Accéder au contenu principal

Aline (+ Autour de Lucie) - L'Alhambra, Paris - 28 mai 2013

La pop made in France est à l'honneur en ce 28 mai dans la petite salle de l'Alhambra, à Paris. Malheureusement, l'affiche n'a pas réussi à déplacer les foules plus que ça. Pourtant, elle marque le retour d'un groupe qui a connu un beau succès d'estime il y a une quinzaine d'années : Autour de Lucie. Ceux-ci sont quand même responsables d'un des meilleurs disques français des années 90 : "Immobile". Bon, c'est vrai qu'ils ont aussi profité du fait que la scène hexagonale était plutôt morne à l'époque, à quelques exceptions près. D'ailleurs, la formation de Valérie Leulliot joue principalement des titres de cet album. Mais, au final, à part "La Contradiction" particulièrement efficace, les morceaux sont un peu mollassons et me laissent perplexe quant à la probabilité de succès et à l'intérêt de ce retour. Il faut dire qu'Autour de Lucie n'est pas connu pour être un groupe charismatique. De plus, ils finissent par la nouvelle chanson, "Ta Lumière Particulière", pas franchement convaincante. On leur souhaite malgré tout de réussir leur come back, pour leur indéniable capital sympathie.

De charisme, Aline en a sûrement plus, même si les débuts sont un peu timides. Les Marseillais ont pour eux la meilleure arme qui soit, à savoir un des albums de pop française les plus enthousiasmants qu'il m'ait été donné d'entendre depuis des lustres. C'est bien simple, toutes les chansons ou presque de "Regarde Le Ciel" sont des tubes en puissance et cela se confirme en live. Romain Guerret est un incroyable tricoteur de jolies mélodies et que dire des guitares smithsiennes en diable ! Bref, ils assurent, nos petits gars. A les voir (et aussi les entendre) comme ça, avec leurs mèches rebelles, ils me font tout de suite penser à leur pendant américain, The Drums. Même dégaine inspirée des sixties (surtout le bassiste), mêmes influences eighties, même paroles simples et directes, le genre de musique immédiatement accrocheuse qui n'existait pas vraiment chez nous. Certains pensent que l'ordre de passage des deux groupes n'était pas approprié eu égard au talent et aux services rendus. La soirée ne leur a sans doute pas permis de changer de camp, car ce sont bien deux façons d'aborder la pop qui s'opposent là. L'une privilégiant une ambiance feutrée et mélancolique, l'autre, la mélodie et une certaine insouciance. Vous aurez deviné de quel côté, je me place. "Et j'ai crié, crié, Aline..."
  
"L'accord parfait" repris lors du rappel par les deux groupes :

Clip de "Je bois et puis je danse" :

Commentaires

  1. Ahaha je préfère Autour de Lucie mais je comprends ton point de vue (pour une fois que je préfère un truc des années 80 à un truc d'aujourd'hui!)

    RépondreSupprimer
  2. moi aussi, je suis de la team autour de lucie :)
    http://www.pinkfrenetik.com/2013/05/29/autour-de-lucie-lalhambra-28052013/

    RépondreSupprimer
  3. Est on vraiment obligé de choisir? Les bons groupes de pop à l'anglaise chantée en français sont trop rares pour qu'on les mettent en concurrence!!!

    Dale C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Dale, pourquoi choisir ? Dommage juste que ce genre de soirée n'attire pas plus de monde !

      Supprimer
  4. Il y a deux jours j'étais au concert de La Femme à Nantes, et Aline a joué avant eux aussi.

    La première partie était excellente en live, un très très jeune groupe nantais nommé Candids, dans une veine "bewitchedhandsesque", et qui a du potentiel, à suivre donc.

    Après Aline a assuré un bon concert, mais pas excellent, ça manquait d'âme et on sent clairement que ces chansons sont plus faites pour la radio ou la platine que pour le live. A leur décharge le micro était hyper mal mixé et saturait en permanence, tranformant le chant en yaourt. Le chanteur s'est aussi excusé à la fin pour avoir aussi été mauvais au début du concert. Reste de très bonnes chansons, bien jouées, mais manquait ce soir là le supplément d'âme qui aurait permis d'installer une ambiance et de sortir du ronron dans lequel le groupe en petite forme s'était installé, malgré une qualité crescendo et un joli final.

    Par contre La Femme c'était exceptionnel, un concert d'une très très grande qualité, une vraie expérience. Je pourrais passer des heures à dire combien c'était génial, combien absolument tout dans le concert était incroyablement extraordinaire, mais je vais arrêter les superlatifs, et me contenter de dire : allez les voir à tout prix !

    Alexandre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…