Accéder au contenu principal

Jessica Pratt - Quiet Signs

La musique de Jessica Pratt est de celles à côté desquelles on peut aisément passer. Parce qu'elle est si discrète qu'elle se fait à peine entendre dans le tumulte de nos vies. Pour l'écouter, elle réclame un minimum d'attention et de calme. Certains n'auront même pas cette patience là. Cette musique nous fait irrémédiablement penser à celle d'une Vashti Bunyan : même voix enfantine ou plutôt sans âge, même délicatesse et sobriété des arrangements. Mais là où Bunyan avait cet état d'esprit libertaire - sans doute propre à l'époque - qui la voyait s'éloigner rapidement du milieu musical suite à l'échec commercial de son premier disque, Pratt semble, à l'inverse trop réservée pour tout abandonner ainsi. Les féministes me diront que c'est peut-être le contraire : la plus âgée ayant finalement sacrifié sa carrière pour sa vie de famille quand la plus jeune continue coûte que coûte, malgré son succès plus que relatif. L'histoire n'est pas de savoir si ces femmes sont à l'image de leur époque respective - ne le sommes-nous pas tous à notre manière ? -, mais plutôt de savoir si leur musique restera. Pour Vashti Bunyan, il a fallu attendre plusieurs décennies et l'engouement de la nouvelle scène folk emmenée par Devendra Banhart et Animal Collective à l'orée du 21eme siècle, pour qu'elle connaisse un culte grandissant. Peut-être que pour Jessica Pratt, il en sera de même. 
Hasard de l'actualité, c'est Tim Presley, qui vient de sortir ce qui est sans doute son meilleur disque, qui l'avait repérée pour la faire signer en 2012 sur son propre label, Birth Records. Avec "Quiet Signs" paru cette fois-ci sur City Slang, elle semble prête à prendre enfin son envol. On espère que les vautours et autres rapaces n'attaqueront pas ce précieux et charmant oisillon. Son chant est de ceux qui nous transportent, améliorant notre quotidien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero (+ Good Morning TV) - Paris, Point Ephémère - le 26 février 2018

Deuxième jour sans enfants. Deuxième concert. Un de mes disques de 2018 pour l'instant, avec le dantesque dernier Ty Segall. J'attendais donc de pied ferme la venue des Australiens de Montero. Seront-ils aussi euphorisants sur scène que sur disque ? En attendant, nous eûmes droit aux français de Good Morning TV. On sent les bonnes influences anglo-saxonnes, de la dream-pop au morceau final proche du shoegaze, sauf que les chansons ne sont pas très accrocheuses. Le groupe est pourtant appliqué, mais on s'ennuie. Il n'y a pas de flamme. La chanteuse paraît aussi un peu terrifiée. Comme le répertoire de Montero n'est pas très étoffé, on a dû en plus leur demander de jouer plus longtemps, histoire de rallonger son calvaire (et un peu le notre).

Quand la tête d'affiche du jour arrive enfin sur scène, l'ambiance devient soudainement nettement plus détendue. Le chanteur débarque affublé d'un pantalon de pyjama avec des hamburgers, d'une veste en jean ave…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…