Accéder au contenu principal

Nancy Sinatra - These Boots Are Made For Walkin' (1966)

C'est le blogueur Benoît qui m'a remis cette chanson en tête. "These Boots Are Made For Walking" est devenu aujourd'hui un classique indémodable, une de ses chansons ayant déjà connu une multitude de reprises souvent horripilantes (de Jessica Simpson à Megadeth !) et étant désormais connu par les plus jeunes comme associée à des spots TV. Son auteur est le crooner à moustache, Lee Hazlewood, sorte de pendant variété easy-listening, d'un Johnny Cash ou d'un Leonard Cohen. En 1966, il avait écrit ce titre pour son répertoire personnel. Mais une dénommée Nancy Sinatra, fille de, le supplia de la lui prêter pour le succès que l'on sait. Sa jolie frimousse, son nom célèbre et ses tenues légères (la mini-jupe et les fameuses bottes) en plus des qualités évidentes de la mélodie participeront à la postérité de l'oeuvre. "These Boots Are Made For Walking", comme la chanteuse qui y sera sans doute éternellement associée, est une des chansons phares de son époque, hymne plus ou moins officiel du mouvement féministe (cette histoire de femme qui veut se venger de son mec en voulant lui marcher dessus avec ses bottes). Il y a quelques années, de célèbres artistes et pas des moindres (Morrissey, Jarvis Cocker ou Thurston Moore) avaient rendu hommage à la carrière de l'icône pop des sixties. Merci donc à Benoît d'avoir aussi rappelé l'homme derrière l'oeuvre, Lee Hazlewood, dont la carrière, elle, reste toujours injustement méconnue. La récente compilation de la période comprise entre 1968 et 1971, peut-être sa meilleure, pourrait permettre à certains de la réévaluer. Q'un homme talentueux se cache derrière la popularité d'une femme, n'est-ce pas là une des véritables avancées du féminisme !

You keep saying
You got something for me
Something you call love
But confess
You've been a'messin'
Where you shouldn't 've
Been a'messin'
And now someone else
Is getting all your best
Well, these boots
Are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

You keep lyin'
When you oughta be truthin'
You keep losing
When you oughta not bet
You keep samin'
When you oughta be
A'changin'
What's right is right
But you ain't been right yet
These boots are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

You keep playing
Where you shouldn't be playing
And you keep thinking
That you'll never get burnt (HAH)
Well, I've just found me
A brand new box of matches (YEAH)
And what he knows
You ain't had time to learn
These boots are made for walking,
And that's just what they'll do
One of these days
These boots are gonna
Walk all over you

Are you ready, boots?
Start walkin'

"Don't give up!
Kill 'em all! Kill 'em all!"

Commentaires

  1. Nancy me fait penser à une fille que j'ai connue, soit à mon niveau - routier sympa - le fantasme absolu.

    A part ça (qui n'amuse / n'excite que moi), Lee Hazlewood, avec ou sans la fille du parrain, fut un type hors du commun.
    Moustaches, easy-listening, cow-boy ultime, oui, mais surtout un auteur compositeur interprète qui jonglait avec les étoiles.
    Some Velvet Morning, Sand, Summer Wine ... des morceaux qui coulent comme du miel étalé sur un corps désirable.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro