Accéder au contenu principal

Boogarins - Hard Club, Porto - 22 octobre 2018

Maman et moi étions en weekend prolongé à Porto du 20 au 23 octobre dernier. En plus de profiter des derniers rayons de soleil pour 2018, de la cuisine - morue bien sûr mais aussi francesinha, pasteis de nata, etc - et du vin local, nous nous sommes aussi décidés pour un concert. Au départ, nous ne connaissions pas Boogarins, groupe de rock psychédélique brésilien, mais après quelques écoutes sur Youtube, nous nous sommes laissé convaincre. La salle s'appelle Hard Club et se situe dans les halles d'un ancien marché. L'architecture rappelle assez celle des halles de la Villette, en plus petit. Comme son nom l'indique, les photos de groupe affichées dans le couloir séparant les 2 salles de concert montrent essentiellement des formations de heavy metal. Pourtant, la programmation est plus calme : Anna Calvi vient de s'y produire et on attend très prochainement Kurt Vile ou Unknown Mortal Orchestra. En résumé, rien de très violent pour les oreilles. On est dans les premiers rentrés avec maman. On se positionne sur les rares chaises installées sur les côtés de la salle, histoire de se reposer de notre journée entière de visite. Il n'y a pas de première partie, Boogarins arrive au bout d'une grosse demie heure d'attente. Grosse, car le fond sonore a été un supplice : beaucoup de rock gras du bide pour finir ensuite sur "Le Boléro" de Ravel, dont le volume était poussé au maximum. Quand les brésiliens arrivent sur scène, il semble que le délicat DJ continue "Le Boléro" durant les premiers instants, créant une cacophonie très désagréable. Il faut attendre le deuxième morceau pour revenir à quelque chose de plus rassurant pour nos tympans. Le chanteur-guitariste se démène, quand les autres membres du groupe demeurent assez statiques. La musique de Boogarins est un étonnant mélange de Tame Impala, Beach House, Os Mutantes ou Pink Floyd. C'est original, plutôt bien exécuté, même s'il y a parfois quelques longueurs. Le groupe jouera le temps d'un rapide rappel, leur "tube", l'imparable "Doce". Les gens autour de nous connaissent évidemment les paroles par cœur. Ça fait d'ailleurs un drôle d'effet quand le chanteur parle entre les morceaux faisant rire l'assemblée, nous nous sentons un peu exclus de ne pas comprendre le portugais. Même si nous ne sommes pas devenus des fans absolus de Boogarins, force est de constater que nous avons passé un bon moment en leur compagnie. Un beau souvenir de plus dans un weekend très réussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Compil 2018

Vous l'attendiez tous - hein, dites, hein ? - voici mon bilan musical de l'année 2018 qui commence aujourd'hui avec la compilation. Comme une vraie compilation, elle tient sur un CD de 78 minutes et comprend 19 morceaux. Mes enfants ne s'en lassent pas et me la réclament régulièrement. Le morceau préféré de mon fils, c'est Ty Segall, celui de ma fille, Barbara Carlotti. Je vous laisse découvrir le tracklisting : Et pour l'écoute c'est par ici :

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …