23 juin 2017

Kevin Morby - City Music

Où je me rends compte que ce blog est rentré dans un petit train-train avec sa seule petite chronique de disque hebdomadaire. Je n'ose pas souvent me l'avouer, mais les nouveautés m'emballent de moins en moins. J'ai l'impression que la musique, ma musique s'est arrêtée il y a quelques temps, que les disques que j'écouterai encore dans quelques années ne sont pas des disques récents ou très peu. Le dernier Kevin Morby fera sans doute partie de ces albums oubliés. Pas que "City Music" soit mauvais, loin de là, mais il n'apporte pas vraiment d'eau au moulin du chanteur qui, après quatre albums, commence déjà sérieusement à tourner en rond. Le précédent, "Singing Saw", deuxième dans mon top 2016, était parfait de bout en bout. La cuvée 2017 est plus dilettante, à l'image du bonhomme.
Pourtant, pas de fausse note encore à signaler, mais une recette en roue libre. Alors, pourquoi je parle de cet album assez routinier ? Parce qu'il reste quand même parmi les nouveautés, un de ceux que j'écoute le plus. Preuve que le chanteur est devenu une des valeurs sûres du circuit rock indépendant actuel. Et puis, mine de rien, il y a maintenant un style Morby et ça, ça n'est pas à la portée de tous.

16 juin 2017

Flotation Toy Warning - The Machine That Made Us

Dès les premières notes du disque, on est tout de suite en terrain connu. Treize ans après. Comme si rien n'avait changé. Dire qu'on attendait le deuxième album des anglais de Flotation Toy Warning est un doux euphémisme. L'attente était même presque devenu intenable tellement leur premier disque, chef d'oeuvre pop des années 2000 était devenu un de nos disques préférés, un de ceux qu'on n'a même plus besoin d'écouter car on est sûr de sa perfection. Une telle attente est forcément décevante. C'est d'ailleurs la première impression que laisse ce nouvel album, même si on reconnaît volontiers que la bande de Paul Carter a fait le boulot, avec un disque digne. Puis on réécoute "Bluffer's Guide To The Flight Desk" et on se dit qu'on l'a sans doute surévalué, qu'il y a quelques longueurs, que les arrangements sont parfois cheaps, qu'il a été réalisé et produit avec les moyens du bord, même si c'est aussi ce qui fait son charme. 

Flotation Toy Warning a eu raison et tort de sortir un nouvel album. "The Machine That Made Us" est excellent, il plane bien au-dessus du commun de la pop actuelle. Mais on connaît maintenant le style du groupe et aussi ses limites. On a enfin un élément de comparaison avec "Bluffer's Guide To The Flight Desk", ce qui le redescend aussi quelque peu de son piédestal et en atténue sa rareté mais pas son indéniable beauté. "The Machine That Made Us" décortique comme son nom l'indique l'ADN du groupe et nous le rend plus humain. Dans tous les cas, merci au formidable label bordelais Talitres d'avoir continuer de croire en cette formation, malgré leur longue absence des circuits.


9 juin 2017

Alt-J - Relaxer

Ceux-là, j'avoue que je n'y croyais déjà plus, après un deuxième album très décevant. Leur premier, "An Awesome Wave" reste pourtant une formidable réussite, alliage culotté au carrefour de beaucoup d'influences. "Breezeblocks" est un des tubes les plus évidents de la décennie, diablement efficace. Mais là où le groupe dégageait une incroyable maîtrise en studio, fomentant des petites cathédrales pop ne ressemblant à rien d'identifiable, son manque de charisme s'avérait assez rédhibitoire en concert. Pour les avoir vus à Rock en Seine il y a quelque années - pas forcément le cadre idéal, je le concède -, la complexité de leur musique n'était pas bien retranscrite sur une grande scène, rendant l'ensemble assez injustement fade. Je ne sais pas si le groupe a progressé en live depuis, en tout cas, ce troisième disque est une belle surprise, me rappellant au bon souvenir de leur premier essai de 2012. 
Les anglais de Alt-J se voudraient Radiohead, qu'ils idolâtrent, à l'heure où l'on fête les 20 ans de l'inusable "OK Computer". Il manque toujours un peu de chair à leur musique, elle reste trop réfléchie. Il manque un peu d'émotion, pas de talent, la preuve ici sur leur très belle reprise du classique des Animals, "The House of the Rising Sun". "Relaxer" distille ainsi les bons points, variant intelligemment les registres. Pour finir en apothéose avec grand orchestre et kitsch assumé.

2 juin 2017

Babx - Ascensions

David Babin, alias Babx, se moque du qu'en dira-t-on, il fait ce qu'il veut, quitte à perdre progressivement tout le monde en route. "Ascensions" sorti justement pendant le weekend de l'ascension est davantage la confirmation d'une sortie de route attendue que l'envol que son titre voudrait signifier. Babx fait du hors piste, invite des pointures du jazz, le vétéran Archie Shepp et le frenchie Thomas de Pourquery et ses Supersonic, ne chante presque plus, se contentant de déclamer ses textes toujours aussi bien sentis et de plus en plus épurés, histoire de garder un certain mystère et d'élargir le champ de l'imaginaire. On comprend malgré tout que ce disque a été écrit et composé en réponse aux attentats terroristes qui ont secoué le monde et particulièrement la France depuis son dernier vrai album en date, "Drones Personnels" sorti en 2013 - il y eut entre temps l'aventureux "Cristal Automatique" où l'artiste mettait en musique quelques uns de ses poèmes préférés. Babx a sa propre maison de disque, BisonBison, ce qui lui permet une plus grande indépendance, mais ce qui est aussi plus risqué financièrement. Pour avoir discuté rapidement avec lui sur les réseaux sociaux, j'ai pu constater sa passion. Sa passion pour la musique bien sûr mais surtout sa passion pour l'Homme avec un grand H. Un passionné, ça ne triche pas. Ce monde en manque cruellement, de passions, de passionnés. Par manque de temps, d'envie. Pour se protéger aussi. On préfère le zapping culturel, social, politique et j'en passe. La surface des choses...
 "Ascensions" n'est pas un disque que l'on écoute d'une oreille distraite. C'est un disque qui demande de s'y plonger. Plus encore que ses précédentes oeuvres, c'est un abîme de tristesse, où il faut aller chercher la mélodie. Un album dont on ne sort pas indemne. Mais encore une fois, il vise juste, qu'il se mette du côté des victimes ou des bourreaux. "Omaya pt. 3" et "Le déserteur" sont par exemple sublimes, belles à pleurer.