Accéder au contenu principal

The Monochrome Set - Eine Symphonie Des Grauens (1979)

Le Monochrome Set ou télevision en noir et blanc en français est l'élément nécessaire et suffisant pour revoir "Nosferatu", une des pièces maîtresse de l'oeuvre de Murnau, dont "Eine Symphonie Des Grauens" n'est autre que le sous-titre. Ce groupe anglais est l'exemple parfait de "beautiful losers" dont l'histoire de la pop regorge. Leur musique n'a jamais été en phase avec son époque. Trop excentrique pour être assimilée au mouvement post-punk. Trop intellectuelle pour rafler la mise au moment de l'explosion de la new wave. La formation emmenée par Bid, de son vrai nom Ganesh Seshadri, authentique prince indien, a toujours fait fi des étiquettes. Elle n'en a pour autant pas moins inspirée de nombreux groupes, des Smiths (Morrissey avoue être un admirateur de la première heure) en passant par le meilleur de la brit pop. En fait, partout où la pop se montre élégante et érudite. Cette année, ils sont de retour aux affaires avec "Platinum Coils", album plus qu'honorable (mention spéciale au sémillant "Hip Kitten Spinning Chrome") mais toujours en déphasage complet avec son temps.
Comme quoi, rien n'a vraiment changé depuis l'exceptionnel "Eine Symphonie Des Grauens". La musique du Monochrome Set est pourtant de celles qui vampirisent : une fois mordu, elle revient discrètement hanter vos nuits.

I’m dead and dank and rotten
My arms are wrapped in cotton
My corpse loves you, let’s marry

(Get smart, once)Every night at sleepy time
(Get smart, twice)I hang my skin out on the line
(Get smart, sing) Oh, darling, would you be, be mine

(Chorus)[I’m in love, I think I’m in love
I’m in love, I think I’m in love
I’m in love, I think I’m in love]

I’m caught in a mesh of veins
My fingers and flesh and brains
My skull gives head, so let’s wed

(Get smart, once)Every night when all alone
(Get smart, twice)I drape my flesh around the phone
(Get smart, pray) Oh, darling, would you be my own

(Chorus)


Don’t cry, beautiful, it’s just a phase
To the father and the son and the holy ghost
I chant and I pray, I love

You know, God works in mysterious ways
To the father and the son and the holy ghost
I sing and I pray, I love

I’m soft and slightly stinking
My arms are small and shrinking
My lips kiss dirt, oh, let’s flirt

(Get smart, once)Every night at half past one
(Get smart, twice)There’s a little taste of things in come
(Get smart, chant) Oh, darling, can I be your son

(Chorus)

Don’t scream, baby, it’s just a coma
To the father and the son and the holy ghost
I chant and I pray, I love

You go to heaven, I go to Roma
To the father and the son and the holy ghost
I sing and I pray, I love

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…