Accéder au contenu principal

Philippe Manoeuvre présente Rock français - de Johnny à BB Brunes - 123 albums essentiels

Mais qu'est-ce que le rock français ? "Le rock français, c'est un peu comme le vin anglais..." s'amusait un certain John Lennon. Et, à regarder de plus près cet ouvrage et son sous-titre "ravageur" : "de Johnny à BB Brunes", on sent d'avance que ça va être difficile de lui donner tort. A entendre parler son célèbre géniteur, le caricatural Philippe Manoeuvre, le terme "rock français" pourrait même amener l'auditeur/lecteur à se moquer, d'emblée. OK, le rock n'est sans doute pas quelque chose à prendre trop au sérieux, mais là, franchement, il y a des limites. On voudrait le ridiculiser, on ne s'y prendrait pas autrement. D'autant que le livre passe scandaleusement à côté de certains artistes essentiels - 123 albums pourtant ! - de chez nous : Brigitte Fontaine, Dominique A ou Diabologum, pour ne citer que ceux qui me viennent rapidement en tête. Même les choix de disques parmi les incontournables sont assez étonnants : pas de "Fantaisie Militaire" pour Bashung, pas de "Melody Nelson" pour Gainsbourg, pas de "La Question" pour Françoise Hardy. Les textes sont bien sûr l'oeuvre de la bande de Rock'n'Folk chère à Manoeuvre, pas des plus inspirés et inspirants, une espèce de triste réunion d'anciens combattants, réac', adeptes du "c'était mieux avant". Mais avant, ils étaient jeunes tout simplement, leur (bon?) goût est dans le meilleur des cas resté bloqué à la période punk. Ils se contentent ensuite d'aligner les principaux disques "commerciaux" de Louise Attaque en passant par Noir Désir ou Daft Punk. Bref, ce n'est assurément pas le genre de bouquins à mettre entre les mains de vrais connaisseurs. Trop limité. Pas assez de trouvailles. Malgré tout, ça ne fait pas de mal de se replonger dans la période de la fin des années 70 - début des années 80, celle du regretté Jacno, du toujours sémillant Daniel Darc et des mythiques rennais de Marquis de Sade. Une certaine idée du rock made in France naissait là, qui, à défaut de sortir complètement du pesant modèle anglo-saxon, trouvait enfin un style...

Bijou - Les Papillons Noirs

C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'on a fini de considérer la chanson française comme de la variété, parce que Bijou reprenait Dutronc, travaillait avec Gainsbourg... Je ne sais plus si je les ai vus en concert. A des fêtes genre L'Huma, je pense. Mais j'aimais beaucoup leurs disques. En plus, il y avait un côté on est des durs, mais en même temps une touche fleur bleue, voire un côté altruiste.  (Vincent Ravalec)

Marquis de Sade - Walls

L'importance donnée aux guitares renoue avec une pulsion rock qui fut déterminante : Franck Darcel adorait Television, Philippe Pascal fut encouragé dans sa volonté de faire de la musique par le premier disque de Patti Smith, et, avant de se confectionner un répertoire sur mesure, ils reprenaient sur scène des morceaux des Stones et des Who. (H.M.)

Elli et Jacno - Main dans la main

A la parution de "Tout va sauter", Philippe Lacoche ne s'y trompe pas, affirmant dans Best : "Ce disque est sûrement l'une des meilleures productions discographiques françaises de l'année." On ne lui donne pas tort. Le réécouter aujourd'hui fait voler en éclats pas mal d'idées reçues.[...] C'est peut-être le disque que Phil et Ronnie Spector auraient enregistré s'ils s'étaient rencontrés dans les années 1980." (Pierre Mikailoff)

Taxi Girl - Les armées de la nuit

Daniel : "On était contre les hippies, mais il y a eu un même schéma, en plus condensé, plus nihiliste. Résumé de Mirwais : "Taxi Girl, c'est huit ans de malheur." Marqués par "Seppuku", rituel idéal pour s'éventrer l'âme avec un album. (Benoit Sabatier)

Kas Product - Never Come Back

La voix dévoile sa facette jazzy qui contraste avec l'aspect clinique des machines. La fusion entre ces deux réalités est totale sur "Never Come Back" : pulsion névrotique, riff synthétique, soupirs, douceurs vocales au bord de la crise de nerfs, évidence du refrain, montée progressive mais retenue au bord de l'explosion, comme une frustration savamment entretenue. Un tube électro-rock avant l'heure. (H.M.)

Dogs - Too Much For The Neighbourhood

Sans doute aurait-il fallu qu'un DJ ouvre les oreilles, le monde du rock en aurait été changé car, pour ceux qui savaient voir et entendre, Dominique était une star : il était beau, il composait des thèmes magiques, il avait des sons de guitare fascinants (poudreux, romantiques et fulgurants), et une voix fragile à briser le coeur. (Bruno Le Trividic)

Orchestre Rouge - Soon Come Violence

Le choix de Martin Hannett à la production allait de soi mais accentue l'optique torturée : fasciné par le post-punk anglais, Hakola excelle dans l'expression d'un malaise latent et exubérant que ne manque pas de souligner celui qui oeuvra auparavant avec Joy Division. (H.M.)

Oui Oui - La Ville

Sans le savoir, c'est toute une génération de couche-tard qui découvrent sur M6, grâce au clip coloré "La Ville", signé par le futur réalisateur de "La Science des rêves" Michel Gondry, accessoirement petit-fils de l'inventeur du Clavioline, ancêtre du synthétiseur popularisé par Jean-Jacques Perrey. (Jean-Emmanuel Deluxe)

Commentaires

  1. Manoeuvre, que dire! il incarne tellement sa propre caricature. Il est aussi consternant que le sujet de son livre; il faut bien l'admettre la France peut sans doute etre fier de ses chanteurs/chanteuses mais il ne faut pas pousser; en musique rock, ca toujours ete mauvais. Meme les Dogs ou Marquis de Sade que j'ai tant aprecie; franchement, surtout les Rennais, ca reste inecoutable maintenant (j'ai bien peur que ca l'a toujours ete). Le rock francais n'a toujours ete qu'un pastiche de leur modeles US ou anglo-saxon, et ca a toute les epoques. J'ai toujours de la tendresse pur Taxi Girl, Marie et les Garcons, Metal Urbain (pas facile la tendresse la), Dashiell Hedayat, Les nus, Les Olivensteins mais bon, ca reste malheuresement derisoire a l'ecoute de leurs homologues anglais, americains ou meme allemands. Et nos heros Miossec, Bashung, Gainsbourg, Dominique A, ca reste de la chanson francaise; tres bonne, mais c'est pas du rock - Meme Daniel Darc qui pourrait presque etre compare aux grandes figures emblematiques comme Johnny Thunders ou Richard Hell en grand survivant; qu'est qu'il fait maintenenant, de la chanson...c'est mieux que Benababar mais bon...Ca serait bien un jour que ce debat soit clos et qu'on en vienne enfin a repondre a cette stupide question, q'est ce que etre ROCK en 2012; ben...admettre que le rock francais n'a jamais vraiment existe...Bonne fere a toi. Gwen.

    RépondreSupprimer
  2. @Gwen : Oui, tu es sans doute sévère (surtout pour Marquis de Sade :) mais tu as raison. C'est triste à dire mais le rock français n'a jamais vraiment existé.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Vincent; non je ne crois pas etre severe. L'autre jour, mon itunes Dj a difuse Conrad Veidt, mon dieu, cette voix de Philippe Pascal, ces arrangements, au secours (et dans mon magasin en plus; ca a eu le merite de faire sourire mes rares clients presents)...alors je me suis redirige sur l'album pour verifier quand meme...Non desole, pour revenir aux caricatures, on reste dans le grand guignol (Spinal Tap)...Et Philippe Pascal, je vais encore etre mechant mais je me rapelle a Rennes sa posture de poete taciturne.....enfin ce n'est pas bien de tirer sur les ambulances. En tout cas bonnes fetes de fin d'annee et bravo pour ta tenacite et l'evolution de ton travail. Gwen.

    RépondreSupprimer
  4. Le Rock vient des USA,d' Angleterre,mais qu'on soit Français,Italien ou Libanais,quand ça parle à ton âme et que tu veux y consacrer ta vie,tu le fais dans ta langue natale ou en anglais,mais l'essentiel c'est que ça ressemble à quelque chose.C'est fait pour chauffer le sang,pas pour dresser des frontières entre lesquelles on voit qui est le plus fort:that's bullshit!
    Gil

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…