31 octobre 2017

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants. 
Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créant des sortes de mini messes noires et symphoniques. Les textes pourraient paraître simplistes, le gars n'en est pas moins diplômé de philosophie à ses heures perdues, avec des idées assez proches d'un Alain Badiou - c'est-à-dire très à gauche. Ses concerts sont de drôles d'expérience où le chanteur se donne comme personne, se frappant la tête dans les mains sur de la musique pré-enregistrée. Avec Ariel Pink, John Maus vient de créer un des meilleurs albums de pop étrange de l'année. Ils forment à eux deux, une improbable et indispensable doublette.


27 octobre 2017

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nelson", notamment sur le titre éponyme. 
On entend aussi sur un titre, James Williamson, alias monsieur Sleaford Mods, autre particularité locale, encore plus difficilement transposable chez nous. On sait que la musique de Baxter Dury n'est pas celle d'une époque, elle est trop maligne pour ça, mais c'est une de celles qui fait et fera toujours mouche. Hier, aujourd'hui comme demain.

25 octobre 2017

The Luxembourg Signal - Blue Field

Oui, je vois bien ce que vous allez dire, c'est gentil, sympathique, mais ça ne révolutionne rien du tout. C'est de la dream pop, de l'indie pop ou que je sais-je, du son déjà entendu des milliers de fois. Cette musique avait à la fin des années 80 l'intérêt de la nouveauté, ce n'est évidemment plus le cas. Il y avait une vraie fraîcheur dans les groupes du label mythique Sarah Records, la fraîcheur des premières fois. "Sensitive" des Field Mice reste à ce titre la chanson parfaite, indépassable, alors à quoi bon refaire la même chose en moins bien ? Les américains de Luxembourg Signal ont au moins le mérite de reprendre brillamment le flambeau, aidés au passage - bon sang ne saurait mentir - par un ancien Field Mice. Cette musique n'a jamais intéressé plus que quelques admirateurs de pop indépendante. Il y a 25 ans, comme aujourd'hui. Encore moins aujourd'hui. Sans doute. Il faut donc que cette musique soit jouée avec passion, car il paraît difficile de faire une carrière là-dessus. 
"Blue Field" est le deuxième disque de The Luxembourg Signal. Si tout n'y est pas indispensable - comme sur les disques des Field Mice finalement - il y a au moins deux titres qui sortent admirablement du lot, le morceau éponyme et "Laura Palmer" en hommage non déguisé au Twin Peaks de David Lynch. C'est déjà amplement suffisant pour faire du groupe un des meilleurs représentants actuels du genre.

20 octobre 2017

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et beaucoup moins au Springsteen de "Born to Run". Il reste aussi quelques titres plus directs et immédiats comme "Cover from the sun" ou "Sometimes in the world". Le refrain de "La règle du jeu" chanté par Bejar en français sur le dernier morceau n'est pas sans rappeler la pop fantasque des frères Maël. 
Bref, Destroyer est une de ces rares formations qui avancent toujours, proposant du neuf avec du vieux. "Ken" est un mélange de tout ce qui fait de Destroyer un groupe supérieur. 

11 octobre 2017

Ghostpoet - Dark Days + Canapés

Après King Gizzard and The Lizard Wizard, voici une autre musique dont je ne suis habituellement pas très amateur. Comme quoi, je suis aussi capable de m'ouvrir à d'autres styles que le sempiternel rock indépendant ou la pop à la française. Ghostpoet est le pseudo d'un chanteur londonien d'origine nigérianne, Obaro Ejimiwe. Je l'avais vu en concert, en première partie de Metronomy, à Edimbourg, au moment de la sortie de son premier album, en 2011. Déjà, à l'époque, j'avais plutôt apprécié son originalité. Le gaillard pratique une sorte de trip-hop assez glauque, un peu politique, et en cela proche de Massive Attack. Un membre de ces derniers, Daddy G, vient d'ailleurs faire une apparition sur "Woe is meee" - comme un renvoi d'ascenseur, après la participation de Ghostpoet au troublant titre "Come Near Me" de la mythique formation de Bristol.
Ce n'est pas vraiment chanté, plutôt parlé. Ce n'est pas vraiment mélodique, c'est plus l'ambiance et la rythmique qui prédominent. Les influences et les arrangements sont plus variés qu'il n'y paraît. Il y a même un tube en puissance, "Freakshow", au groove et au riff de guitare assez irrésistibles. Et puis il y a le magnifique "End times" qui vient conclure de la meilleure façon qui soit un bien beau disque.

5 octobre 2017

King Gizzard and The Lizard Wizard - Flying Microtonal Banana

Voilà un groupe dont je ne pouvais foncièrement pas passer à côté, déjà rien que pour le nom qu'on pourrait traduire par le Roi Gésier et le Lézard Magicien. Ensuite, parce qu'à l'instar de leur nom, les gars sont bien barrés et sortent en plus des disques à tire-larigot. Celui-ci est le premier des trois qu'ils ont déjà fait paraître en 2017 et ils ne comptent pas s'arrêter là puisqu'ils ont prévu cinq albums pour cette année. Et, en plus d'être ultra prolifiques, leurs disques ne se ressemblent pas. Pour "Flying microtonal Banana", ils - enfin, c'est surtout l'oeuvre du leader Stu McKenzie - ont décidé d'utiliser des instruments microtonaux, c'est-à-dire pour lesquels il existe moins d'un demi ton entre chaque note. Cette multitude de notes est beaucoup pratiquée dans la musique orientale. Mélangé à leur psyché garage rock, cela donne un son assez étonnant et inédit. Les Australiens sont en constante évolution et recherche, ce qui les rend, vu leur productivité, assez difficiles à suivre. Leurs influences sont pourtant clairement situées dans la musique de 1967 à 1975 environ, de la pop psychédélique (jetez donc une oreille à leur magnifique "Paper Maché Dream Balloon" sorti en 2015) au rock progressif en passant par le hard rock (Deep Purple, Black Sabbath ou Led Zeppelin).
Pas toujours ma came, donc, mais une démarche casse-gueule qui ne peut que laisser admiratif, d'autant que les petits gars ne sont pas manchots musicalement parlant. "Rattlesnake" et son riff terriblement addictif commence le disque de la manière façon qui soit. Les titres suivants sont sans doute moins évidents mais gardent une belle homogénéité en termes de style et de qualité. En plus, il paraît que sur scène ils sont excellents. Voilà donc l'une des formations rock les plus intéressantes du moment.