Accéder au contenu principal

Magic v2.00, revue pop moderne


Jeudi dernier, je l'avoue - et oui, je n'ai pas honte -, j'ai acheté pour la première fois le magazine Magic. Bon, ok, il m'est arrivé à de nombreuses reprises de le feuilleter en cachette chez le marchand de journaux. Je ne pourrais donc pas vraiment vous dire si c'était mieux avant. La mise en page m'a tout même l'air d'être plus aérée. On sent qu'on tient entre les mains un bel ouvrage, travaillé, soigneusement préparé, avec la part belle aux nouveautés bien sûr mais aussi pas mal de vieilleries. Mais qui sont les lecteurs de Magic si ce n'est quelques bobos quadras ou presque, restés désespérément scotchés au rock de leurs jeunes années ? J'entends déjà dire que cela reste très orienté pop-rock indépendant, malgré les évidents efforts de la part de Vincent Théval, le nouveau tenancier et ex-Radio France, et de son équipe pour élargir le spectre. Bah moi, ça me plaît. Parce que c'est l'essentiel de la musique que j'écoute. 

Et puis, si c'est pour avoir des goûts prévisibles et assez consensuels à la Télérama ou verser dans le R'n'B ou la musique putassière pour faire "djeuns" comme savent le faire depuis un moment les Inrocks, ça ne m'intéresse pas. Je veux de la prise de risques, du parti pris honteusement subjectif, des passionnés surtout. Parce que ça ne triche pas, un passionné, ça ne fait pas de compromis, ça ne cherche pas à être quelqu'un d'autre. Et c'est plutôt là-dessus que j'aurais des appréhensions, notamment en voyant la première couverture, avec The XX, groupe très dans l'air du temps. Certains disent pourtant que le nouveau Magic leur rappelle les premiers Inrockuptibles, quand le journal était encore mensuel et pouvait mettre en une des groupes chéris et inconnus du grand public comme The Auteurs ou The House of Love. Mais peut-être que je rêve encore d'une époque définitivement révolue. Nous ne sommes plus aussi nombreux. Cette musique n'intéresse plus grand monde. Élargir son lectorat sans perdre son noyau dur, voilà le difficile pari que Magic doit réalisé pour que ce retour ne soit pas vain. On leur souhaite vivement de le réussir. Pour eux. Pour nous surtout. Parce que ça voudrait dire qu'on n'est pas seul.

Commentaires

  1. Suis plutôt d'accord avec toi, en même temps je suis en plein dans la cible. ..! :)
    D'ailleurs ça me plaît bien le fait de retrouver des vieilleries. ..Je pense aussi que cette musique est de moins en moins écoutée et qu'un beau jour il n'y en aura peut être plus. ..:(

    RépondreSupprimer
  2. Je te rejoins également sur le fond, mais qu'est-ce-que c'est que cette histoire de honte, de consultation "en cachette" ? Je ne comprends pas. Pour le moment, cette musique est beaucoup jouée, y compris par des jeunes groupes et artistes, et on ne compte pas le nombre de sites et de blogs qui traitent de rock ou pop indé sur le web. Ton constat final me paraît donc bien pessimiste : depuis des décennies, on a craint la disparition de ces musiques essentielles ("Le rock est mort", ce genre de choses), et le jour n'est pas encore arrivé, loin s'en faut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la honte de le feuilleter en cachette, même si généralement, les marchands de journaux n'apprécient pas trop qu'on lise les magazines sans les acheter. C'est plutôt la honte de ne l'avoir jamais acheté. Ce qui m'étonne, c'est effectivement le nombre de groupes et de disques de rock indé qui sortent chaque année encore en regard du public potentiel concerné qui pour moi s'amenuise.

      Supprimer
    2. D'accord Vincent, j'avais compris ton début de texte de travers ! je trouvais ça curieux aussi. Bonne continuation et merci pour ton excellent blog !

      Supprimer
  3. Ouais, le rock indépendant et la pop qui va avec vont plutôt bien, combien de Goon Sax et d'Andy Shauf éclosent par année c'est phénoménal....
    The xx il fallait en parler je pense car le son de leur 1er album a été hyper influent et a marqué l'époque. Leur dernier est sympa, pas très homogène mais sympa et loin d'être honteux, ceci dit y'a moins de sorties en ce moment alors il a eu une couverture monstrueuse peut être disproportionnée en effet.
    Pour les autres genres musicaux, si ils veulent parler hip-hop soul ou jazz etc en plus il le feront à la marge je pense ça va rester pop rock / électronique. Tout ce que je souhaite c'est qu'ils y consacrent des personnes compétentes si c'est le cas.
    Seul bémol : le prix. A moins de m'endetter sur 10 ans je ne vais pas pouvoir l'acheter aussi souvent qu'avant pour ma part....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois être le seul à préférer le dernier the XX au premier. Après, ça reste consensuel comme musique, avec un son très actuel. Mettre Mark Eitzel en couverture par exemple qui sera la tête d'affiche de la soirée Magic Number #1 le 15/02 au Divan du Monde, ça aurait eu plus de gueule...
      Pour le prix, ce n'est pas plus cher qu'avant puisque le magazine sort désormais tous les 2 mois.

      Supprimer
    2. J'avais compris 2 fois par mois, du coup en effet ça me va !
      Tu as raison pour la couverture, je pense qu'ils ont fait au plus vendeur (ils auraient pu mettre Foxygen ou les Lions aussi mais comme tu le dis the xx c'est plus consensuel)

      Supprimer
    3. Lips pas Lions (foutu correcteur)

      Supprimer
  4. Ha oui comme c'est bon de t'avoir lu. Je suis un inconditionelle de MAGIC pour m'avoir fait découvrir atnt et tant, en POP mais aussi en RAP et électro, à force d'insister. Un seul reproche au nouveau numéro? Il n'y a plus le sommaire des critiques avec leur numéros de pages... à part ça, hein. Je ne m'y abonne pas, car c'est mon occasion d'aller à mon kiosque parisien, des pépères Anar qui aimaient bien rigoler avec moi sur les couvertures de R&F qui prend tant de risques, hein!! En souhaitant qu'ils tiennent

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…