Accéder au contenu principal

Compil de l'année 2008 ...

Pour bien commencer ce blog et pour situer déjà mes goûts musicaux, voici ma compilation pour l'année 2008 qui s'achève. Les chansons ne sont pas dans l'ordre de mes préférences, mais simplement dans l'ordre de leur sortie.

1- The Do - On My Shoulders
On commence par du tube assez consensuel, mais plutôt bien fichu, de l'indépendant "grand public" quoi !


2- Sons And Daughters - Gilt Complex
Là, c'est grâce à Bernard Lenoir et ses black sessions. Chouette souvenir de concert ...


3- Berry - Le Bonheur
Bon, je sais, sa voix ressemble à celle de madame Sarkozy, mais je trouve la mélodie plutôt sympa et entêtante.


4- Vampire Weekend - M79
Des jeunes new-yorkais mélangent Rondo Veneziano avec les Talking Heads : irrésistible !

Découvrez Vampire Weekend!


5- The Blakes - Don't Bother Me
Là encore merci Lenoir. L'album du groupe n'est pas super, reste ce titre très "strokesien".


6- Los Campesinos - You! Me! Dancing!

Enthousiasmante sur single mais éreintante sur la longueur d'un album, la musique de ces gallois un peu "fous-fous" n'est pas de tout repos. Mais elle peut donner comme ici une patate de tous les diables !


7- The Kills - Tape Song

Sans doute le groupe qui se la raconte le plus de la scène rock actuelle. Mais si on arrive à passer outre leurs poses lascives, il reste quelques tubes imparables, comme ce "Tape song".


8- Barbara Carlotti - L'idéal
Mon coup de coeur made in France de l'année : belle voix, beaux textes, beaux arrangements, bref, de la belle ouvrage !


9- MGMT - Time To Pretend
Le groupe incontournable de l'année : des Flaming Lips pour tout le monde ...

Watch MGMT - Time To Pretend in Music Videos | View More Free Videos Online at Veoh.com

10- Portishead - The Rip
Malgré plus de 10 ans d'absence, Portishead paraît encore bien en avance par rapport à la production musicale actuelle. "The Rip" rendrait jaloux plus d'un Thom Yorke.
<a href="http://www.joost.com/1367z7g/t/Portishead-The-Rip">Portishead - The Rip</a>

11- Coldplay - Viva La Vida
Le "groupe de rock le plus surestimé du monde" fait appel au génial Brian Eno, copie l'insupportable Satriani et sort pourtant le tube le plus digne de sa carrière.


12- Beck - Modern Guilt
Beck montre qu'il est aussi capable de chansons simples et efficaces.


13- Christophe - It Must Be A Sign
Ringard et kitsch pour les uns, élitiste et pointu pour les autres, Christophe a toujours cultivé le paradoxe. "It Must Be A Sign" ne déroge pas à la règle.

Découvrez Christophe!


14- Fleet Foxes - White Winter Hymnal
Des choeurs célestes pour une mélodie intemporelle.


15- Black Kids - I'm Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance with You
ça ne vole pas bien haut au niveau des paroles, la mélodie est plutôt facile, encore un chanteur qui a la même voix que Robert Smith et pourtant ça fonctionne ... une fois de plus.
<a href="http://www.joost.com/1366lh5/t/Black-Kids-I'm-Not-Gonna-Teach-Your-Boyfriend-How-To-Dance-With-You">Black Kids - I'm Not Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance With You</a>

16- Get Well Soon - If This Hat Is Missing I Have Gone Hunting
Un couplet à la sauce Pulp années 80 (ou période "This Is Hardcore"), un refrain façon "Kriss Kross" (vous vous rappelez peut-être de ses deux improbables jeunes rappeurs qui ont eu leur petit succès au début des années 90 en faisant des petits sauts à pieds joints) pour une grande chanson pop made in ... Deutschland.


17- Metronomy - The End Of You Too
Les nouveaux Daft Punk anglais ...

Découvrez Metronomy!


18- Parenthetical Girls - Unmentionables
Obscur groupe américain qui ferait passer Neil Hannon de Divine Comedy pour Bruce Springsteen.


19- Chairlift - Bruises
Un tube bien dans l'air du temps. Pas étonnant qu'il ait été choisi comme musique de pub.

Découvrez Chairlift!


20- Noah And The Whale - Five Years Time
De la pop toute simple et guillerette, pour une mélodie qui reste furieusement accrocher au ciboulot.
<a href="http://www.joost.com/13688gv/t/Noah-And-The-Whale-5-Years-Time">Noah And The Whale - 5 Years Time</a>

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…