Accéder au contenu principal

Wampire - Curiosity

Vampire, vous avez dit, Vampire ? Non, Wampire, avec un W, comme les deux canines supérieures démesurément longues des vampires, aptes à vous sucer le sang jusqu'à la moelle. Et ce nouveau groupe au look vintage assez improbable, au kitsch semble-t-il revendiqué, est bien composé de deux étonnants lascars. Pas d'accointance avec les vampires du week-end - dont, hasard du calendrier le troisième album au demeurant bien décevant sort la même semaine - , la folie chez eux semble permanente. Ils ont été signés chez Polyvinyl Records, repère de formations barrées (of Montreal ou Xiu Xiu) à souhait pratiquant souvent une pop synthétique bien azimutée. Le premier titre de "Curiosity" - qui en est évidemment une - et aussi single, "The Hearse", est une vraie réussite du genre. On est immédiatement dans le ton, pas de refrain bien identifié, des mélodies qui partent joyeusement dans tous les sens, des synthés mis bien avant - parfois un peu lourds - et ce côté délicieusement régressif qui souvent, emporte tout, comme sur "Giants". On pense à du MGMT, en moins maîtrisé, plus foufou, au premier disque de Foxygen sans les aspirations blues façon Rolling Stones, à John Maus ou Ariel Pink, surtout. 
A la production, on retrouve le bassiste de Unknown Mortal Orchestra, dont ils font la première partie. Wampire s'inscrit dans cette lignée d'une pop aventureuse, où la mélodie a gardé son importance, mais qui veut bousculer les barrières classiques du songwriting à papa. Vampirisant.

Album en écoute intégrale pour une durée limitée sur Pitchfork Advance.

Commentaires

  1. J'avais déjà un peu écouté, ça me paraît très bon, il y a un côté ludique qui me plaît beaucoup, comme chez MGMT et Foxygen surtout, comme tu le dis. Et puis ils ont repris The Model de Kraftwerk, et ça ça fait plaisir ! :)
    Par contre, personnellement j'aime beaucoup le Vampire Weekend, il m'a fallu plusieurs écoutes pour bien rentrer dedans, mais je le trouve vraiment excellent, il se bonifie à chaque fois qu'il passe sur la platine. Et il offre un beau renouvellement sans trahir leur identité. Ce n'est que mon avis, mais je le recommande très très vivement !
    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Vampire Weekend, je suis plus que sceptique. J'ai beau eu le réécouter plusieurs fois, pas de bonification chez moi. Les voix sont plus que quelconques, les arrangements assez cheaps et mise à part quelques titres, les mélodies ne cassent pas deux pattes à un canard, ça me fait régulièrement penser à du Phoenix...
      Je préfère donc largement le Wampire, ces deux là ont l'air de se prendre nettement moins au sérieux et leur musique d'être plus naturelle et instinctive. Après, ce n'est que mon avis et je sais que peu semble le partager :-(

      Supprimer
    2. Et c'est un avis tout à fait respectable ! :) Tu l'as écouté, et tu juges la musique et pas ce qu'il y a autour, tu as tout à fait le droit de le dire. Peut être que c'est moi qui suis moins difficile que toi (j'aime bien Phoenix, sans être fan non plus). Je ne pense pas toujours comme toi, toutes les découvertes grâce à tes chroniques ne me touchent pas de la même façon, et j'ai vraiment bien aimé le dernier Bowie par exemple, mais c'est cette diversité de points de vue qui est importante. Et ce n'est pas parce que tu trouves fades ou mauvaises certaines choses que j'aime que je regarderais moins ton blog. Au contraire ! Tant qu'il y a du respect mais pas trop de relativisme non plus (tout ne se vaut pas, il ne faut pas exagérer dans ce sens), la discussion est très intéressante ! Ce qui serait triste c'est que nous ayions les mêmes goûts sur tout.
      Alexandre

      Supprimer
    3. Voilà. Merci pour ta fidélité ;-)

      Supprimer
  2. je le trouve tres interessant votre blog et surtout cet article :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro