloud.com/monkeysinlove/live-in-new-stoke-newington
    (type : alt-punk, stereolab...)

    Silver Pools - Memoirs Of An Oblong Sphere
    https://soundcloud.com/silverpools/ice-cube-in-a-plastic-cup
    (type : dream-pop, mandoline...)

    RépondreSupprimer
  7. Tu pourrais (ré)écouter les albums de Traams "Modern Dancing" (surtout la face B) et de Doug Tuttle "It Calls On Me". Et aussi l'album de Yann Tiersen.

    RépondreSupprimer
  8. WOODS est largement au-dessus de la mêlée, découverte 2016 et groupe ultra précieux: merci à LMAP pour cette révélation. J'ajouterais simplement l'album de Suuns, groupe majeur...Sympathie particulière aussi pour l'album de Robert Forster, mais je ne suis pas objectif..

    RépondreSupprimer
  9. Au moins il y a Franckie Cosmos et John Cunningham !
    Il y a une bonne moitié de ces 42 que j'ai pas mal écouté, même s'ils ne sont pas dans mon top 20 https://disquesobscurs.fr/2016/12/top-20-albums-2016/

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…