Accéder au contenu principal

The Innocence Mission - Sun On The Square

Les années passent et Karen Peris conserve ce timbre de voix si doux, si suave, qu'il semble que le temps n'ait aucun impact sur elle. La musique de The Innocence Mission reste à ce titre, d'une beauté immuable. Simon Raymonde, ex-Cocteau Twins et patron du label Bella Union, a fini par les signer, lui pour qui leur disque "Birds of my Neighborhoods" fait partie de ses trois albums préférés toute période confondue. Et pourtant, on s'imagine la quantité de musique étant passé entre ses oreilles. Un autre grand fan du groupe est Sufjan Stevens, auteur avec "Illinois", d'un des plus grands albums de pop raffinée de ces deux dernières décennies. S'il fallait maintenant parler d'influences pour le couple Peris - puisque la musique est pour eux une affaire de famille, les rejetons encore adolescents participent même sur ce nouveau "Sun on The Square" - on citerait la folk anglaise produite lors de la charnière entre les années 60 et 70, Vashti Bunyan ou Nick Drake. 
C'est la même poésie, les mêmes douces mélodies, les mêmes arrangements délicats. La découverte, même tardive de ce genre de musique, peut constituer un véritable enchantement, de celui qui ne vous quitte plus, le restant de votre vie. Un titre comme "Shadow of The Pines" est de ce calibre-la. Il en existe peu des groupes capables de tels exploits, parce qu'ils sont au-delà des modes et du temps qui passe. Normal donc que Karen Peris garde la voix d'une éternelle adolescente.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Fontaines D.C. - Dogrel

"My childhood was small but I'm gonna be big." clament-ils dès le premier morceau "Big". Voilà en résumé ce qui est en train de se passer avec les jeunes irlandais de Fontaines D.C (Fontaines en référence au personnage du chanteur dans "Le Parrain" de Coppola, D.C. pour leur ville, Dublin City). Toute proportion gardée quand même. On ne compte pas encore les vues de leurs différents singles en millions sur Youtube, mais pour ce style de musique - le rock au sens large, le post-punk en particulier - c'est déjà énorme. Alors, bien sûr, ça ne révolutionne rien, mais on sait que de toute façon, la révolution n'est pas un critère de réussite commerciale. "Dogrel" est donc leur premier album et il contient toutes les chansons entendues jusque là, comme une compilation.  On a beau essayer de trouver une faiblesse, des lourdeurs, des facilités, les Dublinois tiennent admirablement bien la distance. Ils agrémentent leur rock de quelques sono…