Accéder au contenu principal

Compil de l'année 2008 ...

Pour bien commencer ce blog et pour situer déjà mes goûts musicaux, voici ma compilation pour l'année 2008 qui s'achève. Les chansons ne sont pas dans l'ordre de mes préférences, mais simplement dans l'ordre de leur sortie.

1- The Do - On My Shoulders
On commence par du tube assez consensuel, mais plutôt bien fichu, de l'indépendant "grand public" quoi !


2- Sons And Daughters - Gilt Complex
Là, c'est grâce à Bernard Lenoir et ses black sessions. Chouette souvenir de concert ...


3- Berry - Le Bonheur
Bon, je sais, sa voix ressemble à celle de madame Sarkozy, mais je trouve la mélodie plutôt sympa et entêtante.


4- Vampire Weekend - M79
Des jeunes new-yorkais mélangent Rondo Veneziano avec les Talking Heads : irrésistible !

Découvrez Vampire Weekend!


5- The Blakes - Don't Bother Me
Là encore merci Lenoir. L'album du groupe n'est pas super, reste ce titre très "strokesien".


6- Los Campesinos - You! Me! Dancing!

Enthousiasmante sur single mais éreintante sur la longueur d'un album, la musique de ces gallois un peu "fous-fous" n'est pas de tout repos. Mais elle peut donner comme ici une patate de tous les diables !


7- The Kills - Tape Song

Sans doute le groupe qui se la raconte le plus de la scène rock actuelle. Mais si on arrive à passer outre leurs poses lascives, il reste quelques tubes imparables, comme ce "Tape song".


8- Barbara Carlotti - L'idéal
Mon coup de coeur made in France de l'année : belle voix, beaux textes, beaux arrangements, bref, de la belle ouvrage !


9- MGMT - Time To Pretend
Le groupe incontournable de l'année : des Flaming Lips pour tout le monde ...

Watch MGMT - Time To Pretend in Music Videos | View More Free Videos Online at Veoh.com

10- Portishead - The Rip
Malgré plus de 10 ans d'absence, Portishead paraît encore bien en avance par rapport à la production musicale actuelle. "The Rip" rendrait jaloux plus d'un Thom Yorke.
<a href="http://www.joost.com/1367z7g/t/Portishead-The-Rip">Portishead - The Rip</a>

11- Coldplay - Viva La Vida
Le "groupe de rock le plus surestimé du monde" fait appel au génial Brian Eno, copie l'insupportable Satriani et sort pourtant le tube le plus digne de sa carrière.


12- Beck - Modern Guilt
Beck montre qu'il est aussi capable de chansons simples et efficaces.


13- Christophe - It Must Be A Sign
Ringard et kitsch pour les uns, élitiste et pointu pour les autres, Christophe a toujours cultivé le paradoxe. "It Must Be A Sign" ne déroge pas à la règle.

Découvrez Christophe!


14- Fleet Foxes - White Winter Hymnal
Des choeurs célestes pour une mélodie intemporelle.


15- Black Kids - I'm Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance with You
ça ne vole pas bien haut au niveau des paroles, la mélodie est plutôt facile, encore un chanteur qui a la même voix que Robert Smith et pourtant ça fonctionne ... une fois de plus.
<a href="http://www.joost.com/1366lh5/t/Black-Kids-I'm-Not-Gonna-Teach-Your-Boyfriend-How-To-Dance-With-You">Black Kids - I'm Not Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance With You</a>

16- Get Well Soon - If This Hat Is Missing I Have Gone Hunting
Un couplet à la sauce Pulp années 80 (ou période "This Is Hardcore"), un refrain façon "Kriss Kross" (vous vous rappelez peut-être de ses deux improbables jeunes rappeurs qui ont eu leur petit succès au début des années 90 en faisant des petits sauts à pieds joints) pour une grande chanson pop made in ... Deutschland.


17- Metronomy - The End Of You Too
Les nouveaux Daft Punk anglais ...

Découvrez Metronomy!


18- Parenthetical Girls - Unmentionables
Obscur groupe américain qui ferait passer Neil Hannon de Divine Comedy pour Bruce Springsteen.


19- Chairlift - Bruises
Un tube bien dans l'air du temps. Pas étonnant qu'il ait été choisi comme musique de pub.

Découvrez Chairlift!


20- Noah And The Whale - Five Years Time
De la pop toute simple et guillerette, pour une mélodie qui reste furieusement accrocher au ciboulot.
<a href="http://www.joost.com/13688gv/t/Noah-And-The-Whale-5-Years-Time">Noah And The Whale - 5 Years Time</a>

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…