Accéder au contenu principal

John Maus (+ Gary War) - Paris, La Maroquinerie - 29 novembre 2011


C'est sans doute le dernier concert de l'année auquel nous assistons et le moins que l'on puisse dire, c'est que la soirée fut... atypique. Maman, particulièrement distraite, donne le bras à un inconnu en descendant du métro, à Gambetta. Pas assez prompt, je me retrouve à courir derrière elle, pour lui expliquer le malentendu. Un homme comprend ce qui se passe et nous sourit. Arrivés devant la Maroquinerie peu après 20h, nous ne rencontrons quasiment personne. Dans la salle, peu de monde encore, les gens viennent s'asseoir progressivement dans la petite arène située devant la scène. La sono passe en boucle une musique pour danseurs de rock acrobatique. On imagine alors les bananes, les jupes plissées et les petites socquettes. On s'est peut-être trompé : et si la Maroquinerie accueillait ce soir l'enregistrement du "Plus grand cabaret du monde" de l'insupportable Patrick Sébastien ? En regardant autour de nous, les fringues et le look du public ne collent pourtant pas. La tension est palpable. Certains, nerveux, secouent inconsciemment, qui leurs pieds, qui leur tête, sur le rythme de la musique. Après plus d'une dizaine d'écoutes successives du même morceau, on se demande si c'est par goût ou si c'est seulement pour tenter de canaliser une énergie qui pourrait les amener à faire des bêtises. Puis, un gars finit par arriver derrière les platines et la table de mixage. Quelques uns, nous en premier, lui jettent des regards suppliants : est-il possible de passer à autre chose ? Rapidement, nous constatons que lui-même ne semble pas avoir la maîtrise de la musique diffusée dans la salle. Nous n'attendons donc plus qu'une chose, que le concert commence au plus vite. N'importe quelle musique fera l'affaire pourvu que l'autre se taise.  La scène est nue ou presque, quelques machines sont posées par terre, il y a aussi une guitare, un micro et c'est tout. Arrive enfin, Gary War, la première partie. Le type a plutôt le look de chanteur de hard rock avec sa longue tignasse. Il défera rapidement ses cheveux pour se cacher derrière. La musique est en grande partie enregistrée et à part quelques riffs de guitare et le chant, rien n'est joué directement devant nous. Rien à dire sur l'originalité de la chose, mais le son très brouillon finit par lasser. La voix est même à peine audible, cachée sous les effets et les couches de guitare. De temps en temps, un jet de postillon et de cheveux vient casser la routine de ce magma sonore. Déroutant et assez épuisant. Le chanteur partira même sans prévenir personne sur ce qui ne semblait pas être la fin d'un morceau, laissant le responsable des lumières et le public médusés.

Après une petite pause - normal, vu le peu de matériel sur scène - c'est au tour de John Maus. Et là, c'est d'abord la stupéfaction. Le gars est aussi tout seul sur scène. Il n'a même pas de guitare comme son précédent acolyte. Mais il a l'air terriblement furax - à cause de la musique diffusée par la sono ?. A la manière des rugbymen néo-zélandais et leur haka, Maus hurle, se tire les cheveux, se tape sur la tête, sur les genoux. La première réaction du public est de sourire nerveusement devant la folie de l'énergumène. Tout cela ressemble à une blague, une sorte d'improbable karaoké version punk. Pas d'effet de lumière, pas de mise en scène, juste un chanteur complètement survolté et le mot est faible. En comparaison, une prestation de Of Montreal paraîtrait presque fade, c'est peu dire. Au bout de quelques minutes, on s'habitue, car les chansons excellentes pour la plupart emportent l'adhésion. Un concert de John Maus est une expérience surréaliste, et à défaut d'avoir été vraiment emballé, c'est une expérience à vivre, un grand défouloir. Subjuguant.

Commentaires

  1. Hum... je compatis ! J'ai même pensé un instant que la photo TE représentait, après le concert, juste au moment où tu réalisais avoir dépensé une vingtaine d'euros (?) pour une (mauvaise) soirée karaoké... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, cet homme est complètement dingue mais c'est assez frustrant que la musique ne soit jouée live.
    Mais je ne regrette pas, on a quand même passé une bonne soirée ;-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…