Accéder au contenu principal

Nancy Sinatra - These Boots Are Made For Walkin' (1966)

C'est le blogueur Benoît qui m'a remis cette chanson en tête. "These Boots Are Made For Walking" est devenu aujourd'hui un classique indémodable, une de ses chansons ayant déjà connu une multitude de reprises souvent horripilantes (de Jessica Simpson à Megadeth !) et étant désormais connu par les plus jeunes comme associée à des spots TV. Son auteur est le crooner à moustache, Lee Hazlewood, sorte de pendant variété easy-listening, d'un Johnny Cash ou d'un Leonard Cohen. En 1966, il avait écrit ce titre pour son répertoire personnel. Mais une dénommée Nancy Sinatra, fille de, le supplia de la lui prêter pour le succès que l'on sait. Sa jolie frimousse, son nom célèbre et ses tenues légères (la mini-jupe et les fameuses bottes) en plus des qualités évidentes de la mélodie participeront à la postérité de l'oeuvre. "These Boots Are Made For Walking", comme la chanteuse qui y sera sans doute éternellement associée, est une des chansons phares de son époque, hymne plus ou moins officiel du mouvement féministe (cette histoire de femme qui veut se venger de son mec en voulant lui marcher dessus avec ses bottes). Il y a quelques années, de célèbres artistes et pas des moindres (Morrissey, Jarvis Cocker ou Thurston Moore) avaient rendu hommage à la carrière de l'icône pop des sixties. Merci donc à Benoît d'avoir aussi rappelé l'homme derrière l'oeuvre, Lee Hazlewood, dont la carrière, elle, reste toujours injustement méconnue. La récente compilation de la période comprise entre 1968 et 1971, peut-être sa meilleure, pourrait permettre à certains de la réévaluer. Q'un homme talentueux se cache derrière la popularité d'une femme, n'est-ce pas là une des véritables avancées du féminisme !

You keep saying
You got something for me
Something you call love
But confess
You've been a'messin'
Where you shouldn't 've
Been a'messin'
And now someone else
Is getting all your best
Well, these boots
Are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

You keep lyin'
When you oughta be truthin'
You keep losing
When you oughta not bet
You keep samin'
When you oughta be
A'changin'
What's right is right
But you ain't been right yet
These boots are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

You keep playing
Where you shouldn't be playing
And you keep thinking
That you'll never get burnt (HAH)
Well, I've just found me
A brand new box of matches (YEAH)
And what he knows
You ain't had time to learn
These boots are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

Are you ready, boots?
Start walkin'

"Don't give up!
Kill 'em all! Kill 'em all!"

Commentaires

  1. Nancy me fait penser à une fille que j'ai connue, soit à mon niveau - routier sympa - le fantasme absolu.

    A part ça (qui n'amuse / n'excite que moi), Lee Hazlewood, avec ou sans la fille du parrain, fut un type hors du commun.
    Moustaches, easy-listening, cow-boy ultime, oui, mais surtout un auteur compositeur interprète qui jonglait avec les étoiles.
    Some Velvet Morning, Sand, Summer Wine ... des morceaux qui coulent comme du miel étalé sur un corps désirable.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro